LE MONDE 🔵 « La fabrique actuelle des politiques Ă©ducatives a tendance Ă  saper l’engagement des enseignants » – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 « La fabrique actuelle des politiques éducatives a tendance à saper l’engagement des enseignants »

Professeur en sciences de l’éducation Ă  l’universitĂ© Claude-Bernard-Lyon-I, Xavier Pons analyse dans son dernier ouvrage, La Fabrique des politiques d’éducation (PUF, janvier 2024), comment la conception des politiques Ă©ducatives a changĂ© Ă  travers le temps et Ă  quel point l’accĂ©lĂ©ration du rythme des rĂ©formes nuit Ă  leur acceptation.

Les politiques d’éducation sont-elles fabriquĂ©es de la mĂŞme manière aujourd’hui qu’hier ?

Pour rĂ©pondre Ă  cette question, il faut faire un peu d’histoire. Depuis la toute fin des annĂ©es 1940, il y a schĂ©matiquement trois modèles de fabrique des politiques Ă©ducatives qui se sont succĂ©dĂ© et coexistent les unes avec les autres. Le premier, encore prĂ©sent aujourd’hui, c’est le modèle de « la communautĂ© de politiques publiques Â». Les politiques Ă©laborent des rĂ©formes avec un nombre limitĂ© d’acteurs institutionnels, avec lesquels ils ont l’habitude de travailler, comme les organisations professionnelles ou les associations de parents. Les politiques d’éducation ont ainsi longtemps Ă©tĂ© fabriquĂ©es en cogestion avec ces acteurs.

Ce modèle-lĂ  est questionnĂ© Ă  partir des annĂ©es 1970, notamment avec les dĂ©bats sur la dĂ©centralisation. On entre alors dans un modèle que j’ai appelĂ© « dĂ©communautarisation Â». Il s’agit avant tout de se dĂ©faire du modèle prĂ©cĂ©dent et de faire appel Ă  un plus grand nombre d’acteurs, dont les experts internationaux. C’est aussi l’époque oĂą les consultations nationales sur l’école apparaissent et oĂą les instituts de sondage se structurent. Ce second modèle est encore très prĂ©sent. Lorsque le premier gouvernement d’Edouard Philippe se rĂ©unit en 2017 en sĂ©minaire, l’expert qu’on appelle sur les grands enjeux Ă©ducatifs est un analyste de l’Organisation de coopĂ©ration et de dĂ©veloppement Ă©conomiques (OCDE), par exemple.

Et le troisième modèle ?

Il apparaĂ®t plus rĂ©cemment. C’est celui du puzzle accĂ©lĂ©rĂ©. On en voit les prĂ©mices sous le ministère de Xavier Darcos en 2007 avec la rĂ©forme de l’enseignement primaire par exemple. C’est un mode de gouvernement, Ă©galement prisĂ© par Jean-Michel Blanquer entre 2017 et 2022, oĂą l’on avance sur des dossiers apparemment techniques et dĂ©connectĂ©s les uns des autres, par touches successives. A chaque fois que les acteurs essayent de saisir le sens de ces rĂ©formes ou de politiser le dĂ©bat, on leur rĂ©torque qu’il s’agit d’un travail de facilitation administrative ou de pragmatisme, si bien qu’on ne voit pas de prime abord le projet d’ensemble. Ce modèle correspond Ă  une façon de gouverner selon des temporalitĂ©s toujours plus courtes.

Il vous reste 60% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer