RUGBYRAMA 🔵 Une enquĂŞte ouverte contre des joueurs de BĂ©ziers pour des dĂ©gradations Ă  Vannes après la demie de Pro D2 – Shango Media
Rugby-FR

RUGBYRAMA 🔵 Une enquête ouverte contre des joueurs de Béziers pour des dégradations à Vannes après la demie de Pro D2

Une plainte a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e contre des joueurs de BĂ©ziers, qui auraient dĂ©gradĂ© l’entrĂ©e d’un hĂ´tel et menacĂ© de mort la gĂ©rante de ce dernier Ă  Vannes, quelques heures après leur dĂ©faite en demi-finale de Pro D2 le 31 mai dernier. Une enquĂŞte a Ă©tĂ© ouverte, cinq Ă  six joueurs biterrois seraient en cause.

C’est une affaire dont Béziers se serait bien passé. L’information a été révélée par nos confrères de Ouest-France. Cinq ou six joueurs héraultais seraient visés par une plainte. Les faits qui leur sont reprochés se seraient déroulés après la demi-finale de Pro D2, perdue par les Biterrois sur le terrain de Vannes (27-21). Une enquête a été ouverte par la gendarmerie.

C’est au moment oĂą les joueurs ont regagnĂ© leur hĂ´tel en Bretagne que tout aurait dĂ©gĂ©nĂ©rĂ©. Après avoir passĂ© une grande partie de leur soirĂ©e Ă  la Villa Kirov, une boĂ®te de nuit vannetaise, les Biterrois sont retournĂ©s au petit matin Ă  leur hĂ´tel, le « Brit HĂ´tel fleu de Rhuys », situĂ© Ă  une dizaine de kilomètres de la citĂ© bretonne.

Ayant retrouvĂ© l’établissement fermĂ©, certains rugbymen auraient dans un premier temps forcĂ© la porte d’entrĂ©e, avant d’investir le bar de l’hĂ´tel afin de poursuivre leur soirĂ©e. L’histoire de ne serait pas arrĂŞtĂ©e lĂ  puisque la gĂ©rante de l’hĂ´tel aurait Ă©tĂ© menacĂ©e de mort. Cette dernière aurait Ă©tĂ© en ITT (interruption temporaire de travail) pour une durĂ©e de huit jours après cette affaire.

« On cherche toujours à savoir ce qu’il s’est exactement passé »

Le club de l’ASBH a rĂ©agi auprès de nos confrères de Ouest-France. Voici ce qui a Ă©tĂ© dĂ©clarĂ© : « On cherche toujours Ă  savoir ce qu’il s’est exactement passĂ© pour prendre des mesures disciplinaires en interne. Un joueur a Ă©tĂ© identifiĂ© et convoquĂ©. Cinq Ă  six joueurs seraient en cause. Ils n’avaient pas le digicode et auraient abĂ®mĂ© la porte pour rentrer. Il a aussi Ă©tĂ© question de dĂ©gradations, dont des verres brisĂ©s et du mobilier dĂ©gradĂ© dans une chambre. »

Bouton retour en haut de la page
Fermer