LE FIGARO 🔵 JO Paris 2024 : deux syndicats sur quatre acceptent l’accord proposĂ© par la SNCF concernant les primes – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE FIGARO 🔵 JO Paris 2024 : deux syndicats sur quatre acceptent l’accord proposĂ© par la SNCF concernant les primes

La prime sera plafonnée à 1.900 euros maximum et concernera les quelque 50.000 salariés mobilisés sur tout le territoire pour les Jeux, quel que soit leur métier.

La CFDT-Cheminots a dĂ©cidĂ© de signer l’accord proposĂ© par la direction de la SNCF sur les primes pour les cheminots pendant les Jeux olympiques, a annoncĂ© jeudi ce syndicat, trois jours après l’Unsa-Ferroviaire, ce qui ne suffit pas Ă  ce stade pour obtenir une majoritĂ© syndicale validant l’accord. Les organisations syndicales reprĂ©sentatives ont jusqu’Ă  mardi prochain pour signer ce texte. La CGT-Cheminots et SUD-Rail, syndicats considĂ©rĂ©s comme contestataires et majoritaires Ă  eux deux, ont fait savoir qu’ils ne dĂ©voileraient leur position que le jour mĂŞme, après avoir consultĂ© leurs adhĂ©rents et instances fĂ©dĂ©rales. Cet accord «permet de poser de vĂ©ritables garanties et avancĂ©es pour les agents concernĂ©s», a saluĂ© la CFDT-Cheminots dans un communiquĂ©.

La SNCF a proposĂ© le 22 mai de verser une prime journalière de 95 euros brut aux cheminots qui travailleront pendant les Jeux olympiques et paralympiques. La prime sera plafonnĂ©e Ă  1.900 euros maximum et concernera 50.000 salariĂ©s mobilisĂ©s sur tout le territoire pour les Jeux, quel que soit leur mĂ©tier. «Par son pĂ©rimètre national, l’accord couvre l’ensemble des territoires oĂą se dĂ©roulent les Ă©preuves», a soulignĂ© la CFDT-Cheminots. «Il aborde Ă©galement la question de l’emploi en ouvrant les conditions de pĂ©rennisation d’emplois Ă  l’issue de l’Ă©vènement», poursuit l’organisation.

Grève «préventive

Dans un communiquĂ© publiĂ© lundi, l’Unsa-Ferroviaire avait annoncĂ© son intention de s’appuyer sur cet accord «pour obtenir des mesures financières Ă  destination de l’ensemble des cheminots lors de la NAO (nĂ©gociation annuelle sur les salaires, NDLR) de fin d’annĂ©e afin de valoriser leur engagement quotidien et lors de cet Ă©vènement planĂ©taire». La CGT-Cheminots et SUD-Rail revendiquaient une prime pour l’ensemble des quelque 145.000 cheminots de la SNCF. D’après ces deux syndicats, l’afflux de touristes en France ne concernera pas que l’Ile-de-France et les autres sites olympiques de l’Hexagone, mais bien tout le pays, engendrant une surcharge de travail pour tous par rapport Ă  un Ă©tĂ© habituel.

La semaine dernière, la veille de la rĂ©union entre direction et syndicats pour Ă©tablir le niveau et le pĂ©rimètre des primes, les cheminots d’Ile-de-France s’Ă©taient mis en grève, provoquant de nombreuses perturbations de trafic pour les trains de banlieue franciliens. Cette grève «prĂ©ventive» avait Ă©tĂ© dĂ©noncĂ©e par la droite et le gouvernement, dont le ministre dĂ©lĂ©guĂ© aux Transports Patrice Vergriete pour qui ce mouvement «a desservi les intĂ©rĂŞts et l’image de l’entreprise et de ses salariĂ©s auprès des Français».

Bouton retour en haut de la page
Fermer