LE MONDE 🔵 Aurore BergĂ© menace de supprimer les subventions aux associations fĂ©ministes qui auraient tenu des « propos ambigus » sur l’attaque du 7 octobre – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE MONDE 🔵 Aurore Bergé menace de supprimer les subventions aux associations féministes qui auraient tenu des « propos ambigus » sur l’attaque du 7 octobre

Le collectif fĂ©ministe #NousToutes Lille a qualifiĂ©, lundi 12 fĂ©vrier, d’« instrumentalisation Â» les propos tenus la veille par la ministre dĂ©lĂ©guĂ©e Aurore BergĂ©, qui a dit vouloir arrĂŞter les subventions aux associations fĂ©ministes ayant eu des « propos ambigus Â» concernant l’attaque du Hamas en IsraĂ«l le 7 octobre, qui a dĂ©clenchĂ© la guerre.

« J’ai demandĂ© Ă  ce que toutes les associations [fĂ©ministes] soutenues financièrement [par l’Etat] soient passĂ©es au crible. (…) S’il y a la moindre ambiguĂŻtĂ© sur des propos qui auraient Ă©tĂ© tenus le 7 octobre, il ne serait pas normal que ces associations continuent Ă  avoir des subventions de la part du gouvernement Â», a dĂ©clarĂ© la ministre dĂ©lĂ©guĂ©e chargĂ©e de l’égalitĂ© entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations sur Radio J., dimanche.

« Je refuse que l’Etat soutienne financièrement des associations qui ne sauraient pas caractĂ©riser ce qui s’est passĂ© Â», a-t-elle ajoutĂ©, sur fond d’accusations d’un deux poids, deux mesures visant une partie du mouvement fĂ©ministe Ă  qui il a Ă©tĂ© reprochĂ© son « silence Â», concernant les accusations de violences sexuelles commises par des hommes du Hamas sur des IsraĂ©liennes le 7 octobre. La ministre a formulĂ© cette demande Ă  l’administration la semaine dernière et attend un retour « dans les jours qui viennent Â».

Après la marche du 25 novembre contre les violences faites aux femmes, le collectif national #NousToutes et d’autres associations fĂ©ministes s’étaient dĂ©fendues en affirmant lutter pour « toutes les femmes Â» et avaient condamnĂ© « sans ambiguĂŻtĂ© les crimes sexuels et sexistes, viols et fĂ©minicides commis par le Hamas, qui ont particulièrement visĂ© les femmes, les personnes LGBTQIA+ et les enfants Â».

« On croit toutes les victimes, d’oĂą qu’elles viennent Â»

« Il n’y a pas d’ambiguĂŻtĂ© de la part des fĂ©ministes, on croit toutes les victimes, on est les premières Ă  dĂ©noncer toutes les violences masculines faites aux femmes, d’oĂą qu’elles viennent Â», a rĂ©agi Amy Bah, prĂ©sidente de #NousToutes Lille, auprès de l’Agence-France Presse, lundi. Selon elle, les propos de Mme BergĂ© relèvent d’une « instrumentalisation des crimes du Hamas et de la riposte d’IsraĂ«l Ă  Gaza pour Ă©viter de prendre ses responsabilitĂ©s dans le manque de moyens dans la lutte contre les violences de genre Â».

« C’est un backlash [retour de bâton contre les droits des femmes] avec l’idĂ©e aussi que les fĂ©ministes coĂ»teraient cher Ă  la sociĂ©tĂ© Â», a-t-elle fait valoir, avant d’ajouter au sujet de #NousToutes : « Nous, on est autonomes financièrement, on ne reçoit pas d’argent public, mais ce n’est pas le cas de toutes les associations. Â» La militante « rappelle que les associations qui dĂ©pendent de subventions assurent des missions de service public. L’Etat se dĂ©fausse sur elles, c’est donc scandaleux de les menacer aujourd’hui, d’autant que ça met en danger les victimes de violences Â».

« Etre fĂ©ministe, c’est dire les choses ; ĂŞtre fĂ©ministe, c’est soutenir les femmes qui ont Ă©tĂ© mutilĂ©es le 7 octobre, a estimĂ© Mme BergĂ©, dimanche, mettant en cause certaines associations fĂ©ministes. Si le drame qui s’est produit le 7 octobre Ă  l’encontre des femmes s’était produit ailleurs, est-ce que les rĂ©actions auraient Ă©tĂ© plus fortes ? Malheureusement, je crains que ça aurait pu ĂŞtre le cas. Â»

« Si Mme BergĂ© pense que la prioritĂ© aujourd’hui c’est de faire ça [supprimer les subventions Ă  des associations fĂ©ministes], je trouve ça pathĂ©tique Â», a dĂ©clarĂ© Manuel Bompard, coordinateur national de La France insoumise, interrogĂ© Ă  ce sujet lundi sur Europe 1.

Alors que son parti est critiquĂ© en raison du refus de plusieurs de ses membres de qualifier le Hamas d’organisation terroriste au lendemain de l’attaque, il a affirmĂ© : « Le silence est maintenant signe d’ambiguĂŻtĂ©, c’est ça ? Â» « Je n’ai jamais vu aucune des associations fĂ©ministes ne pas condamner Â» les violences sexuelles qui ont Ă©tĂ© commises le 7 octobre et qui sont en train d’être documentĂ©es, a-t-il poursuivi, apportant son soutien aux associations fĂ©ministes.

Le Monde avec AFP

Bouton retour en haut de la page
Fermer