LE MONDE 🔵 La « double peine » : les prisons françaises surexposĂ©es aux consĂ©quences du dĂ©règlement climatique – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 La « double peine » : les prisons françaises surexposées aux conséquences du dérèglement climatique

Un dĂ©tenu de la prison de Saint-Quentin-Fallavier (Isère), le 5 juillet 2023.

Des cellules oĂą le thermomètre grimpe jusqu’à 39 Â°C, comme Ă  la prison de NĂ®mes Ă  l’étĂ© 2022. D’autres oĂą il est impossible de prendre une douche en journĂ©e lors de fortes chaleurs, comme Ă  Dunkerque. Ce sont quelques exemples de la « double peine Â» qui touche les dĂ©tenus français : les prisons de l’Hexagone comme des outre-mer ne sont pas prĂ©parĂ©es aux consĂ©quences d’un dĂ©règlement climatique qui s’aggrave. Canicules, inondations, incendies : elles y sont pourtant particulièrement vulnĂ©rables. VoilĂ  les conclusions d’une vaste Ă©tude publiĂ©e par l’ONG Notre affaire Ă  tous, jeudi 11 juillet, la première jamais rĂ©alisĂ©e sur cet enjeu en France.

« Cette surexposition aux risques climatiques et environnementaux crĂ©e des violations des droits humains pour les dĂ©tenus, mais aussi pour leurs familles et les personnels pĂ©nitentiaires. Elle constitue par ailleurs un obstacle majeur aux chances de rĂ©insertion Ă  la sortie de prison Â», prĂ©vient ChloĂ© Lailler, juriste spĂ©cialiste en droits humains et coordinatrice du rapport Ă  Notre affaire Ă  tous, qui juge que les prisons sont « l’angle mort Â» des politiques environnementales. L’administration pĂ©nitentiaire, de son cĂ´tĂ©, indique au Monde avoir lancĂ© un « projet de prospective Â» afin d’identifier les « besoins et moyens possibles d’adaptation des Ă©tablissements pĂ©nitentiaires Â» dans le cadre du prochain plan national d’adaptation au changement climatique.

« On est tellement loin de l’adaptation au changement climatique dans les prisons… Elles sont dans un tel Ă©tat, avec tellement de monde et tant de malheur, que rien ne peut se produire de bien Â», juge Dominique Simonnot, la contrĂ´leuse gĂ©nĂ©rale des lieux de privation de libertĂ©.

Menace globale

Pendant deux ans, Notre affaire Ă  tous a passĂ© au crible les 188 Ă©tablissements pĂ©nitentiaires français, qui accueillent près de 78 000 dĂ©tenus. L’ONG a croisĂ© leur localisation avec l’évaluation de neuf risques climatiques et environnementaux auxquels les prisons sont exposĂ©es (vagues de chaleur, pollution des sols, etc.), ainsi que huit « facteurs aggravants Â», comme la surpopulation carcĂ©rale, la vĂ©tustĂ© des bâtiments ou des problèmes d’accès Ă  l’eau, qui renforcent la vulnĂ©rabilitĂ© des dĂ©tenus. « On avait jusqu’à prĂ©sent une connaissance empirique, intuitive. Ce rapport vient documenter le sujet de manière clinique Â», se fĂ©licite Vincent Delbos, magistrat honoraire, membre du comitĂ© de prĂ©vention de la torture du Conseil de l’Europe. L’étude, assortie d’une fiche dĂ©taillĂ©e pour chacun des Ă©tablissements, appelle Ă  « prioriser leur fermeture, leur rĂ©fection ou leur amĂ©nagement Â».

Il vous reste 59.32% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer