LE MONDE 🔵 Les plaintes pour escroqueries en forte augmentation depuis huit ans – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 Les plaintes pour escroqueries en forte augmentation depuis huit ans

Petites annonces frauduleuses, faux conseillers bancaires, arnaques Ă  la romance : au cours des huit dernières annĂ©es, le nombre de victimes d’escroqueries recensĂ©es a augmentĂ© de 64 %. C’est le principal enseignement d’une Ă©tude publiĂ©e mercredi 10 juillet par le service statistique ministĂ©riel de la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure de la Place Beauvau.

Une escroquerie consiste Ă  tromper une personne pour lui faire remettre volontairement de l’argent ou un bien et constitue un dĂ©lit. Lorsque le service statistique ministĂ©riel de la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure a commencĂ© Ă  constituer des statistiques sur cette infraction, en 2016, police et gendarmerie avaient enregistrĂ© 250 900 plaintes. Huit ans plus tard, en 2023, elles Ă©taient 411 700. Soit une augmentation d’environ 7 % par an.

Exception logique, les fraudes liĂ©es aux chèques ont dĂ©gringolĂ©. Le nombre de victimes de falsifications ou de contrefaçons ayant dĂ©posĂ© une plainte Ă  ce sujet a Ă©tĂ© divisĂ© par deux entre 2016 et 2023, passant de 34 100 Ă  16 900. Cette diminution s’explique par le recul du chèque comme moyen de paiement, qui Ă©tait utilisĂ© pour 2,1 milliards de transactions en 2016 en France, contre seulement 1 milliard en 2022.

Une réalité sous-évaluée

Si femmes et hommes sont indiffĂ©remment touchĂ©s, il n’en va pas de mĂŞme pour les diverses catĂ©gories d’âge. En 2023, près de la moitiĂ© des victimes Ă©taient âgĂ©es de 25 Ă  54 ans. Mais leur poids a lĂ©gèrement diminuĂ© depuis huit ans, au dĂ©triment des plus âgĂ©s. En 2016, les plus de 65 ans reprĂ©sentaient environ 19 % des victimes d’escroquerie, contre 23 % en 2023.

Le rapport constate Ă©galement des disparitĂ©s gĂ©ographiques : police et gendarmerie relèvent proportionnellement plus d’escroqueries dans les dĂ©partements les plus urbanisĂ©s. Entre 2016 et 2023, chaque annĂ©e, plus de 0,75 % de la population de Paris et des Hauts-de-Seine avait dĂ©clarĂ© une escroquerie, contre moins de 0,28 % en Guyane et Ă  La RĂ©union.

Ces chiffres n’offrent nĂ©anmoins qu’un regard limitĂ© sur l’ampleur rĂ©elle de ces pratiques dĂ©lictueuses, puisque toutes les victimes ne portent pas plainte. Le nombre de plaintes croissant peut donc masquer une Ă©volution de la propension des victimes Ă  dĂ©poser une plainte. Deux plates-formes rĂ©cemment mises en ligne ont pu avoir une influence : Perceval et Thesee, qui permettent respectivement de rĂ©aliser des signalements et des dĂ©pĂ´ts de plainte. « Perceval peut conduire Ă  une baisse des dĂ©pĂ´ts de plainte, le signalement pouvant suffire Ă  se faire indemniser en cas de fraude Ă  la carte bancaire Â», explique le service du ministère de l’intĂ©rieur, tandis que Thesee pourrait tirer le nombre de plaintes vers le haut.

Il vous reste 38.7% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer