RFI 🔵 SĂ©nĂ©gal: baisse de la natalitĂ© et carrières professionnelles en hausse pour le femmes – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 Sénégal: baisse de la natalité et carrières professionnelles en hausse pour le femmes

Le SĂ©nĂ©gal progresse en nombre d’habitants, mais sa natalitĂ© baisse. Ce sont les conclusions du dernier recensement de l’Agence nationale de la statistique et de la dĂ©mographie publiĂ© cette semaine. En 2002, la population atteignait un peu moins de 10 millions. Aujourd’hui, on dĂ©nombre 18 millions d’habitants. L’espĂ©rance de vie a, elle, bondi de 4 ans en 10 ans, passant Ă  68,9 ans en 2023. En revanche, la natalitĂ© continue Ă  baisser rĂ©gulièrement depuis 30 ans. 

Publié le :

2 mn

Publicité

Avec notre correspondante Ă  Dakar, Juliette Dubois

Les femmes du SĂ©nĂ©gal avaient 6,4 enfants en moyenne en 1986, 5,3 en 2002 et plus que 4,2 en 2023. Le premier facteur qui entre en jeu est le taux de scolarisation des filles qui est en constante augmentation.

Djiby DiakhatĂ© est professeur de sociologie Ă  l’universitĂ© Cheikh-Anta-Diop (UCAD) et membre d’un groupe de travail sur le contrĂ´le de la natalitĂ©.

Beaucoup de jeunes femmes, une fois arrivĂ©es au mariage, se disent au fond qu’elles ne peuvent pas se permettre d’avoir beaucoup d’enfants. Elles pensent Ă  une carrière professionnelle, elles pensent Ă  leur santĂ©. Elles pensent aussi Ă  la stabilitĂ© de la famille.

Les gouvernements successifs se sont saisis de cette question du contrĂ´le des naissances avec diffĂ©rentes actions de communication, comme des messages Ă  la tĂ©lĂ©vision. Un travail de sensibilisation est Ă©galement fait depuis une dizaine d’annĂ©es avec les « bajenu gox Â», les tantes communautaires. C’est ce qu’explique le professeur Djiby DiakhatĂ© :

Les tantes de la communautĂ©, ce sont de grandes dames qui ont acquis une solide expĂ©rience au sein des mĂ©nages et qui accompagnent les femmes entrĂ©es rĂ©cemment dans le mariage, en termes de conseils. Elles attirent ainsi leur attention sur la nĂ©cessitĂ© de maintenir l’Ă©quilibre de la famille, par une maternitĂ© elle-aussi Ă©quilibrĂ©e et maitrisĂ©e.

L’âge légal du mariage pourrait accentuer cette tendance à la baisse. Pour l’instant, il est à 16 ans pour les filles, mais les récentes assises de la justice ont proposé de le faire passer à 18 ans pour tous.

À écouter aussiBaisse mondiale de la fécondité : dur, dur de faire des bébés

Bouton retour en haut de la page
Fermer