LE MONDE 🔵 DĂ©rapage budgĂ©taire : cette motion de censure qui pourrait faire tomber le gouvernement Attal – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 Dérapage budgétaire : cette motion de censure qui pourrait faire tomber le gouvernement Attal

Le baril de poudre est en place, il ne reste plus qu’à allumer la mèche. Les membres du parti Les RĂ©publicains (LR) se questionnent : le temps est-il venu d’embraser le Parlement en tentant de renverser le gouvernement ? Près d’un an après la motion de censure qui manqua, Ă  neuf voix près, de faire tomber le gouvernement lors de l’examen de la rĂ©forme des retraites, le 20 mars 2023, une large partie de la droite se dit prĂŞte Ă  passer Ă  l’acte. « On est très remontĂ©s Â», assure le prĂ©sident du groupe LR au SĂ©nat, Bruno Retailleau. Le sujet est assez abouti pour avoir Ă©tĂ© Ă©voquĂ© lors de la rĂ©union de groupe des dĂ©putĂ©s du parti de droite, mardi 2 avril. « PrĂ©parez-vous ! Â», leur ont enjoint Eric Ciotti, prĂ©sident du mouvement, et Olivier Marleix, le chef de file du groupe.

L’ire des RĂ©publicains, bouillonnante depuis la rĂ©Ă©lection d’Emmanuel Macron en 2022, a franchi un cap après l’annonce, fin mars, du dĂ©rapage du dĂ©ficit public, Ă  5,5 % du PIB. « Avec les finances publiques, on touche aux intĂ©rĂŞts vitaux de la France Â», fait valoir l’entourage du prĂ©sident LR du SĂ©nat, GĂ©rard Larcher, qui indique que la question de la motion de censure « se pose Â».

Une mise en garde formelle a Ă©tĂ© adressĂ©e, par un courrier signĂ© d’Eric Ciotti au premier ministre. « Nos marges de manĹ“uvre collectives pour choisir librement notre destin seront bientĂ´t rĂ©duites Ă  nĂ©ant Â», Ă©crit le dĂ©putĂ© des Alpes-Maritimes dans la missive, datĂ©e du 29 mars. Le patron des RĂ©publicains, qui assurait en 2022 prĂ©fĂ©rer Eric Zemmour Ă  Emmanuel Macron, parle de l’« irresponsabilitĂ© Â» et de l’« insincĂ©ritĂ© Â» du gouvernement. « Vous aurez Ă  en rendre compte devant la reprĂ©sentation nationale lors de la prĂ©sentation de la prochaine loi de règlement du budget et d’approbation des comptes de l’Etat pour 2023 Â», prĂ©vient-il. La motion de censure pourrait ĂŞtre dĂ©posĂ©e Ă  l’occasion d’un projet de loi de finances rectificative (PLFR) censĂ© combler, avant la pause estivale, le trou des finances publiques, ou Ă  l’automne, lors de l’examen du budget 2025. Faute de majoritĂ©, ces textes sont vouĂ©s Ă  ĂŞtre adoptĂ©s par 49.3.

« Un jour, il y aura un moment de vĂ©ritĂ© Â»

Les 58 signatures requises pour la motion de censure seraient Ă  portĂ©e de main, dit-on chez LR, malgrĂ© plusieurs rĂ©fractaires parmi les 61 dĂ©putĂ©s du groupe. Et peu importe le chaos politique induit par ce coup de tonnerre Ă  mĂŞme de gâcher le rare moment de concorde nationale espĂ©rĂ© avec les Jeux olympiques. « La motion passera un jour et ce jour n’est peut-ĂŞtre pas aussi lointain qu’on ne le pense. Sur les problèmes budgĂ©taires, les LR sont unis Â», anticipe Charles de Courson, dĂ©putĂ© LibertĂ©s, indĂ©pendants, outre-mer et territoires (LIOT) de la Marne, Ă  l’origine de la motion de censure du 20 mars 2023. Au Rassemblement national (RN), le dĂ©putĂ© Jean-Philippe Tanguy prĂ©vient que le parti d’extrĂŞme droite apportera « bien sĂ»r Â» ses voix Ă  une telle initiative.

Il vous reste 60.44% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Bouton retour en haut de la page
Fermer