PUREPEOPLE 🔵 LongĂ©vitĂ© : OĂą se trouve le plus grand nombre de centenaires ? Ces “zones bleues” dĂ©voilent leurs secrets… – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

PUREPEOPLE 🔵 LongĂ©vitĂ© : OĂą se trouve le plus grand nombre de centenaires ? Ces “zones bleues” dĂ©voilent leurs secrets…

La suite après la publicité

S’il y a bien un domaine sur lequel les Japonais n’ont rien Ă  apprendre de personne, c’est bien en matière de longĂ©vitĂ©. En effet, le Japon se place en tĂŞte des pays oĂą l’espĂ©rance de vie est la plus longue au monde, selon l’Organisation de coopĂ©ration et de dĂ©veloppement Ă©conomiques (OCDE). Et le rĂ©gime alimentaire des Japonais y est notamment pour beaucoup. Mais les Japonais ne sont pas les seuls sur le podium de la longĂ©vitĂ© et depuis les annĂ©es 1990, le journaliste amĂ©ricain Dan Buettner Ă©tudie les habitudes de vie des habitants des cinq zones du monde ayant les plus fortes concentrations de centenaires. Dans 100 ans de plĂ©nitude : les secrets des zones bleues, sĂ©rie-documentaire disponible depuis la fin du mois d’aoĂ»t sur Netflix, il livre quelques-uns de leurs secrets.

L’homme a enquĂŞtĂ© pendant près de 30 ans sur ce que l’on appelle les “zones bleues”, ces fameuses rĂ©gions du monde oĂą l’on trouve les plus fortes concentrations de centenaires. Pour comprendre et identifier les facteurs qui favorisent cette espĂ©rance de vie si importante, il s’est rendu dans ces zones bleues, en Sardaigne, au Japon, en Grèce, en Californie et au Costa Rica. Regroupant ainsi des centaines de recherches scientifiques Ă  propos du rĂ©gime alimentaire, des conditions gĂ©ologiques ainsi que de l’histoire de populations y habitant. Et il a mĂŞme poussĂ© son enquĂŞte jusqu’Ă  crĂ©er une zone bleue Ă  Albert Lea, dans le Minnesota en 2009. Un an après, l’espĂ©rance de vie locale moyenne a pris 2,9 ans.

Du sport, “naturellement

Si l’alimentation a un impact capital sur le bien-ĂŞtre, dans toutes les zones bleues Ă©tudiĂ©es par Dan Buettner, impossible de passer Ă  cĂ´tĂ© de la place si importante du sport dans la vie des habitants. Et ce de manière naturelle. Les peuples centenaires ne cherchent pas Ă  “faire du sport pour faire du sport“. Ils Ă©voluent en revanche dans des environnements ne laissant pas sa place Ă  la sĂ©dentaritĂ©, comme par exemple en Sardaigne, oĂą mĂŞme les personnes âgĂ©es se voient dans l’obligation de gravir et de dĂ©valer les cĂ´tes. Sur l’Ă®le japonaise d’Okinawa, qui a connu la plus forte concentration de centenaires au monde (81 centenaires pour 100.000 habitants en 2015 contre 20 aux États-Unis selon une Ă©tude menĂ©e en 2015 intitulĂ©e Okinawa Centenarian Study), les locaux ont pris l’habitude de se lever plusieurs fois par jour. Dans ces zones, le travail manuel a lui aussi sa part belle. L’agriculture, le jardinage ou encore Ă  la cuisine, sont des sources d’activitĂ©s physiques.

Alimentation, relations sociales et inclusion

Enfin, l’alimentation, parlons-en. Dans ces zones bleues, le rĂ©gime alimentaire est plus constituĂ© de fruits et lĂ©gumes non transformĂ©s que de viandes. La base de l’alimentation locale repose sur trois aliments fondamentaux, les haricots noirs, les courges et le maĂŻs, nous rapportent nos confrères de Madame Figaro. Leur point commun ? Ils sont riches en antioxydants, en vitamines et en minĂ©raux. Les relations sociales sont aussi des plus symptomatiques de ces endroits qui regroupent le plus de centenaires. L’ensemble des zones bleues que Dan Buettner a visitĂ©es sont avant tout des communautĂ©s, “dans lesquelles les liens sociaux sont extrĂŞmement forts“. Des relations qui aident Ă  rester plus heureux jusqu’Ă  la fin de la vie, et permettent ainsi de rester en bonne santĂ© plus longtemps. Enfin, l’inclusion dans la sociĂ©tĂ© est le dernier pilier de la longĂ©vitĂ©, et pas des moindres. En effet dans ces zones bleues, mĂŞme lorsqu’elles sont âgĂ©es, les personnes ne se sentent pas exclues. Il n’existe pas de sĂ©paration entre personnes actives et retraitĂ©s. Car la rupture entre les deux peut souvent avoir des consĂ©quences nĂ©fastes sur l’ĂŞtre exclu.

La suite après la publicité

La suite après la publicité

Bouton retour en haut de la page
Fermer