SCIENCES ET VIE 🔵 L’astĂ©roĂŻde qui a explosĂ© en janvier au dessus de Berlin a Ă©tĂ© identifiĂ© – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

SCIENCES ET VIE 🔵 L’astĂ©roĂŻde qui a explosĂ© en janvier au dessus de Berlin a Ă©tĂ© identifiĂ©

Des fragments difficiles Ă  retrouver

L’astéroïde appartient au genre rare des aubrites. Ce nom vient du village Aubrés où une météorite similaire y était tombée le 14 janvier 1836. Des fragments de celui-ci ont été retrouvés dans les champs au sud du village de Ribbeck, à 50 km à l’ouest de Berlin grâce à des calculs mathématiques. Il faut savoir que visuellement, les aubrites ne sont pas différentes des roches terrestres. Il est nécessaire de s’approcher d’elles pour les reconnaître. Le passage dans l’atmosphère ne leur laisse qu’une croûte de verre translucide (alors que celle des autres météorites est noire).

“Les aubrites ne ressemblent pas à l’image que l’on se fait généralement des météorites. Elles ressemblent davantage à un granite gris et sont principalement composées de silicates de magnésium, l’enstatite et la forstérite,” a déclaré Christopher Hamann, chercheur du Museum für Naturkunde.

La mission Scout de la NASA et les systèmes d’évaluation des risques d’impact de la Garde des astĂ©roĂŻdes Meerkat de l’ESA devaient suivre la trajectoire de 2024 BX1 et calculer ou aurait lieu son impact. Finalement, l’explosion suite Ă  l’entrĂ©e de l’astĂ©roĂŻde dans l’atmosphère n’a causĂ© aucun dommage mais tout de mĂŞme Ă©tĂ© filmĂ©e et observĂ©e par un grand nombre de personnes.

Lire aussi >> Comment sait-on d’où viennent les météorites ?

Une identification rapide

Une équipe entière a été consacrée à la récupération d’échantillons de cette météorite. Elle était dirigée par l’astronome spécialiste des météorites de l’Institut SETI, le Dr. Peter Jenniskens et le chercheur MfN Dr. Lutz Hecht et composée d’une équipe de personnel et d’étudiants du MfN, de la Freie Universität Berlin, du DLR et de la Technische Universität Berlin.

Les analyses ont commencĂ© la semaine dernière et sont menĂ©es par des collègues du Dr Jenniskens au MfN. Â»Sur la base de ces preuves, nous avons pu faire une classification approximative relativement rapidement Â», a dĂ©clarĂ© Greshake. « Cela souligne l’immense importance des collections pour la recherche. Jusqu’à prĂ©sent, il n’y a que du matĂ©riel provenant de onze autres chutes de ce type observĂ©es dans les collections d’astĂ©roĂŻdes dans le monde entier. Â»

Source : Universetoday

Lire aussi >>La chasse aux météorites est lancée après la chute de l’astéroïde 2024 BX1 en Allemagne

Bouton retour en haut de la page
Fermer