LE FIGARO 🔵 LĂ©gislatives : les tĂ©nors des RĂ©publicains s’opposent Ă  l’accord avec le Rassemblement national – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE FIGARO 🔵 Législatives : les ténors des Républicains s’opposent à l’accord avec le Rassemblement national

Alors que le président du parti Éric Ciotti a annoncé un accord avec le RN, plusieurs ténors du parti demandent sa démission.

Le temps de la clarification. Après la main tendue de Jordan Bardella aux RĂ©publicains, les poids lourds du parti gaulliste vent debout contre un accord. L’annonce d’Éric Ciotti d’une alliance Ă©lectorale avec le Rassemblement national a provoquĂ© l’ire du chef des dĂ©putĂ©s LR Olivier Marleix : «Éric Ciotti n’engage que lui et doit quitter la prĂ©sidence de LR», a-t-il dĂ©clarĂ©. Quelques minutes avant la prise de parole du prĂ©sident du parti, il avait dĂ©jĂ  Ă©cartĂ© toute alliance avec le parti de Jordan Bardella : «Nous serons candidats sous nos couleurs. Sans arrangements. Aucun», avait-t-il tranchĂ© invoquant l’hĂ©ritage du gĂ©nĂ©ral de Gaulle.

À découvrir

Un choc partagĂ© par les sĂ©nateurs LR. Dans la foulĂ©e de l’interview d’Éric Ciotti, le prĂ©sident du SĂ©nat GĂ©rard Larcher a Ă©galement exigĂ© sur X sa dĂ©mission : «À la suite des dĂ©clarations d’Éric Ciotti, j’estime qu’il ne peut plus prĂ©sider notre mouvement et doit se dĂ©mettre de son mandat de prĂ©sident des RĂ©publicains». «Je n’avaliserai jamais, sous aucun prĂ©texte, un accord avec le RN contraire Ă  l’intĂ©rĂŞt de la France et Ă  notre histoire», a lancĂ© le prĂ©sident de la Haute assemblĂ©e aux sĂ©nateurs du parti. Pour le dĂ©putĂ© sortant de l’Aisne Julien Dive, «nous savons dĂ©sormais qu’en juin 1940, Éric Ciotti n’aurait jamais traversĂ© la Manche», a-t-il dĂ©clarĂ© sur son compte X.

«Je n’y crois pas», a dĂ©clarĂ© le prĂ©sident LR de la rĂ©gion Auvergne RhĂ´ne-Alpes et candidat putatif du parti en 2027 Laurent Wauquiez après l’annonce. «Je crois Ă  la politique qui est faite dans la clarté» mais «on ne trahit jamais», a-t-il dĂ©clarĂ© lors d’un point presse Ă  Yssingeaux sans citer explicitement le patron des RĂ©publicains. Mardi matin, il avait dĂ©jĂ  Ă©cartĂ© l’hypothèse sur X (ex-Twitter) refusant «le saut dans l’inconnu du RN» et appelĂ© son parti Ă  une «parole indĂ©pendante».

La candidate malheureuse Ă  la prĂ©sidentielle de 2022 et prĂ©sidente de la rĂ©gion ĂŽle-de-France ValĂ©rie PĂ©cresse a dĂ©noncĂ© la manĹ“uvre : «Vendre son âme pour un plat de lentilles et draper cela dans l’intĂ©rĂŞt du pays…c’est ce que j’ai toujours refusĂ©. L’honneur, la droiture, les convictions ne sont pas des vains mots. Tout ne s’achète pas. Les RĂ©publicains doivent dĂ©noncer immĂ©diatement l’accord proposĂ© par Ciotti avec le RN». Vincent Jeanbrun, maire de L’HaĂż-les-Roses et porte-parole des RĂ©publicains, s’oppose lui aussi fermement Ă  une alliance. Sur X, il affirme notamment que «la droite n’est pas Ă  vendre» et qu’elle «ne doit jamais faire le choix du pire, se soumettre pour finalement se compromettre».

Plus tĂ´t dans la matinĂ©e, sur Franceinfo, Xavier Bertrand, lui aussi en course pour 2027 et prĂ©sident de rĂ©gion appelait son parti Ă  une clarification : «L’ADN de la droite rĂ©publicaine, ce n’est jamais les extrĂŞmes, jamais le Front national, jamais Marine Le Pen. Ça a toujours Ă©tĂ© mon combat et ça le restera», a-t-il assurĂ©. Une ligne de conduite partagĂ©e par l’ancien prĂ©sident de l’UMP Jean-François CopĂ© fustigeant dans un communiquĂ© «une question est d’une gravitĂ© extrĂŞme (…) c’est pour cela que j’exige la convocation d’un bureau politique dans les 24 heures».


Bouton retour en haut de la page
Fermer