RFI 🔵 L’humoriste Guillaume Meurice licenciĂ© par Radio France – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 L’humoriste Guillaume Meurice licenciĂ© par Radio France

L’humoriste de France Inter Guillaume Meurice a Ă©tĂ© licenciĂ© « pour faute grave Â» par Radio France après avoir rĂ©itĂ©rĂ© ses propos polĂ©miques sur le Premier ministre israĂ©lien Benjamin Netanyahu, a-t-il annoncĂ© ce mardi Ă  l’AFP.

Publié le :

2 mn

Publicité

La radio publique a notifiĂ© Ă  Guillaume Meurice par courrier la « rupture anticipĂ©e de (son) contrat pour faute grave Â», a-t-il indiquĂ© alors qu’il Ă©tait suspendu depuis dĂ©but mai. C’est la « fin d’un faux suspense Â», a-t-il estimĂ©.

« Cette dĂ©cision, je l’ai prise pour dĂ©loyautĂ© rĂ©pĂ©tĂ©e Ă  l’Ă©gard de l’entreprise Â», a justifiĂ© la prĂ©sidente de Radio France, Sibyle Veil, dans un mail envoyĂ© au personnel. « Ni la libertĂ© d’expression, ni l’humour, n’ont jamais Ă©tĂ© menacĂ©s Ă  Radio France Â», a-t-elle assurĂ©, en reprochant Ă  Guillaume Meurice d’avoir « envenimĂ© la polĂ©mique des mois durant Â».

Ă€ Ă©couter aussiPeut-on rire de tout ?

Guillaume Meurice avait eu le 16 mai un entretien prĂ©alable Ă  un possible licenciement avec les ressources humaines de Radio France, puis Ă©tait passĂ© en commission de discipline le 30 mai, avant la dĂ©cision annoncĂ©e mardi. Figure de l’Ă©mission « Le grand dimanche soir Â», prĂ©sentĂ©e par Charline Vanhoenacker, Guillaume Meurice avait Ă©tĂ© Ă©cartĂ© de l’antenne le 2 mai, quatre jours après avoir rĂ©itĂ©rĂ© ses propos polĂ©miques sur Benyamin Netanyahu tenus une première fois fin octobre.

« Déloyauté répétée »

Il l’avait comparĂ© Ă  une « sorte de nazi, mais sans prĂ©puce Â», ce qui lui avait valu des accusations d’antisĂ©mitisme et une plainte, finalement classĂ©e sans suite. Ces propos avaient Ă©galement valu Ă  Radio France une mise en garde de l’Arcom, le rĂ©gulateur de l’audiovisuel.

« En rĂ©itĂ©rant finalement ses propos Ă  l’antenne en avril, Guillaume Meurice a ignorĂ© l’avertissement qu’il avait reçu, la mise en garde de l’Arcom et dĂ©tournĂ© la dĂ©cision du procureur Â» de classer la plainte sans suite, a argumentĂ© Sibyle Veil. « Il ne nous a pas laissĂ© d’autre choix que de tirer les consĂ©quences de son obstination et de sa dĂ©loyautĂ© rĂ©pĂ©tĂ©e Â», a-t-elle jugĂ©.

Ă€ lire aussiL’humour, pierre angulaire de la libertĂ© d’expression

La suspension de Guillaume Meurice avait provoquĂ© une grève Ă  France Inter le dimanche 12 mai. Fin mai, les syndicats de Radio France et la rĂ©daction de France Inter avaient demandĂ© Ă  leur direction de renoncer « Ă  une dĂ©cision de licenciement Â» de l’humoriste, estimant que cela « crĂ©erait un prĂ©cĂ©dent grave Â» pour « la libertĂ© d’expression Â».

Bouton retour en haut de la page
Fermer