RFI 🔵 États-Unis: la candidature de Joe Biden sous pression avant une confĂ©rence de presse dĂ©cisive – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 États-Unis: la candidature de Joe Biden sous pression avant une conférence de presse décisive

La campagne prĂ©sidentielle aux États-Unis et les difficultĂ©s de Joe Biden Ă  convaincre son propre camp de sa capacitĂ© Ă  aller au bout de sa candidature font couler beaucoup d’encre. MalgrĂ© les efforts de Joe Biden, les doutes et les appels Ă  laisser la place se font de plus en plus entendre. Le prĂ©sident amĂ©ricain doit tenir ce jeudi soir une confĂ©rence de presse aux allures de crash test s’approche jeudi.

Publié le :

3 mn

Publicité

« Gardez-moi de mes amis, mes ennemis, je m’en charge », disait Voltaire. Pendant que Joe Biden tâche de se présenter en meneur du monde libre face aux menaces extérieures au sommet de l’Otan, dans son propre pays, les digues sont sur le point de céder.

De plus en plus d’élus dĂ©mocrates rĂ©clament ouvertement un autre candidat pour la future prĂ©sidentielle. Au SĂ©nat, Oeter Welch a Ă©tĂ© le premier d’entre eux Ă  appeler publiquement le prĂ©sident Ă  se « retirer de la course ». MĂŞme Chuck Schumer, le leader de la majoritĂ© dĂ©mocrate, aurait dit en privĂ©, selon des informations de presse, qu’il serait ouvert Ă  un remplacement. Une information ensuite dĂ©mentie par l’intĂ©ressĂ© dans un communiquĂ©.

Toujours au congrès, Nancy Pelosi, l’ancienne prĂ©sidente de la chambre, explique que le prĂ©sident doit se dĂ©cider rapidement. Sur MSNBC, Nancy Pelosi, ancienne prĂ©sidente de la Chambre des reprĂ©sentants restĂ©e très influente, a mis le dĂ©mocrate au pied du mur, de manière subtile mais implacable. « C’est au prĂ©sident de dĂ©cider s’il va se prĂ©senter » en novembre face Ă  son prĂ©dĂ©cesseur rĂ©publicain Donald Trump, a-t-elle dĂ©clarĂ© sur cette chaĂ®ne prisĂ©e des dĂ©mocrates. « Nous l’encourageons tous Ă  prendre cette dĂ©cision car le temps presse », a-t-elle ajoutĂ©.

MĂŞme chez les cĂ©lĂ©britĂ©s, il perd des soutiens. L’acteur George Clooney, fervent dĂ©mocrate, qui a dĂ©jĂ  rĂ©coltĂ© beaucoup d’argent pour le candidat dans son milieu, explique que Joe Biden n’est plus celui qu’il Ă©tait. Pendant ce temps, Donald Trump observe et fait savoir qu’il prĂ©fĂ©rerait que Joe Biden reste son adversaire. C’est qu’il ne faut jamais interrompre un ennemi qui fait une erreur, disait NapolĂ©on. 


Crash test

Cette pression s’accentue alors que Joe Biden, qui joue dĂ©sormais sa survie politique Ă  chaque apparition publique, fera face ce jeudi soir Ă  un test redoutable pour sa candidature Ă  la prĂ©sidentielle en donnant une confĂ©rence de presse, un exercice qu’il n’affectionne pas. Et ce sera « une confĂ©rence de presse de grand garçon », promet la Maison Blanche, sans plus de dĂ©tails sur la durĂ©e ou le dĂ©roulement. Cette expression curieuse vise sans doute Ă  distinguer ce rendez-vous des courtes sĂ©ances de questions/rĂ©ponses bien balisĂ©es auxquelles le prĂ©sident amĂ©ricain se prĂŞte gĂ©nĂ©ralement en compagnie des dirigeants Ă©trangers qu’il reçoit, et lors desquelles quatre journalistes au total, dĂ©signĂ©s Ă  l’avance, posent des questions.

Joe Biden devra avoir de la rĂ©partie, s’exprimer clairement, d’une voix assurĂ©e, sans notes et sans prompteur. En somme, tout ce qu’il a Ă©tĂ© incapable de faire le 27 juin dernier pendant un dĂ©bat face Ă  son adversaire rĂ©publicain Donald Trump, qu’il affrontera lors de l’Ă©lection prĂ©sidentielle de novembre. Le dĂ©mocrate de 81 ans, mĂŞme s’il n’a pas rĂ©ussi depuis ce duel tĂ©lĂ©visĂ© calamiteux Ă  apaiser les doutes qui rongent son parti, a redit très clairement qu’il n’entendait pas se retirer.

Bouton retour en haut de la page
Fermer