SCIENCES ET VIE 🔵 Transformer les feuilles mortes en papier recyclable : l’entreprise folle d’un jeune ukrainien de 23 ans, bĂ©nĂ©ficiaire d’un soutien europĂ©en de 2,5 millions d’euros – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

SCIENCES ET VIE 🔵 Transformer les feuilles mortes en papier recyclable : l’entreprise folle d’un jeune ukrainien de 23 ans, bénéficiaire d’un soutien européen de 2,5 millions d’euros

SCIENCES ET VIE 🔵 Transformer les feuilles mortes en papier recyclable : l’entreprise folle d’un jeune ukrainien de 23 ans, bénéficiaire d’un soutien européen de 2,5 millions d’euros

Son projet sĂ©duit le jury de l’Office europĂ©en des brevets (OEB), puisqu’il remporte la deuxième place dans la catĂ©gorie jeune inventeur, Ă  Malte. 

Une mĂ©thode Ă©cologique et responsable 

Sa méthode, permettant donc de transformer les feuilles mortes en papier durable, “réduit considérablement la nécessité d’abattre des arbres pour produire du papier”, comme le décrit le site de l’OEB dans son rapport.

Les ambitions du jeune garçon n’ont pas de frontières : il serait en effet sur le point d’inaugurer une usine-pilote proche de Paris, “alimentĂ©e avec les feuilles de la capitale”, comme le relaie 20 minutes. Sa petite Ă©quipe de 20 personnes se trouve actuellement Station F, un campus Ă  la halle Freyssinet oĂą se regroupent plusieurs start-ups. 

“Une idĂ©e que j’aurais prĂ©sentĂ©e en Ukraine, puis au niveau international. Je voulais voir le monde et je voulais reprĂ©senter mon pays”, a expliquĂ© le jeune scientifique Ă  Paris, toujours membre de la Petite AcadĂ©mie des Sciences d’Ukraine, en juin dernier. 

Des tests peu concluants, puis une envolĂ©e de succès 

D’après l’entreprise de Valentyn Frechka, Releaf, qui retrace la chronologie du projet de l’Ukrainien, le scientifique aurait commencĂ© dès ses 16 ans d’étudier des sources “alternatives Ă  la cellulose”, la matière principale du papier, pour prĂ©venir la dĂ©forestation. Partant de ce postulat, il se demande si les feuilles mortes pourraient en ĂŞtre une source, tout comme le bois. 

Après des premiers tests peu concluants, il met au point un premier prototype en 2018 dans le laboratoire de son Ă©cole. Deux ans plus tard naissait Releaf, qui produit de la pulpe avec les feuilles mortes de Kiev. Comme l’explique Valentyn Frechka, cette technique permet de produire une tonne de cellulose avec 2,3 tonnes de feuilles mortes, Ă©vitant ainsi l’abattage de 17 arbres. 

Par la suite affinĂ©e Ă  l’Ecole internationale du papier et des biomatĂ©riaux de Grenoble dans laquelle  Valentyn est rentrĂ© en 2022, ce processus consiste Ă  : 

  • Nettoyer mĂ©ticuleusement les feuilles 
  • Isoler les fibres pour en fair une pâte 
  • Un mĂ©lange est par la suite effectuĂ© entre du papier recyclĂ© et cette pulpe obtenue.

Un papier très cher… Mais un projet largement soutenu 

Ce papier serait 10 Ă  30% plus cher que du papier recyclĂ©, mais Valenty a bon espoir qu’avec l’essor de la production de son produit, les prix soient enclins Ă  baisser plus vite que prĂ©vu. De gros clients sont dĂ©jĂ  bien positionnĂ©s sur l’entreprise, comme Weleda, L’OrĂ©al et Logitech. De plus, cette initiative est encore poussĂ©e par les multiples mĂ©dailles, rĂ©compenses et soutiens que Valentyn a obtenu, comme celui de la WWF. 

L’entreprise Releaf Paper est toujours en Ukraine. “Nous sommes Ukrainiens, c’est une façon de soutenir notre Ă©conomie. Et nous avons toujours notre Ă©quipe lĂ -bas, cinq personnes”, a expliquĂ© le jeune inventeur. Son entreprise a bĂ©nĂ©ficiĂ© d’un soutien financier europĂ©en de 2,5 millions d’euros et une nouvelle usine devrait bientĂ´t voir le jour aux Mureaux (Yvelines). 

Bouton retour en haut de la page
Fermer