RFI 🔵 Migrants au Rwanda: après l’Ă©chec de l’accord avec le Royaume-Uni, Kigali «prĂŞt» Ă  discuter avec d’autres pays – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 Migrants au Rwanda: après l’Ă©chec de l’accord avec le Royaume-Uni, Kigali «prĂŞt» Ă  discuter avec d’autres pays

Dès son arrivĂ©e au pouvoir, le nouveau gouvernement travailliste du Royaume-Uni a mis un terme Ă  l’accord controversĂ© avec le Rwanda sur les migrants. Un accord qui Ă©tait notamment critiquĂ© par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les RĂ©fugiĂ©s. MalgrĂ© ce revers, le gouvernement de Kigali, qui accueille dĂ©jĂ  près de 100 000 rĂ©fugiĂ©s sur son territoire, indique ne pas avoir Ă  rembourser les fonds dĂ©jĂ  versĂ©s par Londres – près de 300 millions d’euros – et affirme mĂŞme ĂŞtre toujours prĂŞt Ă  se mobiliser avec d’autres pays qui le souhaiteraient.

Publié le :

2 mn

Publicité

Avec notre correspondante Ă  Kigali, Lucie Mouillaud

Pour le porte-parole adjoint du gouvernement rwandais, Alain Mukuralinda, malgré l’abandon de l’accord sur les migrants avec le Royaume-Uni, Kigali reste engagé sur la question de la crise migratoire. « On est toujours prêt à examiner d’autres solutions qui pourraient sauver des vies humaines, et tant qu’il y a toujours des noyades et qu’il n’y a pas d’autres solutions, le gouvernement rwandais sera toujours ouvert à une autre façon de faire pour résoudre ce problème », a-t-il déclaré.

D’autres pays, notamment le Danemark, avaient, pendant un temps, exprimé leur intérêt pour un accord similaire avec Kigali.

Ces nĂ©gociations sont actuellement arrĂŞtĂ©es, affirme le porte-parole adjoint.« Aujourd’hui, il n’y a pas d’autres discussions. Mais comme vous le savez, avant la Grande-Bretagne, il y avait eu d’autres pays nordiques, mais il n’y a plus de discussions aujourd’hui », prĂ©cise-t-il, ajoutant que si d’autres pays « sont demandeurs », leRwanda « ne va pas d’emblĂ©e repousser leur demande ». « C’est clair et net, notre philosophie ne change pas », ajoute le porte-parole.

Même si l’accord bilatéral a été annulé par Londres avant même l’arrivée des premiers migrants, selon Alain Mukuralinda, le Rwanda n’a aucune obligation de rembourser les plus de 300 millions d’euros déjà payés par le Royaume-Uni qui ont déjà été utilisés pour la construction d’infrastructures d’accueil. Ainsi, ajoute le porte-parole, le gouvernement reste ouvert à des discussions sur de potentiels reliquats.

À lire sur InfoMigrantsAbandon du Plan Rwanda : Kigali prévient qu’elle ne remboursera pas l’argent versé par Londres

Bouton retour en haut de la page
Fermer