RFI 🔵 Le dissident Oleg Orlov, condamné à 30 mois de prison, compare la justice russe à l’Allemagne nazie – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 Le dissident Oleg Orlov, condamné à 30 mois de prison, compare la justice russe à l’Allemagne nazie

À 71 ans et derrière les barreaux, la grande figure de la dissidence russe Oleg Orlov comparaissait ce jeudi par visioconférence au tribunal ce jeudi pour son opposition au conflit en Ukraine. Malgré la confirmation de sa peine, il n’a pas mâché ses mots.

Publié le :

2 mn

Publicité

Les mots prononcés par Oleg Orlov sur la justice russe témoignent de sa ténacité, de sa volonté de combattre quoiqu’il arrive le pouvoir, de sa virulence intacte malgré la prison, de sa grande culture aussi. Pour mettre en cause le système judiciaire, cette figure de la dissidence a visiblement calibré ses propos avec soin, mesurant en toute conscience leur poids.

« Ils ont déformé, perverti et finalement réalisé la destruction totale de la justice et de la loi Â», a asséné Orlov. Une citation de l’avocat américain Telford Taylor lors du procès de Nuremberg qui jugeait les principaux responsables nazis après la Seconde Guerre mondiale. « Ils ont fait du système judiciaire une partie intégrante de la dictature. Les tribunaux qu’ils ont créés et dirigés n’étaient soumis qu’aux diktats politiques du régime ; ils ont aboli tout semblant d’indépendance judiciaire Â», a poursuivi Oleg Orlov, citant toujours Telford Taylor.

Parce qu’il a 71 ans et qu’il est un symbole, la justice russe l’avait d’abord condamné en première instance à une amende pour des propos « discréditant l’armée russe Â».

D’autres se seraient fait discrets après cette clémence inédite. Pas Oleg Orlov, qui, quatre mois plus tard après appel du procureur, a vu sa sentence aggravée à de la prison ferme.

Oleg Orlov avait toujours assumé son choix de rester en Russie sans jamais faire profil bas, y compris sur les bancs des tribunaux. Sa vie se confond avec son combat au sein de Mémorial, née à la fin de l’Union Soviétique. Cette ONG qui documentait les répressions, celles sous l’Union soviétique comme les contemporaines, a été dissoute fin 2021 à Moscou. Elle est co-lauréate du Nobel de la paix 2022, avec le Centre pour les libertés civiles, une ONG ukrainienne, et Ales Bialiatski, un militant politique biélorusse actuellement incarcéré connu pour son travail à la tête de Viasna, la principale organisation de défense des droits humains en Biélorussie.

À lire aussiRussie: l’opposition toujours plus malmenée, le dissident Oleg Orlov condamné à deux ans et demi de prison

Bouton retour en haut de la page
Fermer