SCIENCES ET VIE 🔵 Les Etats-Unis financent une station-service pour les satellites ! – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

SCIENCES ET VIE 🔵 Les Etats-Unis financent une station-service pour les satellites !

Les satellites sont de plus en nombreux en orbite, et à titre d’exemple, Starlink possédait 4000 satellites actifs à l’automne 2023. Ces milliers de satellites posent des problèmes de visibilité pour les astrophysiciens, mais aussi de sécurité pour les missions spatiales, ou même les populations s’ils viennent à tomber. Sans parler de la maintenance lorsqu’ils donnent des signes de faiblesse, et qu’il est nécessaire de leur donner un coup de fouet.

Pour ses satellites militaires, l’US Space Force a dĂ©cidĂ© d’adopter l’interface Passive Refueling Module (PRM). Ce système d’interface de ravitaillement comprend des Ă©lĂ©ments permettant d’amarrer et de transfĂ©rer avec succès le carburant, ainsi qu’une charge utile  qui gère le transfert de carburant.

Bientôt une norme d’interface de ravitaillement

Ensemble, l’US Space Force et Northrop Grumman ont pour ambition de créer une interface de ravitaillement compatible avec un maximum de satellites. C’est un peu comme lorsque les fabricants de smartphones et d’ordinateurs se sont entendus sur des connecteurs communs et des normes universelles, et c’est la solution de Northrop Grumman qui a été privilégiée.

Mais les deux partenaires pensent déjà à l’étape encore supérieure puisque l’US Space Force finance le développement d’un tanker orbital, appelé GAS-T pour Geosynchronous Auxiliary Support Tanker. Une sorte de camion-citerne ou de station-service volante qui transporterait jusqu’à une tonne d’hydrazine et livrerait du carburant dans l’espace.

Une tonne de carburant dans un « tanker Â»

Si les Etats-Unis ont confié cette station de maintenance à Northrop-Grumman, c’est parce que cette société a une certaine expérience dans le domaine du remorqueur spatial avec le MEV (Mission Extension Vehicle). Dès 2019, avec le MEV-1, puis deux ans plus tard, avec le MEV-2, ce constructeur était parvenu à prolonger la vie de satellites Intelsat en amarrant ses engins.

Ce futur vaisseau prendra la forme d’une large plateforme en forme d’anneau, d’un poids d’environ deux tonnes. Ce tanker en orbite transportera suffisamment d’hydrazine pour ravitailler plusieurs satellites en quête d’énergie pour leur propulsion.

Mais cette plate-forme ne se contentera pas de donner un coup de boost d’énergie aux satellites puisque à chaque amarrage, via cette interface PRM, il sera possible d’effectuer des opérations de contrôle et de maintenance. Comme chez le garagiste, mais à des milliers de milliers de kilomètres au-dessus de nos têtes.

Bouton retour en haut de la page
Fermer