LE MONDE 🔵 En Belgique, le nationaliste flamand Bart De Wever appelĂ© Ă  former le gouvernement – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 En Belgique, le nationaliste flamand Bart De Wever appelé à former le gouvernement

Le roi Philippe de Belgique accueille le prĂ©sident de la N-VA, Bart De Wever (Ă  droite), avant une rĂ©union Ă  Bruxelles, le 10 juillet 2024.

Un mois seulement après les Ă©lections lĂ©gislatives belges, le dirigeant flamand Bart De Wever, prĂ©sident de l’Alliance nĂ©oflamande (N-VA), a Ă©tĂ© nommĂ© « formateur Â» du gouvernement fĂ©dĂ©ral par le chef de l’Etat, le roi Philippe, mercredi 10 juillet. A l’aune de l’histoire rĂ©cente de la Belgique, cĂ©lèbre par la longueur de ses crises politiques – dont celle qui dura cinq cent quarante et un jours, en 2010-2011 â€“, la performance est inĂ©dite. Elle pourrait conduire Ă  l’accession du nationaliste flamand Ă  la tĂŞte du gouvernement fĂ©dĂ©ral : le formateur ne devient pas toujours le chef du gouvernement, mais un accord tacite semble se dessiner entre les partis prĂ©sents Ă  la table des nĂ©gociations pour permettre Ă  M. De Wever d’accĂ©der Ă  cette fonction.

Cinq formations devraient faire partie de la nouvelle coalition, dĂ©jĂ  baptisĂ©e « Arizona Â», en rĂ©fĂ©rence aux quatre couleurs du drapeau de cet Etat amĂ©ricain : outre le jaune qui symbolise la N-VA, le bleu est celui du Mouvement rĂ©formateur (MR, libĂ©ral francophone), l’orange celui des partis centristes ChrĂ©tiens dĂ©mocrates et flamands (CD&V) et des EngagĂ©s (francophones), le rouge celui du Parti socialiste nĂ©erlandophone, Vooruit. Ce dernier, qui s’est dĂ©solidarisĂ© de son homologue francophone, le PS, a Ă©tĂ© le plus difficile Ă  convaincre d’embarquer dans une possible majoritĂ©.

Mardi 9 juillet, il a toutefois acceptĂ© le principe de discussions visant non pas, prĂ©vient-il, Ă  mettre en place une coalition de centre droit, mais « un gouvernement de relance socio-Ă©conomique Â». Une manière d’apaiser une partie de sa base et les syndicats. Ses 16 sièges Ă  la Chambre des reprĂ©sentants seront, en tout cas, indispensables pour assurer Ă  la coalition une majoritĂ© suffisante : sans lui, elle ne regrouperait que 68 Ă©lus sur 150.

Phase d’austérité

S’il voit le jour « rapidement Â», Ă  savoir en septembre comme l’espère M. De Wever, le gouvernement qui succĂ©dera Ă  celui du libĂ©ral Alexander De Croo devra d’abord affronter une situation budgĂ©taire dĂ©licate. En 2023, le royaume Ă©tait le pays le plus endettĂ© de l’Union europĂ©enne, hormis la Slovaquie. Cela lui a valu les remontrances de la Commission europĂ©enne et du Fonds monĂ©taire international. Il devrait donc Ă©conomiser une trentaine de milliards d’euros d’ici Ă  la fin de la dĂ©cennie pour redresser ses finances publiques. Un accord semble se faire sur ce point. Les rĂ©gions wallonne et bruxelloise, dont le niveau d’endettement croĂ®t rapidement, seront, elles aussi, contraintes de passer par une phase d’austĂ©ritĂ©.

Il vous reste 51.72% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer