LE FIGARO 🔵 Plus d’un Ă©lève par classe est victime de harcèlement scolaire, selon le ministère – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE FIGARO 🔵 Plus d’un élève par classe est victime de harcèlement scolaire, selon le ministère

Une grande enquête nationale révèle qu’en moyenne, plus d’un élève par classe souffre de harcèlement scolaire. Ce résultat alarmant a été annoncé par Nicole Belloubet ce lundi 12 février, fraîchement nommée ministre de l’Éducation nationale.

L’enquĂŞte menĂ©e en novembre 2023 dans le sillage d’un plan interministĂ©riel contre le harcèlement scolaire, a dĂ©montrĂ© que 5% des Ă©coliers du CE2 au CM2, 6% des collĂ©giens et 4% des lycĂ©ens sont considĂ©rĂ©s comme victimes de harcèlement, a prĂ©cisĂ© la nouvelle ministre lors de son premier dĂ©placement dans un collège de Reims.

«C’est un vĂ©ritable flĂ©au qu’il nous faut absolument rĂ©guler», a dĂ©clarĂ© la ministre Ă  la presse. «Un Ă©lève ne doit pas venir dans son Ă©tablissement scolaire la peur au ventre, mais au contraire le sourire aux lèvres», a encore ajoutĂ© Nicole Belloubet, qui au cours de sa visite au collège Robert-Schuman, a Ă©changĂ© avec l’Ă©quipe du programme de lutte contre le harcèlement de l’Ă©tablissement.

Une nouvelle enquête chaque année

«En milieu scolaire, le harcèlement est le fait, pour un Ă©lève ou un groupe d’Ă©lèves, de faire subir de manière rĂ©pĂ©tĂ©e Ă  un camarade des propos ou des comportements nĂ©gatifs voire violents», expose le service statistique de l’Éducation nationale, qui a exploitĂ© un Ă©chantillon reprĂ©sentatif de 17.000 questionnaires soumis Ă  un total de 7,5 millions d’Ă©lèves du CE2 Ă  la terminale.

Les conclusions de l’Ă©tude rĂ©vèlent qu’une part non nĂ©gligeable des Ă©lèves doit faire l’objet d’une vigilance accrue face au risque de harcèlement, soit 19% des Ă©coliers du CE2 au CM2, 6% des collĂ©giens et 5% des lycĂ©ens. Cette vaste enquĂŞte sera dĂ©sormais menĂ©e chaque annĂ©e sous la forme d’un «baromètre annuel du harcèlement en milieu scolaire» destinĂ© Ă  suivre l’Ă©volution de ce phĂ©nomène, a annoncĂ© la nouvelle ministre de l’Éducation.

«Priorité absolue» du ministère

En cas de dĂ©couverte d’une situation Ă  risques via le questionnaire, «une nouvelle auto-Ă©valuation individuelle au cours de laquelle l’anonymat sera levĂ©, avec l’accord des parents» sera dĂ©cidĂ©e, a prĂ©cisĂ© le ministère de l’Éducation nationale. Le gouvernement a dĂ©voilĂ© fin septembre un plan interministĂ©riel de lutte contre le harcèlement scolaire, promettant une «mobilisation gĂ©nĂ©rale» contre ce «phĂ©nomène massif».

Cours d’empathie, confiscation du portable dans les cas graves, exclusion des Ă©lèves harceleurs sur les rĂ©seaux sociaux: l’exĂ©cutif a affirmĂ© faire de la lutte contre le harcèlement scolaire sa «prioritĂ© absolue» pour la rentrĂ©e 2023 après une sĂ©rie de drames comme le suicide de la jeune Lindsay dans le Pas-de-Calais ou d’un adolescent,Nicolas, dans les Yvelines. Les chiffres dĂ©voilĂ©s lundi sont Ă  mettre au regard d’un prĂ©cĂ©dent chiffrage abondamment relayĂ© par la presse et les responsables politiques faisant Ă©tat d’une moyenne d’un Ă©lève sur 10 concernĂ© par le harcèlement scolaire.

Bouton retour en haut de la page
Fermer