SCIENCES ET VIE 🔵 Alaskapox : ce que l’on sait du virus après le signalement d’un premier cas mortel – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

SCIENCES ET VIE 🔵 Alaskapox : ce que l’on sait du virus après le signalement d’un premier cas mortel

Fin janvier, un homme immunodéprimé est mort d’un nouveau type de variole, « Alaskapox ». Le nom de cette variole est effectivement une contraction entre le nom de l’État polaire où le virus a été identifié pour la première fois et le mot anglais de la varicelle « chicken pox ». Jusqu’ici, sept cas de cette maladie ont été identifiés, d’après le ministre de la Santé publique d’Alaska.

Les autorités sanitaires suggèrent que la manipulation des petits mammifères par l’homme décédé pourrait être la source de la contamination. Habitant dans les bois de la péninsule de Kenai, l’homme aurait chassé des petits mammifères afin de nourrir un chat sauvage.

Qu’est-ce que l’Alaskapox ?

Ce virus est du même genre que la variole, la variole du singe et la variole de la vache : « Orthopoxvirus ». En effet, ils partagent le même ADN double brin. L’analyse complète de son génome a été publiée en 2019. Cette étude a permis d’identifier qu’il s’agissait d’une toute nouvelle espèce.

Alaskapox : comment se contamine-t-on ? Quels symptĂ´mes ? 

Actuellement, les épidémiologistes ne sont pas encore certains du mode de transmission. Or, ils soupçonnent que cela pourrait avoir lieu entre petits mammifères, notamment les rongeurs. Il n’est pas encore clair pour les scientifiques s’il peut y avoir une transmission entre humains. Ils préconisent tout de même de faire attention de ne pas entrer en contact direct avec les lésions, car les Orthopoxvirus peuvent effectivement se transmettre de cette manière.

Les symptĂ´mes d’Alaskapox consistent des Ă©ruptions cutanĂ©es, un gonflement des ganglions lymphatiques et des douleurs musculaires ou articulaires.  Avant le cas lĂ©tal de janvier, les lĂ©sions des personnes ayant Ă©tĂ© contaminĂ©es ont guĂ©ri après quelques semaines et aucune n’a Ă©tĂ© hospitalisĂ©e.

>> Lire aussi : Des bactĂ©ries rĂ©sistantes qui persistent des annĂ©es dans le corps des patients

Quelle gravité présente le virus d’Alaskapox ?

D’après les autorités sanitaires, cette maladie ne devrait pas être une source de grande alerte. Ils estiment que ce dernier cas a été fatal en raison de l’immunodéficience de la personne contaminée. « Les gens ne devraient pas nécessairement être inquiets, mais plus conscients », a déclaré Julia Rogers, épidémiologiste d’État d’Alaska au journal New York Post. Une campagne de sensibilisation sur les possibles modes de transmission et les symptômes sera donc mise en place dans la région.

Bouton retour en haut de la page
Fermer