SCIENCES ET VIE 🔵 Alerte maritime : voici les zones oĂą les requins-baleines semblent les plus menacĂ©s d’après une nouvelle Ă©tude – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

SCIENCES ET VIE 🔵 Alerte maritime : voici les zones où les requins-baleines semblent les plus menacés d’après une nouvelle étude

L’étude souligne que plus de 100 000 navires marchands naviguent actuellement dans les eaux internationales. Concrètement, ils représentent plus de 80% du commerce mondial.

Zoom sur une problématique majeure

Il existe plusieurs types de constellations. Les premières sont celles qu’il est possible d’observer dans le ciel : les regroupements d’étoiles. Le second type, celui qui nous intéresse ici, est moins visible du grand public. Il correspondrait aux regroupements de baleines (je veux bien des sources sur ça stp) ainsi appelés car leur forme est comparable à celles des groupes d’étoiles. Plus de 75 chercheurs se sont intéressés à l’impact du trafic maritime sur les requins-baleines dont se font le relais nos confrères de National Geographic.

Ils ont étudié plusieurs espaces de la planète pour définir dans quels lieux ces “constellations sous-marines” de rhincodontidae étaient les plus menacées. Pour rappel, ces derniers évoluent dans les mers tropicales et tempérées chaudes.

Déroulement de l’étude

Pour commencer les chercheurs se sont intéressés aux “constellations sous-marines” de requins-baleines en tentant de les cartographier. Tout en sachant que celles-ci sont éparpillées dans 26 pays. « C’est la première fois que nous sommes capables de cartographier la plupart des constellations de requins-baleines dans le monde, et ce grâce à la contribution de la communauté de chercheurs spécialistes de l’espèce, » a souligné Freya Womersley, autrice principale de l’étude et chercheuse à la Marine Research and Conservation Foundation et à l’université de Southampton (Royaume-Uni).

Ils ont ensuite comparĂ© ces donnĂ©es avec celles qu’ils possĂ©daient sur l’emplacement des grands navires. C’est l’organisation internationale indĂ©pendante Global Fishing Watch qui les leur a fourni. Cette dernière a fait de la technologie son outil privilĂ©giĂ© pour informer sur la façon dont les ocĂ©ans sont utilisĂ©s et gĂ©rĂ©s. Ils ont par la suite classĂ© les sites par niveau de danger potentiel de collision. 

Bilan des recherches 

Les experts ont ensuite dĂ©duit que les pays oĂą les requin-baleines semblaient le plus en danger Ă©taient la Malaisie, l’Équateur, le Mexique, Oman, les Philippines, les Seychelles et TaĂŻwan. Une quarantaine de sites oĂą les pics d’activitĂ© maritime avaient lieu en mĂŞme temps que l’arrivĂ©e annuelle des requins baleines, parfois sur plusieurs mois ont Ă©tĂ© identifiĂ©s. 

Si les chercheurs savent que le trafic maritime constitue un danger pour les animaux, aucun chiffre Ă©tablissant le nombre de requins-baleines morts ou blessĂ©s suite Ă  une collision avec un bateau n’existe pour le moment. 

Comment changer les choses ?

Si la collision avec un navire peut ne pas tuer un requin-baleine, elle peut tout de même le blesser gravement. D’après l’étude, aucune mesure n’est actuellement mise en place pour remédier au souci de la collision des requins-baleines avec des bateaux. Les chercheurs préconisent principalement de réduire la vitesse de navigation et d’éloigner les embarcations des lieux de vie des animaux marins.

Envisager de mettre en place des technologies pour repĂ©rer les animaux ou donner le rĂ´le d’observateur Ă  un membre de l’équipage peuvent Ă©galement ĂŞtre des solutions concrètes  Ă  la problĂ©matique traitĂ©e dans cette Ă©tude. 

« Il est de notre devoir de protéger l’une des espèces les plus charismatiques et les plus belles au monde, qui était présente sur Terre des millions d’années avant nous », affirme Freya Womersley.

Source : ScienceDirect

Bouton retour en haut de la page
Fermer