LE MONDE 🔵 Guerre IsraĂ«l-Hamas : après la mort des sept humanitaires Ă  Gaza, tuĂ©s par des missiles israĂ©liens, Joe Biden se dit « indigné » mais soutient toujours son alliĂ© – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 Guerre Israël-Hamas : après la mort des sept humanitaires à Gaza, tués par des missiles israéliens, Joe Biden se dit « indigné » mais soutient toujours son allié

Le prĂ©sident amĂ©ricain, Joe Biden, dans la salle des traitĂ©s indiens du bureau exĂ©cutif Eisenhower, Ă  Washington, le 3 avril 2024.

La mort de sept volontaires de l’organisation humanitaire World Central Kitchen (WCK) Ă  Gaza, cibles de frappes israĂ©liennes, a suscitĂ© une onde de choc Ă  Washington. Depuis six mois, près de 32 000 Palestiniens ont pĂ©ri, pour l’essentiel des civils ; des dizaines d’écoles ont Ă©tĂ© dĂ©truites, les hĂ´pitaux rĂ©duits en cendres, environ deux cents employĂ©s de missions humanitaires tuĂ©s. Il aura pourtant fallu ce drame pour mobiliser les mĂ©dias amĂ©ricains et mettre en lumière la position inextricable de l’administration Biden, qui se tient aux cĂ´tĂ©s d’IsraĂ«l malgrĂ© les crimes de guerre massifs attribuĂ©s Ă  son alliĂ©.

Les multiples nationalitĂ©s reprĂ©sentĂ©es parmi les victimes ne sont qu’une explication. L’identitĂ© du fondateur de WCK, JosĂ© Andrès, pèse davantage. Le chef espagnol, naturalisĂ© amĂ©ricain, occupe une place Ă  part dans le paysage mĂ©diatique. Avec son organisation humanitaire il s’est transformĂ© au fil des ans en bon et insaisissable samaritain Ă  l’anglais rocailleux, parcourant le monde au secours de populations en dĂ©tresse. Un sĂ©isme, une tornade, une crue ? Une Ă©pidĂ©mie, une guerre, une crise migratoire ? WCK se dĂ©ploie Ă  une vitesse spectaculaire, sans pesanteur bureaucratique, relayant ses opĂ©rations sur les rĂ©seaux sociaux.

Tandis que ses restaurants Ă  Washington sont d’incontournables lieux de rendez-vous, JosĂ© Andrès participe aussi Ă  la conversation politique. En mars 2022, quelques semaines après l’invasion russe en Ukraine, Joe Biden se rend Ă  Varsovie. Le prĂ©sident amĂ©ricain y rencontre le chef et ses Ă©quipes. Les deux hommes entretiennent un contact Ă©troit. Mardi soir, Joe Biden a appelĂ© JosĂ© Andrès au sujet de la mort de ses volontaires Ă  Gaza. Au mĂŞme moment, la Maison Blanche publiait un communiquĂ© plus dur qu’à l’accoutumĂ©e Ă  l’attention d’IsraĂ«l. Se disant « indignĂ© et le cĹ“ur brisĂ© Â» par la mort des sept volontaires, le prĂ©sident amĂ©ricain affirmait qu’il « ne s’agissait pas d’un incident isolĂ© Â», en rĂ©fĂ©rence aux autres humanitaires tuĂ©s, et qu’IsraĂ«l « n’a pas fait assez Â» pour les protĂ©ger, ainsi que les civils palestiniens.

Mais derrière ces mots personnels de solidaritĂ© Ă  l’attention de JosĂ© Andrès, l’administration ne change pas de stratĂ©gie. John Kirby, le porte-parole du Conseil de sĂ©curitĂ© nationale, en est le traducteur zĂ©lĂ©. Mardi et mercredi, face aux journalistes, il s’en est tenu Ă  une position prudente, en attendant les conclusions des investigations promises par les autoritĂ©s israĂ©liennes. Il a fait valoir que l’armĂ©e avait admis sa responsabilitĂ© et que la mort des volontaires « n’était Ă©videmment pas le rĂ©sultat escomptĂ© Â» de l’opĂ©ration, en dĂ©pit des multiples frappes avĂ©rĂ©es qui ont visĂ© leurs vĂ©hicules. Une façon d’amoindrir cette responsabilitĂ© israĂ©lienne et de faire Ă©cho Ă  la phrase du premier ministre Benyamin NĂ©tanyahou : « Cela arrive, dans une guerre. Â»

Il vous reste 52.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer