RFI 🔵 Gabon: Ă  Libreville, le camp de Gaulle devient une acadĂ©mie de formation militaire – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 Gabon: à Libreville, le camp de Gaulle devient une académie de formation militaire

Au Gabon, c’Ă©tait une cĂ©rĂ©monie symbolique d’une portĂ©e historique mardi 9 juillet, Ă  Libreville. La base militaire de l’armĂ©e française n’est plus exclusivement un site militaire de l’armĂ©e française. Le camp de Gaulle, très connu des Gabonais, sera dĂ©sormais un site mixte oĂą cohabiteront les militaires français et leurs collègues gabonais. Le camp devient une acadĂ©mie pour former les armĂ©es africaines dans plusieurs domaines.

Publié le :

2 mn

Publicité

Ce mardi 9 juillet, les officiers gabonais et français ont inaugurĂ© une Ă©cole d’administration militaire, avant l’acadĂ©mie de l’environnement qui y sera installĂ©e dans quelques mois. 

Sur la Place d’honneur du camp de Gaulle, l’enseigne portant l’inscription « 6ème bataillon d’infanterie marine » vient d’ĂŞtre changĂ©e. On peut dĂ©sormais y lire le mot acadĂ©mie. Les gĂ©nĂ©raux Martin Ossima Ndong du Gabon et RĂ©gis Colcombet, venu de France, ont reçu les honneurs militaires des armĂ©es des deux pays pour symboliser ce changement.

« Renouveau de la coopĂ©ration militaire Â»

Pour le gĂ©nĂ©ral Ossima Ndong, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du ministère gabonais de la DĂ©fense, c’est un nouveau dĂ©part. « C’est un renouveau dans le cadre de la coopĂ©ration militaire entre nos deux États de changer le camp de Gaulle en pĂ´le d’excellence de formation. Nous nous rĂ©jouissons de cette Ă©volution », estime-t-il.

Après avoir reçu les honneurs militaires, les deux généraux ont dévoilé la plaque de l’école d’administration des forces de défense de Libreville (EAFDL), l’un des premiers établissements qui occupera une partie de ce vaste complexe, ex-base française.

Le gĂ©nĂ©ral RĂ©gis Colcombet salue une Ă©volution de la coopĂ©ration militaire franco-gabonaise.« Dans un monde qui est complexe, il faut qu’on travaille ensemble. Et donc, la France ne part pas, ne reste pas mais se transforme vraiment dans son travail ici au Gabon », constate-t-il. 

En raison de cette réorientation, les effectifs des militaires français au Gabon passent cette année de 350 à 200 soldats, et le dispositif de combat réduit.

Ă€ lire aussiGabon: le dialogue national demande une rĂ©volution dans l’équilibre des pouvoirs

Bouton retour en haut de la page
Fermer