RFI 🔵 Nouvelle-CalĂ©donie: un homme tuĂ© par un tir de gendarme, dixième mort dans l’archipel français – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 Nouvelle-CalĂ©donie: un homme tuĂ© par un tir de gendarme, dixième mort dans l’archipel français

En Nouvelle-CalĂ©donie, les violences qui secouent l’archipel depuis le 13 mai dernier ont fait une nouvelle victime mercredi 10 juillet, portant Ă  10 le nombre de morts. Un homme tuĂ© par un tir de riposte des forces de l’ordre Ă  la tribu de Saint-Louis, un fief indĂ©pendantiste. En rĂ©ponse, dans la nuit, une Ă©cole a Ă©tĂ© incendiĂ©e, des barrages remontĂ©s sur certaines routes, mais ces faits sont restĂ©s relativement contenus. L’identitĂ© de la victime y est peut-ĂŞtre pour quelque chose. 

Publié le :

3 mn

Publicité

Rock Victorin Wamytan, dit « Banane », 38 ans, membre de la famille d’un dirigeant kanak de Nouvelle-CalĂ©donie, a Ă©tĂ© tuĂ© mercredi Ă  l’est de NoumĂ©a dans un Ă©change de tirs avec les gendarmes. La dixième victime depuis le dĂ©but des violences qui dĂ©chirent la Nouvelle-CalĂ©donie. Le rĂ©sident du secteur de la tribu kanak de Saint-Louis, a Ă©tĂ© mortellement blessĂ© par un tir Ă  proximitĂ© de l’Ă©glise de la mission de Saint-Louis, a prĂ©cisĂ© le procureur de la RĂ©publique de NoumĂ©a, Yves Dupas.

À lire aussiLa Nouvelle-Calédonie replonge dans la violence après les transferts de militants vers la métropole

Le militaire a fait « usage de son arme de service » dans une action de riposte Ă  une attaque « caractĂ©risant un pĂ©ril imminent pour ses camarades et lui-mĂŞme », a ajoutĂ© le procureur. Deux enquĂŞtes ont Ă©tĂ© ouvertes par le parquet, l’une pour tentative de meurtre sur personne dĂ©positaire de l’autoritĂ© publique, la seconde pour violences volontaires ayant entraĂ®nĂ© la mort sans intention de la donner. « Ă€ ce stade de l’enquĂŞte, et sous rĂ©serve des investigations en cours, l’hypothèse d’une action de lĂ©gitime dĂ©fense pourrait ĂŞtre privilĂ©giĂ©e au vu des circonstances ayant amenĂ© le gendarme Ă  faire usage de son arme de service Â», estime Yves Dupas.

Vols à main armée et catholiques chassées

Le genre de situation Ă  mĂŞme de jeter de l’huile sur le feu dans ce contexte de très vives tensions dans l’archipel. Pourtant, Ă  part l’incendie d’une Ă©cole et des barrages sur certaines routes, ce qui reste mesurĂ© comparĂ© Ă  ce que le « Caillou » a pu connaĂ®tre depuis mai dernier, pas de regain de tension majeur. La raison est-elle Ă  chercher du cĂ´tĂ© de l’identitĂ© de l’homme abattu ? Rock Victorin Wamytan Ă©tait soupçonnĂ© d’être l’auteur d’une dizaine de vols de voiture Ă  main armĂ©e depuis le 30 juin dernier. Des faits commis sur la route qui passe devant la tribu de Saint-Louis, lĂ  oĂą les militants indĂ©pendantistes ont installĂ© des barrages, relate notre correspondante Ă  NoumĂ©a, Charlotte Mannevy. Avec plusieurs comparses, l’homme avait aussi chassĂ© il y a quelques jours les sĹ“urs de la mission catholique et s’étaient installĂ©s dans les locaux ainsi que dans le presbytère voisin d’oĂą la bande harcelait le voisinage et les forces de l’ordre.

À lire aussiNouvelle-Calédonie: des élections législatives sous haute surveillance dans un contexte toujours tendu

Petit cousin du prĂ©sident indĂ©pendantiste du congrès, « Banane » avait effectuĂ© plusieurs sĂ©jours en prison, notamment pour son rĂ´le dans les violentes Ă©meutes qui avaient secouĂ© la tribu en 2016, après la mort d’un jeune tuĂ© au cours d’un contrĂ´le routier. Père de famille, militant indĂ©pendantiste radical, mais aussi incontrĂ´lable, Rock Victorin Wamytan est « un mort de trop Â» dans une Ă®le de 270 000 habitants dĂ©jĂ  bien trop endeuillĂ©e. Mais il est aussi le symbole de cette poignĂ©e de jeunes Kanak que les sĂ©jours rĂ©pĂ©tĂ©s dans une prison notoirement surpeuplĂ©e et insalubre ont fini de dĂ©socialiser. 

Bouton retour en haut de la page
Fermer