LE FIGARO 🔵 Coups de poings Ă  la tĂŞte, enfermĂ©e pendant 4 heures, «physiquement dĂ©vastĂ©e» : le rĂ©cit glaçant de l’avocate de la plaignante dans l’affaire JĂ©gou-Auradou – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE FIGARO 🔵 Coups de poings à la tête, enfermée pendant 4 heures, «physiquement dévastée» : le récit glaçant de l’avocate de la plaignante dans l’affaire Jégou-Auradou

Natacha Romano, l’avocate de la plaignante dans l’affaire Jégou-Auradou, a témoigné sur les coups qu’aurait subi sa cliente dans la nuit de samedi à dimanche.

Ce mercredi dans les colonnes du journal local argentin du Mendoza Post , Natacha Romano, l’avocate de la plaignante dans l’affaire Jégou-Auradou, a témoigné et donné des détails sur les séquelles physiques de sa cliente. Pour rappel, cette dernière a porté plainte contre les deux joueurs du XV de France Oscar Jégou et Hugo Auradou pour agression sexuelle. Ces faits se seraient produits dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 juillet à Mendoza, en Argentine.

«Le principal coup visible est un coup de poing reçu Ă  l’un de ses yeux, et plusieurs coups Ă  la tĂŞte, selon les premiers scanners qui ont dĂ©jĂ  Ă©tĂ© effectuĂ©s sur les cĂ´tes et qui font l’objet d’une analyse pour voir s’il y a des sĂ©quelles de fractures», a-t-elle dĂ©taillĂ©. Avant d’ajouter : «La vĂ©ritĂ© est qu’elle est physiquement dĂ©vastĂ©e». Natacha Romano aurait Ă©galement expliquĂ© que les deux joueurs lui auraient interdit de quitter la chambre, et que sa cliente aurait reçu des coups et serait restĂ©e enfermĂ©e pendant quatre heures.

Une dĂ©position «assez longue, complète, dĂ©taillĂ©e qui correspondait, pour l’heure, aux conclusions mĂ©dico-lĂ©gales»

Tandis que le reste du XV de France est Ă  Montevideo pour y affronter l’Uruguay ce mercredi soir, Oscar JĂ©gou et Hugo Auradou doivent ĂŞtre transfĂ©rĂ©s Ă  Mendoza, dans l’ouest de l’Argentine. Les deux jeunes joueurs ont reconnu avoir eu «une relation sexuelle consentie» mais nient les faits d’agression. La procureure gĂ©nĂ©rale de Mendoza Daniela Chaler avait expliquĂ© que la dĂ©position de la plaignante «était assez longue, complète, dĂ©taillĂ©e et correspondait, pour l’heure, aux conclusions mĂ©dico-lĂ©gales».

Bouton retour en haut de la page
Fermer