SCIENCES ET VIE 🔵 Le plus ancien temple Ă  Chypre dĂ©couvert : un monolithe Ă©nigmatique et des rituels anciens rĂ©vĂ©lĂ©s – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

SCIENCES ET VIE 🔵 Le plus ancien temple à Chypre découvert : un monolithe énigmatique et des rituels anciens révélés

La rĂ©cente mise au jour d’un temple vieux de 4 000 ans Ă  Chypre par une Ă©quipe de l’UniversitĂ© de Sienne, en collaboration avec le DĂ©partement des AntiquitĂ©s de Chypre, offre une perspective fascinante sur les pratiques religieuses et artisanales de l’âge du bronze moyen. Ce site archĂ©ologique, situĂ© Ă  Erimi, non loin de Limassol, dĂ©voile des Ă©lĂ©ments architecturaux et rituels uniques, tels qu’un imposant monolithe ornĂ© de motifs circulaires et les restes poignants d’une jeune femme victime de violence.

Cette découverte enrichit notre compréhension des premières communautés urbaines chypriotes, illustrant les liens entre activité économique, pratiques religieuses et structures sociales dans un contexte méditerranéen ancien. Ces nouvelles données apportent un éclairage précieux sur les relations culturelles et économiques de cette époque charnière entre le Proche-Orient et la Méditerranée.

Un site d’artisanat au cĹ“ur de la dĂ©couverte

Le site de la dĂ©couverte se trouve sur une haute terrasse calcaire surplombant le cours du fleuve Kouris et la cĂ´te du golfe de Kourion, près de Limassol. Ce choix d’emplacement stratĂ©gique offrait, d’une part, une vue imprenable sur les environs. D’autre part, elle promettait des ressources naturelles abondantes, comme des plantes tinctoriales et de l’eau douce. Deux Ă©lĂ©ments cruciaux pour les activitĂ©s artisanales.

Durant l’âge du bronze moyen (2000-1600 avant notre ère), une communautĂ© d’artisans s’est installĂ©e sur cette colline. Ils y construisirent un espace communautaire aux caractĂ©ristiques uniques. Le complexe artisanal couvrait plus de 1 000 mètres carrĂ©s. Il incluait des ateliers, des entrepĂ´ts et des cuves de teinture, indiquant une activitĂ© Ă©conomique florissante. Ces infrastructures montrent une organisation sociale avancĂ©e et une spĂ©cialisation dans la production artisanale.

Effectivement, cette communauté se voyait réputée pour la fabrication de textiles teints, notamment de couleur rouge vif. Cette teinture rouge, souvent obtenue à partir de plantes locales comme la garance ou de coquillages tels que le murex, était très prisée dans les sociétés antiques pour sa vivacité et sa durabilité. Le rouge symbolisait souvent le pouvoir et le statut social élevé, ce qui en faisait un produit de luxe très recherché.

Le professeur Luca Bombardieri, Ă  la tĂŞte des fouilles, dĂ©crit le site comme un « temple avant le temple ». Il souligne ainsi l’importance de la religion dans la vie de ces peuples prĂ©historiques. En effet, au cĹ“ur de ce complexe artisanal se trouve un petit espace sacrĂ©. Mais il reste accessible depuis les zones de travail. Cette configuration unique indique que l’activitĂ© Ă©conomique qui soutenait la communautĂ© demeurait intimement liĂ©e Ă  des rituels religieux. Les habitants intĂ©graient ainsi les aspects idĂ©ologiques et symboliques dans leur quotidien.

Un espace sacré et mystérieux, le plus ancien à Chypre

Le temple, nichĂ© dans l’aile ouest du vaste complexe artisanal d’Erimi, dĂ©voile un espace sacrĂ© riche en symbolisme. Au cĹ“ur de cette pièce se dressait un monolithe imposant de 2,30 mètres de hauteur, entièrement poli. Il se trouve ornĂ© de motifs circulaires, de petites coupes, entourĂ© d’un brasero et d’une grande amphore. Les fouilles ont rĂ©vĂ©lĂ© l’effondrement de ce monolithe, brisant l’amphore situĂ©e Ă  ses pieds devant un petit foyer circulaire.

