RFI 🔵 RDC: dĂ©couvertes macabres Ă  la suite des violences intercommunautaire dans la Tshopo – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 RDC: découvertes macabres à la suite des violences intercommunautaire dans la Tshopo

Dans le nord-est de la RDC, à Kisangani, la découverte des scènes macabres n’en finit pas dans la périphérie de la commune de Lubunga. Depuis l’accalmie observée dans le conflit communautaire entre les ethnies Mbole et Lengola fin mai, plusieurs corps sans vie sont régulièrement retrouvés. Onze squelettes ont été découverts dimanche 7 juillet à plus de 20 kilomètres de la ville de Kisangani, située sur la rive gauche du fleuve Congo. Un conflit foncier était à l’origine du déclenchement en mai 2023 des tueries entre ces deux communautés.

Publié le : Modifié le :

2 mn

Publicité

Avec notre correspondant Ă  Kisangani, Joseph Kahongo

Pour le bourgmestre de la commune de Lubunga, Baudouin Kayongo, la découverte des corps sans vie est devenue une routine depuis que les populations ont commencé à se réinstaller petit à petit après leur fuite.

Une rĂ©installation qui rĂ©vèle l’ampleur des atrocitĂ©s commises. « On peut avoisiner les 700 personnes qui sont mortes sans compter les autres corps qui sont en train d’être dĂ©couverts, comme ces squelettes, qui n’ont pas encore Ă©tĂ© comptabilisĂ©s. Comme il y avait le conflit communautaire, personne ne pouvait procĂ©der aux enterrements parce que tout le monde avait peur Â», constate-t-il. 

La cause du conflit est la vente des concessions agricoles à une entreprise libanaise nommée Cap Congo. Une vente faite par la communauté Lengola et mal digérée par la communauté Mbole qui se réclame propriétaire des terres vendues.

Pourparlers de paix

Des pourparlers de paix sont prĂ©vus par les autoritĂ©s provinciales de la Tshopo sous l’égide du ministère national de l’IntĂ©rieur pour tenter d’enterrer dĂ©finitivement la hache de guerre. Pour la sociĂ©tĂ© civile, la rĂ©conciliation entre les deux communautĂ©s passe Ă©galement par la quĂŞte de justice pour les victimes. « L’aspect judiciaire est très important. On doit savoir qui a fait quoi et qui est responsable de quels actes. Les coupables qui seront connus doivent ĂŞtre condamnĂ©s par la justice parce que la vie humaine est sacrĂ©e. Les autoritĂ©s doivent faire tout pour que justice soit faite », estime Prince Heritier Isomela, prĂ©sident de l’association Sauti Ya Lubanga « La voix de Lununga, en Swahili).

Le renforcement de la prĂ©sence militaire a permis le retour au calme dans la commune de Lubunga depuis le dĂ©but du mois de mai. Mais quelques axes agricoles demeurent tout de mĂŞme interdits d’accès Ă  la population.

À lire aussiRDC: nouvelle flambée de violence dans la Tshopo

 

Bouton retour en haut de la page
Fermer