LE FIGARO 🔵 Marseille, Lille, Bordeaux… Des mairies de gauche Ă©teignent les lumières en solidaritĂ© avec Gaza – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE FIGARO 🔵 Marseille, Lille, Bordeaux… Des mairies de gauche Ă©teignent les lumières en solidaritĂ© avec Gaza

Lancée par le maire de Marseille, l’initiative a été suivie par plusieurs élus de grandes villes.

Extinction des feux dans plusieurs mairies de grandes villes françaises. Un geste symbolique en solidarité avec Gaza, qui intervient après les frappes israéliennes qui ont fait 45 morts à Rafah le 26 mai. L’initiative a été lancée mardi par le maire de Marseille, Benoît Payan. «J’ai décidé d’éteindre les lumières de l’hôtel de Ville en mémoire de toutes les victimes civiles de Gaza, ce soir à 22h. J’appelle tous les Maires de France à en faire de même», a-t-il écrit sur son compte X.

À découvrir

Répondant à l’appel, le maire socialiste de Montpellier, Michaël Delafosse, a décidé d’en faire «de même». «Chaque vie compte, notre humanité, les enfants, les civils de Gaza ne peuvent souffrir des choix de Netanyahou qui n’assure la sécurité de personne», s’est-il justifié sur X avant d’appeler à un «cessez-le-feu» et à la libération des «otages israéliens». Lui emboîtant le pas, le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol (PS) a annoncé que le Gros-Holorge, monument emblématique de la ville, serait «éteint» dès mardi soir. L’édile en a profité pour rappeler que «depuis octobre, le drapeau palestinien flotte au fronton de la mairie. Avec le drapeau israélien. Avec le mot “Paix”.»

L’appel de Benoît Payan a été entendu jusqu’à Lille, où Martine Aubry (PS) a affirmé partager la «colère» du Marseillais devant «les horreurs des frappes meurtrières sur Rafah». Si les lumières de l’hôtel de ville lillois sont déjà éteintes dans «le cadre de la sobriété énergétique», la socialiste s’est engagée à étendre l’initiative à «d’autres bâtiments publics» de la capitale des Flandres dès ce mercredi. Même situation à Rennes, où la maire socialiste Nathalie Appéré a expliqué que «les bâtiments publics sont éteints dans un souci de sobriété» tout en martelant que «la flamme de notre solidarité ne s’éteindra pas».

«À Bordeaux aussi, nous éteindrons la façade l’Hôtel de Ville à 22h pour exprimer notre colère après les frappes sur Rafah et notre solidarité envers les populations civiles», a également lancé mardi l’élu de la ville, Pierre Hurmic (EELV). «Nous éteignons les lumières et nous gardons les yeux ouverts», a-t-il ajouté. Prenant part au mouvement, le maire de Lyon, Grégory Doucet (EELV), a lui aussi tenu à éteindre son hôtel de ville «en mémoire des civiles de Gaza» dès 22 heures mardi. Quant à la présidente de région Carole Delga (PS), celle-ci a a annoncé que «les Hôtels de Région s’éteindront en Occitanie».

Bouton retour en haut de la page
Fermer