LE MONDE 🔵 La flambĂ©e des factures de gaz et d’électricitĂ©, un enjeu politique – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 La flambée des factures de gaz et d’électricité, un enjeu politique

Discours de Manon Aubry, eurodĂ©putĂ©e et tĂŞte de liste de La France insoumise, lors de la soirĂ©e Ă©lectorale de LFI, Ă  Paris, le 9 juin 2024.

L’annonce pouvait-elle plus mal tomber ? Alors que la flambĂ©e des factures d’énergie a Ă©tĂ© un des sujets rĂ©currents de la campagne pour les Ă©lections europĂ©ennes, la Commission de rĂ©gulation de l’énergie a fait savoir, lundi 10 juin, au lendemain du scrutin, que le prix moyen de la facture de gaz de millions de Français allait augmenter de 11,7 % en juillet par rapport Ă  juin. De quoi renforcer les inquiĂ©tudes des mĂ©nages, alors mĂŞme que s’annoncent les lĂ©gislatives anticipĂ©es des 30 juin et 7 juillet. Mardi 11 juin, le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, s’est engagĂ©, sur BFM-TV et RMC, Ă  faire baisser de 10 % Ă  15 % la facture d’électricitĂ© en fĂ©vrier 2025.

Ces dernières semaines, plusieurs candidats de gauche comme de droite ont soulignĂ© le poids de l’énergie dans les difficultĂ©s de pouvoir d’achat des mĂ©nages, sujet placĂ© en tĂŞte des prĂ©occupations des Français. Durant les dĂ©bats, le prĂ©sident du Rassemblement national, Jordan Bardella, a fait miroiter des baisses de prix, quand Manon Aubry, la tĂŞte de liste de La France insoumise, a rĂ©torquĂ© que celui-ci parlait « sans cesse de la hausse des factures d’énergie Â», mais ne s’était « pas opposĂ© au marchĂ© europĂ©en de l’électricitĂ©, responsable de la flambĂ©e des prix Â».

L’effort financier sans prĂ©cĂ©dent qu’ont dĂ» fournir nombre de mĂ©nages, ces dernières annĂ©es, a fait du règlement des factures de gaz ou d’électricitĂ© un enjeu politique. Dès le second semestre 2021, les prix de l’énergie ont commencĂ© Ă  grimper avec la reprise Ă©conomique mondiale post-Covid-19, puis la hausse s’est accĂ©lĂ©rĂ©e au printemps 2022 en Europe, après le dĂ©clenchement de la guerre en Ukraine, entraĂ®nant des augmentations massives. Si des boucliers tarifaires ont en partie amorti le choc, leur efficacitĂ© n’a pas Ă©tĂ© complète, tant s’en faut. Leur coĂ»t brut a Ă©tĂ© Ă©valuĂ© par la Cour des comptes Ă  72 milliards d’euros pour les finances publiques depuis l’automne 2021.

26 % des foyers ont eu froid

Près d’un mĂ©nage sur trois a ainsi rencontrĂ© des difficultĂ©s pour payer certaines factures d’énergie en 2023, contre 18 % en 2020, selon le baromètre Energie-info rĂ©alisĂ© Ă  l’automne 2023 par le mĂ©diateur de l’énergie. La proportion monte Ă  un plus d’un mĂ©nage sur deux chez les moins de 35 ans.

« La part des consommateurs pour qui les factures d’énergie reprĂ©sentent une part importante du budget atteint 84 % [en 2023], poursuit l’enquĂŞte menĂ©e auprès d’un Ă©chantillon reprĂ©sentatif de 2002 foyers. C’est une hausse de 13 points par rapport Ă  2020. Â» La part des foyers ayant souffert du froid s’élève Ă  26 % (+ 12 points par rapport Ă  2020).

Il vous reste 42.49% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer