LE MONDE 🔵 Le nouveau modèle Ă©conomique de la Chine lui promet davantage de conflits commerciaux – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 Le nouveau modèle économique de la Chine lui promet davantage de conflits commerciaux

Sur une chaîne de production de machines à laver dans une usine de la société chinoise d’électroménager et d’électronique Haier, à Qingdao, dans la province chinoise du Shandong, le 18 février.

Le 8 septembre 2023, le prĂ©sident chinois, Xi Jinping, Ă©tait en visite d’inspection dans une province du nord-est de la Chine. Le Heilongjiang est emblĂ©matique des vieilles industries, une « ceinture de la rouille Â» chinoise, bien moins dynamique que les deltas du Yangzi et de la rivière des Perles. LĂ  comme ailleurs dans le pays, le marchĂ© immobilier est Ă©galement en berne. Les dĂ©penses d’infrastructures les plus nĂ©cessaires, un moteur essentiel de la croissance jusqu’à prĂ©sent avec la construction d’immeubles, ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es et le pouvoir central a refusĂ© de planifier de nouvelles lignes de mĂ©tro Ă  Harbin, la capitale provinciale. Devant les plus hauts cadres locaux, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du Parti communiste chinois allait prĂ©senter son concept pour l’avenir de l’économie du pays : « Les nouvelles forces productives de qualitĂ©. Â»

Il est, depuis, repris dans de multiples articles, dans les discours Ă  tous les Ă©chelons infĂ©rieurs, et expliquĂ© dans le « Xictionnaire Â» des mĂ©dias d’Etat. Il s’agit de produire mieux, par le progrès technologique et la science, de rĂ©aliser des percĂ©es dans les domaines de pointe et de produire plus pour porter l’économie. Le triptyque automobiles Ă©lectriques, batteries et panneaux solaires est souvent citĂ© en exemple. Les semi-conducteurs, les biotechnologies et l’économie numĂ©rique Ă©galement.

Problème : malgrĂ© l’image de nouvelle sociĂ©tĂ© du consumĂ©risme que donnent les centres commerciaux de ShanghaĂŻ, les Chinois consomment relativement peu. La Chine reprĂ©sente un peu moins de 18 % de l’économie mondiale mais seulement 13 % de la consommation, selon la Banque mondiale, car la plupart des Chinois vivent avec des revenus de pays intermĂ©diaire, ils ne sont pas encore vraiment riches et, faute de matelas social suffisant, ils mettent de cĂ´tĂ© au cas oĂą. Le marchĂ© local ne suffit pas Ă  Ă©couler cette production.

Solution : les exportations. Mais la deuxième Ă©conomie de la planète est dĂ©jĂ  la première puissance exportatrice et assure 31 % de la production manufacturière mondiale, contre 20 % « seulement Â» en 2010. En faire davantage impose nĂ©cessairement que les autres en fassent moins, lui cèdent de la place, des marchĂ©s. « En basculant tout cet investissement vers le secteur manufacturier, on dope la capacitĂ© dans une Ă©conomie pour laquelle la demande est le problème et non l’offre. Le seul moyen de rĂ©soudre l’équation est d’exporter. C’est pourquoi le reste du monde, l’Union europĂ©enne [UE] en particulier, est si nerveux Â», analyse Michael Pettis, professeur de finance Ă  l’universitĂ© de PĂ©kin et chercheur associĂ© au centre Carnegie China.

Il vous reste 56.38% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer