RUGBYRAMA 🔵 Les chantiers du staff (2/3). SempĂ©rĂ© doit ajuster sa touche – Shango Media
Rugby-FR

RUGBYRAMA 🔵 Les chantiers du staff (2/3). Sempéré doit ajuster sa touche

L’alignement français a encore été en difficulté samedi, face à l’cosse.Si les Bleus doivents’adapter aux méthodes de Laurent Sempéré, nouveau responsable du secteur, il est urgent de gagner en efficacité.

C’était déjà un gros point noir lors de la lourde défaite face à l’Irlande. Malgré la victoire à Édimbourg, difficile de prétendre que la touche française a retrouvé des couleurs. En titularisant Woki aux côtés de Gabrillagues en deuxième ligne, le staff avait pourtant offert à l’alignement le retour d’un de ses patrons des trois dernières années, chargé des annonces en collaboration avec Ollivon. Plus haut, plus fort ? Pas vraiment, tant les Bleus ont encore été dominés dans ce secteur de jeu.

Si les statistiques officielles se veulent clĂ©mentes en n’attribuant officiellement que deux touches perdues au XV de France (contre une volĂ©e aux Écossais, par Ollivon en deuxième mi-temps), beaucoup d’autres n’ont pas Ă©tĂ© suffisamment propres pour placer les Bleus dans de bonnes conditions. Ă€ l’arrivĂ©e, ce pan de la conquĂŞte n’a pas Ă©tĂ©, comme Ă  Marseille, la rampe de lancement escomptĂ©e. Et loin de lĂ , mĂŞme. Ă€ qui la faute, alors ? Charles Ollivon Ă©vacue : « Je ne sais pas quoi rĂ©pondre… C’est du rugby… C’est dĂ» Ă  plein de choses. » S’il est trop tĂ´t pour tirer des conclusions hâtives, les Ă©volutions dans le staff ont forcĂ©ment entraĂ®nĂ© une pĂ©riode d’adaptation, comme le soulignait François Cros après l’Irlande : « Il y a eu un nouveau système de touche, que nous avons plutĂ´t bien maĂ®trisĂ© sur les deux semaines de prĂ©paration. C’est un ratĂ© mais on ne veut pas perdre la confiance qui Ă©tait la nĂ´tre jusqu’à prĂ©sent. » Celle-ci n’est pas vraiment revenue en Écosse.

Ollivon : « Il faut qu’on s’approprie plus les choses »

Interrogé sur les difficultés dans un secteur qui lui est cher, Ollivon l’a reconnu aisément : « Cela fait partie de ce que l’on doit continuer à travailler. » Une évidence. Relancé sur le sujet, le troisième ligne du RCT n’a pas cité la touche de manière explicite mais il est difficile de ne pas faire le rapprochement immédiat : « Tout n’est pas parfait. Il y a des secteurs où l’on pèche encore, où il y a toujours des points d’interrogation. Tout n’est pas réglé. On va être honnête, on n’est pas encore libéré. »

Est-ce dans la tête, docteur ? « Ce n’est pas que mental. Il faut s’approprier peut-être davantage les choses et qu’on clarifie certains secteurs pour jouer encore plus libéré. » Si chacun reconnaît à Marcoussis son expertise et ses idées dans le domaine, Laurent Sempéré est en première ligne. À lui, avec ses leaders d’alignement, de trouver les solutions techniques et surtout de gagner autant en efficacité qu’en clarté. Surtout car l’architecture de son rôle est différente de celle vécue au Stade français, où il bénéficiait de plus de temps pour parfaire son système et innover.
Selon nos informations, les Bleus lui auraient ainsi fait remonter leur besoin d’aller davantage à l’essentiel, de se montrer plus synthétique, quitte à réduire les options en fonction des caractéristiques adverses. Des remarques prises en compte la semaine dernière à Marcoussis, dans la préparation. Mais le nouveau brouillon d’Édimbourg va pousser tout le monde à aller plus loin. Et plus vite.

L’Ĺ“il du technicien : Dimitri Szarzewski, entraĂ®neur des avants du Racing 92 (meilleure touche du Top 14)

La touche demande beaucoup de temps

« Je connais très bien Laurent Sempéré et il avait la meilleure touche du championnat quand il était au Stade français. Il faut simplement lui laisser du temps car il vient d’arriver en équipe de France. Les Bleus ont eu très peu de temps de préparation et donc d’expérience collective. Ils ont changé quelques annonces par rapport à l’année dernière. La touche demande beaucoup de temps pour que tout le monde soit coordonné sur les timings et ainsi se rassurer sur la connexion lanceur-sauteur. Avec la qualité des joueurs que nous avons en équipe de France, ça va bien se passer. Les Bleus vont maintenant avoir deux semaines pour préparer l’Italie.

À mes yeux, il est certain que tout le monde sera bien réglé d’ici là et que cette performance appartiendra vite à l’histoire ancienne. Je le répète,il faut beaucoup de temps pour travailler la touche. Au Racing par exemple, nous avons plus de deux cent cinquante annonces en touche dans notre cahier de jeu, avec différentes structures. Il faut tout ajuster par rapport à la défense adverse, si elle est en vis-à-vis ou en bloc. Donc, tout peut changer d’un match à l’autre, et l’adversaire peut faire preuve d’intelligence situationnelle.

L’Écosse, et c’était la même chose pour l’Irlande, n’a pas changé de staff et évolue avec les mêmes joueurs, donc ils ont forcément davantage de repères collectifs. Ce n’est pas en deux semaines que l’on met des choses en place. En top 14, nous avons les matchs amicaux et le luxe de pouvoir travailler ensemble toutes les semaines. Les Bleus n’ont eu que douze jours pour préparer leur premier match alors que le nombre de structures en touche est exponentiel. Et pourtant, vous ne pouvez pas travailler que ce secteur dans la semaine. »

Bouton retour en haut de la page
Fermer