LE MONDE 🔵 Football : en Grèce, après deux mois de huis clos, les supporteurs vont pouvoir retourner au stade – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 Football : en Grèce, après deux mois de huis clos, les supporteurs vont pouvoir retourner au stade

Le dimanche, Dimos (qui n’a pas souhaitĂ© donner son nom de famille) a pour habitude d’aller soutenir son Ă©quipe, l’AEK Athènes. Mais, après la fermeture provisoire au public de tous les stades de football dĂ©cidĂ©e par le gouvernement grec, le jeune homme a dĂ» se passer de ce plaisir : « Un vrai sacrifice Â», qu’il ne trouve pas forcĂ©ment justifiĂ©. « En gĂ©nĂ©ral, les violences se dĂ©roulent Ă  l’extĂ©rieur des stades. Ces actes devraient ĂŞtre punis de façon plus sĂ©vère, et ceux qui les commettent doivent ĂŞtre exclus des stades. Mais, dans le cas prĂ©sent, la majoritĂ© a Ă©tĂ© pĂ©nalisĂ©e pour les actes d’une petite minoritĂ© Â», estime-t-il. A parti du mardi 13 fĂ©vrier, Dimos va pouvoir retourner voir l’AEK, le huis clos de deux mois imposĂ© par l’exĂ©cutif prenant fin.

La dĂ©cision radicale du gouvernement grec a Ă©tĂ© prise au dĂ©but de dĂ©cembre, quand un policier de 31 ans est mort des suites de graves blessures infligĂ©es par des hooligans, en marge d’un match de volley-ball entre l’Olympiakos et le PanathinaĂŻkos, Ă  Athènes. Des conditions Ă  la rĂ©ouverture des stades ont Ă©tĂ© requises par le gouvernement conservateur : les clubs de football et de basket-ball seront obligĂ©s d’équiper de camĂ©ras de surveillance leur enceinte Ă  partir du 7 mars. Et, Ă  partir du 9 avril, pour assister Ă  un match, les supporteurs devront impĂ©rativement s’identifier Ă  l’entrĂ©e des sites sportifs, avec une application mobile crĂ©Ă©e par le gouvernement grec.

« S’il y a de la violence pendant un match, un comitĂ© imposera de lourdes amendes et ordonnera aux clubs de jouer le match suivant sans fans Â», a averti le vice-ministre des sports, Yiannis Vroutsis. Le 13 fĂ©vrier, « les stades ouvriront dans un nouvel environnement, avec ce nouveau comitĂ© permanent de gestion de la violence, qui imposera des sanctions draconiennes Â», a prĂ©venu le ministre. Pour le parti d’opposition de gauche Syriza, les stades rouvrent de façon prĂ©maturĂ©e, alors que « rien n’a changĂ© Â» depuis dĂ©cembre et que les mesures prises ne seront appliquĂ©es qu’en mars et en avril.

« Comme si, au stade, tout Ă©tait soudain permis Â»

Les violences gangrènent depuis plusieurs annĂ©es le sport grec, particulièrement les rencontres de football, et les gouvernements successifs ont essayĂ© de s’y attaquer, sans succès. En fĂ©vrier 2022, Alkis Kampanos, un fan de l’Aris Salonique de 19 ans, a Ă©tĂ© tuĂ© Ă  Thessalonique – deuxième ville du pays – par des hooligans d’un club rival. En aoĂ»t 2023, un supporteur de 29 ans de l’AEK Athènes a Ă©tĂ© assassinĂ© lors d’une attaque de hooligans croates et grecs dans une banlieue de la capitale. En 2022, le gouvernement avait dĂ©jĂ  portĂ© de six mois Ă  cinq ans la peine maximale d’emprisonnement pour les auteurs de troubles, sans toutefois arriver Ă  rĂ©duire les violences.

Il vous reste 45% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer