RFI 🔵 Au Rwanda, la fin des subventions sur les transports en commun pèse sur le coĂ»t de la vie – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

RFI 🔵 Au Rwanda, la fin des subventions sur les transports en commun pèse sur le coût de la vie

Au Rwanda, alors que les élections présidentielles et législatives du 15 juillet approchent, le gouvernement a mis fin en mars à une politique de subvention adoptée en 2020 sur les tarifs des transports en commun. Une décision qui pèse sur le pouvoir d’achat de nombreux Rwandais malgré une inflation sur les prix alimentaires qui, elle, semble maîtrisée. Reportage.

Publié le :

3 mn

Publicité

Avec notre envoyée spéciale à Kigali, Liza Fabbian

Albert laisse glisser une grosse poignĂ©e de haricots secs dans une bassine en plastique avant de les peser. Le prix de cette denrĂ©e de base avait très fortement augmentĂ© ces dernières annĂ©es mais le commerçant a constatĂ© une nette baisse cette saison. « L’annĂ©e dernière, le prix des haricots Ă©tait très Ă©levĂ©, quasiment 1 300 francs rwandais [environ 91 centimes d’euros, NDLR] par kilo, affirme-t-il. Maintenant, c’est presque deux fois moins cher, mĂŞme si on n’en est pas encore aux prix d’avant Covid, oĂą un kilo se nĂ©gociait Ă  peine de 600 francs [moins de 50 centimes d’euros, NDLR] en moyenne Â».

Selon l’Institut national des statistiques du Rwanda, l’inflation gĂ©nĂ©rale Ă©tait de 5% au mois de juin par rapport Ă  l’annĂ©e dernière. Et c’est surtout le prix des transports qui pèse sur le portefeuille des Rwandais. Au mois de mars, le gouvernement a mis fin Ă  une politique de subvention adoptĂ©e en octobre 2020. Une dĂ©cision Ă  la grande surprise d’un professeur croisĂ© Ă  la gare de routière de Nyabugogo. « Le prix de mon trajet quotidien est passĂ© de 220 Ă  310 francs rwandais, explique-t-il. Du coup, je dois parfois marcher pour rĂ©duire mes dĂ©penses. Bien sĂ»r, cette dĂ©cision nous a pris de court, car nos salaires, eux, n’ont pas augmentĂ©s ! Â»

Le coĂ»t des transports en commun a bondi d’environ 24% par rapport Ă  2023

Un autre passager estime que la levĂ©e des subventions – qui ont coĂ»tĂ© près de 62 millions d’euros Ă  l’État rwandais, selon le ministre des Infrastructures – aurait dĂ» ĂŞtre plus progressive. « Nous demandons au gouvernement de rĂ©duire le prix des transports publics, lance-t-il. Moi, je paie 400 francs pour aller d’ici Ă  Birembo. C’est deux fois plus qu’avant ! Ils auraient dĂ» faire en sorte que ça n’augmente qu’Ă  hauteur de 300 francs, par exemple. Le prix de la nourriture je ne m’en plains pas, mais le coĂ»t des transports, si Â».

Celui-ci a bondi d’environ 24 %, en moyenne, par rapport Ă  l’annĂ©e dernière, selon les donnĂ©es officielles du gouvernement rwandais.

Les Rwandais se rendront aux urnes le 15 juillet 2024 pour des Ă©lections prĂ©sidentielles et lĂ©gislatives. Sans surprise, le prĂ©sident Paul Kagame, au pouvoir depuis 24 ans, se prĂ©sente pour un quatrième mandat, qu’il est sĂ»r de remporter.

Parmi les sujets de prĂ©occupation de la population rwandaise, le coĂ»t de la vie. L’inflation qui avait beaucoup augmentĂ© dans le pays en 2022 et 2023, a nettement ralenti en 2024. Mais, alors que l’inflation alimentaire semble maĂ®trisĂ©e, les prix des transports publics ont explosĂ© ces derniers mois dans le pays, grevant le pouvoir d’achat de nombreux travailleurs.

Ă€ lire aussiAu Rwanda, les frontaliers du Burundi veulent la rĂ©ouverture de la frontière: «Il n’y a plus aucun commerce»

Bouton retour en haut de la page
Fermer