L’ÉQUIPE 🔵 Avec MaĂ«lle Lakrar, la tentation d’une dĂ©fense Ă  trois chez les Bleues – Shango Media
Sports-FR

L’ÉQUIPE 🔵 Avec MaĂ«lle Lakrar, la tentation d’une dĂ©fense Ă  trois chez les Bleues

Les performances de la Montpelliéraine Maëlle Lakrar causent des maux de tête au staff des Bleues, qui peut difficilement la laisser dans un rôle de joker derrière la paire lyonnaise Griedge Mbock-Wendie Renard.

ArrivĂ©e dans la lumière avec son doublĂ© contre l’Irlande Ă  Dublin dĂ©but juillet (3-0), MaĂ«lle Lakrar n’a plus du tout une tĂŞte de novice au moment de retrouver les « Girls in Green Â», demain soir, Ă  Metz, pour dĂ©buter les qualifications Ă  l’Euro 2025. RĂ©vĂ©lation de la Coupe du monde en Australie, oĂą elle avait parfaitement accompagnĂ© Wendie Renard en charnière en l’absence de Griedge Mbock, blessĂ©e Ă  un genou, la joueuse de Montpellier (23 ans) s’est affirmĂ©e comme une titulaire en puissance des Bleues ces derniers mois.

Elle a notamment profitĂ© du forfait de Renard (quadriceps) lors du Final Four de la Ligue des nations, fin fĂ©vrier, en Ă©tant l’une des seules Françaises Ă  surnager. Son ascension tend Ă  crĂ©er un problème de riches pour HervĂ© Renard dans l’axe de sa dĂ©fense, puisque Mbock est revenue Ă  un haut niveau et n’a plus Ă  prouver sa lĂ©gitimitĂ© Ă  cĂ´tĂ© de la capitaine, qu’elle Ă©paule Ă  Lyon depuis neuf ans.

Wendy Renard va peu jouer lors de ce rassemblement

Convaincu par la sĂ©rĂ©nitĂ© et la taille de Lakrar (1,72 m), mais aussi par son abnĂ©gation en quarts du Mondial (0-0, 6-7 aux t.a.b. contre l’Australie), oĂą elle avait tenu sa place malgrĂ© une dĂ©chirure Ă  une cuisse, le staff peut-il vraiment se permettre de laisser la MontpelliĂ©raine sur le banc ? « Wendie et Griedge sont des cadres, c’est normal qu’elles aient leur place. Ça ne me dĂ©range pas si je dois revenir un peu sur le banc, j’ai la confiance du coach quoi qu’il arrive Â», assure Lakrar au sujet de cette concurrence.

Sur ce rassemblement, le casse-tĂŞte sera Ă©vitĂ© car le coach a prĂ©venu que Renard, qui revient doucement après son opĂ©ration au quadriceps fin dĂ©cembre, jouerait peu. La Martiniquaise, Mbock et Lakrar devraient donc se partager Ă©quitablement les minutes sur les deux rencontres, et cette dernière pourrait aussi dĂ©panner en tant que latĂ©rale droite avec le forfait d’Elisa De Almeida, mĂŞme si ce n’est pas son « poste prĂ©fĂ©rentiel Â».

Le problème de riches sera bien plus intense lorsque le trio sera en pleine forme, avec en filigrane une hypothèse tentante : les aligner ensemble dans un axe Ă  trois en vue des JO. « Je n’exclus jamais rien dans mon esprit, sourit le sĂ©lectionneur Ă  ce sujet. Avec la Zambie, je jouais en 4-2-3-1, avec la CĂ´te d’Ivoire en 3-4-3, je connais bien ces systèmes. Ça doit s’adapter aux joueuses. Â»

Une dĂ©fense Ă  trois pourrait permettre de mieux couvrir certaines zones, d’offrir plus de diversitĂ©s dans la première relance, tout en offrant plus de libertĂ©s Ă  Sakina Karchaoui en piston. « Avec Montpellier, on a Ă©normĂ©ment jouĂ© comme ça, j’aime beaucoup, donc ça ne me dĂ©rangerait pas Â», poursuit Lakrar, intĂ©ressĂ©e. Corinne Diacre avait dĂ©jĂ  tentĂ© cette option mais manquait d’une troisième axiale dominante Ă  cĂ´tĂ© des Lyonnaises. DĂ©sormais, toutes les conditions semblent rĂ©unies.

publié le 4 avril 2024 à 11h30 mis à jour le 4 avril 2024 à 11h30

Bouton retour en haut de la page
Fermer