Cette disposition particulière permettait une circulation autour de ces éléments centraux. Cela suggère que cet espace était conçu pour des rituels impliquant mouvement et interaction autour de ces objets sacrés. Le placement stratégique de ces artefacts rituels souligne leur rôle dans les pratiques religieuses de la communauté. Ils offraient un cadre pour des cérémonies, probablement cruciales pour la cohésion sociale et spirituelle de la communauté.

De fait, le professeur Luca Bombardieri souligne que les caractĂ©ristiques uniques de cet espace sacrĂ©, comparĂ©es aux zones de production environnantes, mettent en Ă©vidence son importance culturelle et symbolique. Certes, les ateliers et les entrepĂ´ts voisins tĂ©moignaient d’une activitĂ© Ă©conomique intense et organisĂ©e. Le temple, avec son monolithe et ses objets rituels, servait de centre idĂ©ologique oĂą les pratiques religieuses et Ă©conomiques se rejoignaient.

La colonie d’Erimi Ă  Chypre. © Luca Bombardieri et al.

L’intĂ©gration de cet espace sacrĂ© au sein du complexe artisanal indique que la production artisanale et les rituels religieux Ă©taient profondĂ©ment interconnectĂ©s. Chaque aspect de la vie communautaire renforçait l’autre. Cette dualitĂ© entre l’Ă©conomie et la religion dans la vie quotidienne des habitants d’Erimi montre une sociĂ©tĂ© oĂą chaque activitĂ© Ă©tait investie de significations multiples.

Un témoignage tragique de la vie quotidienne

Parmi les dĂ©couvertes poignantes du site d’Erimi, les archĂ©ologues ont mis au jour les restes d’une jeune femme, âgĂ©e d’environ 20 ans. Elle semble avoir Ă©tĂ© victime d’une mort violente. Ils ont dĂ©couvert son corps dans une petite habitation scellĂ©e. Elle y reposait avec une grosse pierre posĂ©e sur sa poitrine. On observa Ă©galement des traces de fractures sur le crâne, vraisemblablement causĂ©es par une lance ou un objet lourd. L’absence totale d’objets funĂ©raires, habituellement prĂ©sents dans les sĂ©pultures de cette Ă©poque, et la nature spĂ©cifique de l’inhumation suggèrent que ses contemporains l’ont dĂ©libĂ©rĂ©ment isolĂ©e. Ce mode d’enterrement pourrait reflĂ©ter des tabous.

SCIENCES ET VIE 🔵 Le plus ancien temple à Chypre découvert : un monolithe énigmatique et des rituels anciens révélés

Configuration du site Erimi. © Luca Bombardieri et al.

Le professeur Bombardieri propose que cette dĂ©couverte puisse reprĂ©senter un cas ancien de fĂ©minicide. Il pourrait ĂŞtre possiblement liĂ© Ă  une grossesse non dĂ©sirĂ©e ou Ă  une violation des normes sociales de l’Ă©poque. Des cas similaires ont Ă©tĂ© documentĂ©s ailleurs Ă  Chypre. De jeunes femmes se voyaient tuĂ©es et isolĂ©es après leur mort, souvent en raison de facteurs sociaux ou religieux. Cette pratique d’inhumation avec une grosse pierre sur la poitrine pourrait symboliser une tentative de prĂ©venir le retour de l’esprit de la dĂ©funte parmi les vivants. Il s’agit d’une croyance commune dans de nombreuses cultures anciennes. La dĂ©couverte de cette sĂ©pulture tragique Ă  Erimi enrichit notre comprĂ©hension des dynamiques sociales et des tensions au sein de ces communautĂ©s anciennes. Elles rĂ©vèlent ainsi des aspects sombres et complexes de leur quotidien, non loin des nĂ´tres.

Source : UniversitĂ© de Sienne

Bouton retour en haut de la page
Fermer