RFI 🔵 Le fils du chef libyen Khalifa Haftar en visite au Burkina Faso sur fond de prĂ©sence russe au Sahel – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 Le fils du chef libyen Khalifa Haftar en visite au Burkina Faso sur fond de présence russe au Sahel

RĂ©cemment propulsĂ© Ă  la tĂŞte des forces terrestres de l’ArmĂ©e nationale libyenne (ANL) dirigĂ©e par son père Khalifa Haftar, Saddam Haftar, le fils cadet a effectuĂ© ce mardi 9 juillet une visite au Burkina Faso. MandatĂ© par son père, Saddam Haftar a effectuĂ© cette visite trois jours seulement après la crĂ©ation officielle de la fĂ©dĂ©ration de l’Alliance des États du Sahel, l’AES.

Publié le :

1 mn

Publicité

Saddam Haftar a rencontrĂ© au palais prĂ©sidentiel de Ouagadougou le capitaineIbrahim TraorĂ©, prĂ©sident de la transition. Officiellement, rien n’a filtrĂ© sur le contenu de cette discrète visite Ă  Ouagadougou, alors que cĂ´tĂ© libyen, un court communiquĂ© de l’ArmĂ©e nationale libyenne indique que Saddam Haftar s’est rendu au Burkina en tant qu’Ă©missaire de son père.

Selon plusieurs spĂ©cialistes, les autoritĂ©s de l’est libyen sont encouragĂ©es par la Russie Ă  nouer des relations plus fortes avec les pays de l’Alliance des États du Sahel. Pour Kader Abderrahim auteur de « GĂ©opolitique de la Libye Â», Ce dĂ©placement devrait « renforcer les liens parrainĂ©s par Vladimir Poutine Â», entre les trois pays du Sahel et le pouvoir militaire Ă  Benghazi.

La Russie plus que jamais engagée au Sahel

Le prĂ©sident russe aimerait bien, selon Kader Abderrahim, que l’ANL « s’implique davantage dans la structuration de cette zone du Sahel Â». « Vladimir Poutine se rend compte, ajoute le chercheur, qu’il n’a pas les moyens militaires et humains, d’ĂŞtre davantage prĂ©sent dans cette zone Â». Il est donc probable qu’il « accorde Ă  la Libye un rĂ´le Ă  jouer Â».

Un avis partagĂ© par le spĂ©cialiste du monde arabe Hasni Abidi. L’homme fort de Benghazi offre dĂ©sormais, selon lui, aux Russes « un couloir allant de la MĂ©diterranĂ©e Jusqu’Ă  Bamako Â». Le marĂ©chal Haftar cherche pour sa part « Ă  s’imposer comme force militaire dans la rĂ©gion Â», conclue Hasni Abidi.

Ă€ lire aussiAfrica Corps, le groupe paramilitaire russe dans les pas de Wagner en Afrique?

Bouton retour en haut de la page
Fermer