SCIENCES ET VIE 🔵 Ces femelles sont capables de se reproduire sans l’aide d’un mâle – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

SCIENCES ET VIE 🔵 Ces femelles sont capables de se reproduire sans l’aide d’un mâle

Dans le monde animal, la reproduction peut être sexuée ou asexuée. Certaines espèces sont même capables de se reproduire à la fois sexuellement et asexuellement. Cette adaptation garantit la survie de l’espèce en cas d’absence de congénères mâles, par exemple. La reproduction sans fécondation, plus précisément appelée parthénogenèse, se retrouve souvent chez les invertébrés tels que les insectes et les vers. Néanmoins, la parthénogenèse existe aussi chez les vertébrés, surtout chez les poissons, les oiseaux, les reptiles et les amphibiens.

Les mĂ©canismes spĂ©cifiques de la parthĂ©nogenèse dĂ©pendent des espèces concernĂ©es. Il existe cependant des points communs. Les femelles sont capables de se reproduire sans s’accoupler avec un mâle. L’ovule n’est pas fĂ©condĂ© par un spermatozoĂŻde, mais l’embryon se dĂ©veloppe normalement dans l’utĂ©rus. Ă€ la naissance, la progĂ©niture est en bonne santĂ©. Les spĂ©cimens nĂ©s sont ensuite capables de se reproduire eux-mĂŞmes lorsqu’ils atteignent la maturitĂ© sexuelle.

Lire aussi >> De la brebis Dolly au singe rhĂ©sus : une brève histoire du clonage

Le mystère d’Archie, un fourmilier né dans un zoo sans père apparent

En 2012, un fourmilier nommé Archie est né au LEO Zoological Center de Greenwich, dans le Connecticut. Le jeune fourmilier était en bonne santé avec sa mère Armani, mais il intriguait les zoologistes. En effet, Archie n’avait pas de père. Sa mère Armani avait déjà eu une fille nommée Louise après s’être accouplée avec le fourmilier mâle du zoo, Alf. Seulement voilà, les fourmiliers mâles ont tendance à tuer et dévorer leur progéniture. Les zoologistes séparent donc le couple en dehors des périodes de reproduction.

Au moment où il était temps pour Armani de retrouver Alf, les zoologistes ont découvert que la femelle était déjà gravide. Quelques semaines plus tard, elle met bas à un fourmilier en parfaite santé, Archie. Initialement, cette gestation faisait penser à une reproduction par parthénogenèse. Ce mode de reproduction n’a cependant pas été prouvé scientifiquement chez le fourmilier. Après réflexion, les experts du LEO Zoological Center pensent qu’il ne s’agissait finalement pas d’une naissance sans fécondation. Archie serait né suite à ce qui s’appelle une diapause embryonnaire. Cette stratégie de reproduction consiste en fait à arrêter temporairement le développement de l’embryon.

La diapause embryonnaire permet aux mammifères de donner naissance à leur progéniture lorsque les conditions de température sont plus favorables et lorsque l’accès à la nourriture est plus facile. Cela augmente ainsi les chances de survie de la progéniture. Armani aurait donc eu recours à cette stratégie avant de mettre bas au LEO Zoological Center. Le fourmilier Archie a donc bel et bien été conçu grâce au mâle Alf, mais les zoologistes ne s’en sont simplement pas rendu compte.

Lire aussi >> Ce virus dĂ©cime les mâles chez les insectes, mais Ă©pargne les femelles

Les femelles qui se reproduisent par parthénogenèse

Contrairement au fourmilier, plusieurs espèces de vertébrés se reproduisent sans fécondation. Par exemple, deux dragons de Komodo femelles du zoo de Londres ont pondu plusieurs œufs alors qu’elles n’avaient jamais été en contact avec un mâle. Ce phénomène incroyable s’est produit dans les années 2000. Des tests génétiques ont ensuite confirmé que les œufs de dragon de Komodo ne contenaient aucun ADN paternel, mais uniquement de l’ADN maternel.

La parthénogenèse se retrouve aussi souvent chez le requin-marteau. Au zoo d’Omaha dans le Nebraska, une femelle requin-marteau a mis bas en 2001 alors qu’elle ne s’était pas accouplée avec un mâle. En fait, les zoologistes ont découvert que la femelle avait stocké du sperme suite à un accouplement dans la nature. Le bébé requin était en bonne santé, mais il a malheureusement été rapidement tué par une raie. Des analyses génétiques ont donc été effectuées sur le corps. Le bébé requin présentait uniquement les informations génétiques de sa mère.

Au Nouveau-Mexique, le lézard Aspidoscelis neomexicana est également un parfait exemple de la reproduction par parthénogenèse. Les femelles se reproduisent uniquement sans fécondation. Cela signifie que cette espèce est entièrement femelle. Il n’existe pas un seul mâle Aspidoscelis neomexicana. Enfin, le serpent cuivré peut aussi se reproduire par parthénogenèse, même lorsqu’il y a suffisamment de mâles. En 2012, une étude publiée dans Biology Letters a démontré qu’une femelle en gestation sur vingt-deux en captivité se reproduisait sans fécondation. Les experts veulent désormais comprendre pourquoi certaines espèces ont recours à la parthénogenèse en présence de mâles dans la nature.

Bouton retour en haut de la page
Fermer