RFI 🔵 États-Unis: le fils du prĂ©sident, Hunter Biden, reconnu coupable de dĂ©tention illĂ©gale d’arme – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 États-Unis: le fils du président, Hunter Biden, reconnu coupable de détention illégale d’arme

Hunter Biden, le fils de l’actuel président américain Joe Biden, a été reconnu coupable mardi 11 juin de détention illégale d’arme à feu, une détention qui serait illicite car il était usager de drogues. C’est ce qu’a décidé le jury du tribunal fédéral de Wilmington, dans le Delaware, l’État de la famille Biden. Le verdict a été annoncé en pleine campagne du président américain pour sa réélection.

Publié le :

5 mn

Publicité

La famille Biden Ă©tait prĂ©sente tout au long du procès : Hunter Biden est d’ailleurs ressorti du tribunal main dans la main avec son Ă©pouse Melissa et sa mère Jill Biden. Les tĂ©moins prĂ©sents dans la salle d’audience ont vu le fils du prĂ©sident Ă©couter le verdict sans Ă©motion particulière, avant de remercier ses avocats.

Hunter Biden est donc reconnu coupable de trois chefs d’accusation. Il est notamment coupable d’avoir menti à deux reprises, en affirmant ne pas être dépendant aux drogues dans un formulaire nécessaire à l’achat de l’arme en 2018. Pendant le procès, sa consommation de stupéfiants, et en particulier de crack, a été détaillée par ses proches, par son ex-femme et son ex-petite amie. Il a également été reconnu coupable de cette détention d’armes elle-même.

Hunter Biden n’a pas tĂ©moignĂ© au cours de ce procès mais il n’a jamais niĂ© ses problèmes d’addiction bien connus. Il est ressorti libre du tribunal. D’ailleurs, Hunter Biden a Ă©tĂ© reconnu coupable mardi de dĂ©tention illĂ©gale d’arme Ă  feu non pas en raison de son addiction aux drogues et Ă  l’alcool lors de l’achat du revolver, mais pour ses « choix illĂ©gaux », a affirmĂ© le procureur spĂ©cial David Weiss. « Ce dossier porte sur les choix illĂ©gaux qu’a fait le prĂ©venu alors qu’il Ă©tait en proie aux addictions, son choix de mentir sur un formulaire gouvernemental lorsqu’il a achetĂ© l’arme puis son choix de dĂ©tenir cette arme », a dĂ©clarĂ© M. Weiss, qui a instruit l’affaire, lors d’un bref point de presse.

Le juge doit prononcer sa peine dans quelques semaines. Hunter Biden encourt en théorie jusqu’à 25 ans de prison, mais il est peu probable que la peine soit aussi lourde, dans la mesure où il n’a détenu l’arme que pendant 11 jours, qu’elle n’a pas servi à commettre de crime et où il s’agit de sa première condamnation au pénal. Une peine alternative pourrait aussi être décidée.

Un caillou dans la chaussure de la campagne de Joe Biden ?

C’est Ă©galement la première condamnation au pĂ©nal du fils d’un prĂ©sident en exercice. Joe Biden a aussitĂ´t rĂ©agi par un communiquĂ©, redisant qu’il « accepterait la conclusion de cette affaire Â» et qu’il « respecterait la procĂ©dure judiciaire Â». Cela alors que Hunter envisage de faire appel, Ă©crit-il.

« Je suis le prĂ©sident, mais je suis aussi un père. (La Première dame) Jill (Biden) et moi aimons notre fils et sommes si fiers de l’homme qu’il est aujourd’hui Â», a Ă©crit le dirigeant dĂ©mocrate de 81 ans, qui s’apprĂŞte Ă  affronter le 5 novembre son rival rĂ©publicain Donald Trump. Joe Biden avait dĂ©jĂ  tĂ©moignĂ© Ă  son fils au dĂ©but du procès de son « amour infini Â» tout en s’engageant Ă  ne pas le gracier s’il Ă©tait condamnĂ©.

Pas question d’amnistie présidentielle et paternelle donc, comme il l’avait déjà dit, alors que les conséquences politiques sur sa campagne sont difficiles à évaluer.

Ce verdict intervient justement le jour où Joe Biden doit prononcer un discours sur la limitation de la prolifération des armes à feu, un fléau aux États-Unis.

Hunter Biden, avocat et homme d’affaires de 54 ans reconverti en artiste, comparaissait depuis le 3 juin dans cette ville fief du clan Biden pour avoir menti sur sa consommation de drogues lorsqu’il avait achetĂ© un revolver de type Colt Cobra dans une armurerie. Il « savait qu’il Ă©tait un consommateur de crack ou (qu’il Ă©tait) dĂ©pendant Â», avait martelĂ© le procureur Leo Wise.

L’avocat de Biden, Abbe Lowell, avait au contraire assurĂ© aux jurĂ©s qu’« il ne consommait plus de drogues Â» quand il avait achetĂ© l’arme, laquelle « n’a jamais, jamais Ă©tĂ© chargĂ©e, portĂ©e ou utilisĂ©e pendant les 11 jours oĂą elle a Ă©tĂ© en sa possession Â».

Les rĂ©publicains dĂ©noncent l’« influence corruptrice de Biden Â»

Le Parti rĂ©publicain, aux ordres du candidat Ă  la prĂ©sidentielle et ex-prĂ©sident Donald Trump, cherche depuis longtemps Ă  Ă©clabousser Joe Biden Ă  travers les dĂ©boires de son fils. Les conservateurs sont allĂ©s jusqu’Ă  ouvrir une enquĂŞte en destitution du chef de l’État. En cause : les affaires de Hunter en Ukraine et en Chine. Jusqu’Ă  prĂ©sent, aucune preuve compromettante n’a Ă©tĂ© apportĂ©e.

Le prĂ©sident rĂ©publicain d’une commission d’enquĂŞte de la Chambre des reprĂ©sentants James Comer a saluĂ© mardi 11 juin dans un communiquĂ© « un pas vers la responsabilitĂ© Â». Mais selon lui, elle doit aller « jusqu’Ă  ce que le ministère de la Justice enquĂŞte sur tous ceux impliquĂ©s autour de (…) l’influence corruptrice de Biden Â».

En septembre, Hunter Biden doit aussi comparaître en Californie pour fraude fiscale. Ses affaires, qui font les choux gras des médias conservateurs, risquent de parasiter les tentatives de son père de marquer le contraste avec Donald Trump. Notamment car ce dernier a été reconnu coupable le 30 mai dans un procès pénal pour paiements dissimulés à une star de films X, une première historique contre un ancien président des États-Unis.

Bouton retour en haut de la page
Fermer