L’ÉQUIPE 🔵 SĂ©rie Euro 84 (1/17) : Des tauliers et du sang neuf – Shango Media
Sports-FR

L’ÉQUIPE 🔵 SĂ©rie Euro 84 (1/17) : Des tauliers et du sang neuf

Il y a quarante ans, l’Ă©quipe de France remportait son premier trophĂ©e international. Revivez l’Ă©popĂ©e des Bleus de Platini Ă  l’Euro 84, au jour le jour.

Deux ans après sa 4e place au Mundial espagnol, la France organise l’Euro, dont le format est inĂ©dit : les 2 premiers des deux groupes de quatre se croiseront en demies. Pour les bookmakers, la tĂŞte du groupe I est promise Ă  la France (Belgique, Danemark, Yougoslavie) et celle du groupe II Ă  la RFA, tenante du titre (Espagne, Portugal, Roumanie), en l’absence de plusieurs grands du continent, comme l’Italie, championne du monde.

Après un stage en altitude Ă  Font-Romeu ponctuĂ© par deux promenades de santĂ© improvisĂ©es contre Andorre (9-0 et 5-1) et un succès contre l’Écosse Ă  Marseille (2-0), les Bleus ont achevĂ© leur prĂ©paration par une rĂ©pĂ©tition gĂ©nĂ©rale au Parc des Princes le 9 juin, avec une opposition Ă  huis-clos face au Bataillon de Joinville (3-0), avant de rejoindre le Relais du prieurĂ© Ă  Saint-Lambert-des-Bois. Une ancienne abbaye au coeur de la vallĂ©e de Chevreuse choisie pour son calme. Pour le confort des Bleus, leur intendant Henri GuĂ©rin a obtenu des propriĂ©taires qu’ils amĂ©nagent les chambres individuelles, en les Ă©quipant d’un tĂ©lĂ©viseur et d’un lit plus large (140 cm contre 90 cm).

Aucun des 3 gardiens figurant dans le groupe de 20 joueurs retenus par Michel Hidalgo (JoĂ«l Bats, Philippe Bergeroo, Albert Rust), n’Ă©tait prĂ©sent lors de la Coupe du monde 1982 en Espagne (Jean-Luc Ettori, Dominique Baratelli, Jean Castaneda).

Ă€ la veille de dĂ©fier le Danemark, attablĂ© dans le parc du prieurĂ©, Michel Hidalgo annonce Ă  la presse reconduire l’Ă©quipe qui a battu l’Écosse le 1er juin : si l’ossature est composĂ©e d’« anciens » de 1982 (Amoros, Bossis, Battiston, Tigana, Giresse, Platini, Lacombe, Bellone), l’Ă©quipe de France, invaincue depuis neuf mois, a gagnĂ© en soliditĂ© grâce Ă  l’apport du gardien auxerrois JoĂ«l Bats, du stoppeur monĂ©gasque Yvon Le Roux, associĂ© dans l’axe Ă  Maxime Bossis depuis la retraite internationale de Marius TrĂ©sor, et au milieu du PSG Luis Fernandez, prĂ©fĂ©rĂ© Ă  Bernard Genghini pour Ă©quilibrer le « carrĂ© magique ». « On Ă©tait sĂ»rs de nos forces, rembobine Alain Giresse. On avait gagnĂ© en confiance et en maturitĂ©. »

Avant d’attaquer son ultime tournoi Ă  la tĂŞte des Bleus, Hidalgo appelle Ă  se mĂ©fier du Danemark, dernière Ă©quipe Ă  avoir battu ses troupes, en amical Ă  Copenhague (1-3) le 7 septembre 1983. Une rencontre arbitrĂ©e ce soir-lĂ  par l’Allemand Volker Roth, dĂ©signĂ© pour diriger leurs retrouvailles en ouverture de l’Euro.

Bouton retour en haut de la page
Fermer