LE FIGARO 🔵 Choc des cultures : ces 4 habitudes qui vont irriter les AmĂ©ricains en vacances en Europe cet Ă©tĂ© – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE FIGARO 🔵 Choc des cultures : ces 4 habitudes qui vont irriter les Américains en vacances en Europe cet été

Sous le hashtag #Eurosummer, des Américains témoignent de leurs déconvenues en Europe (ici mère et fille en balade à Nice).
Imgorthand / Getty Images

On dresse la liste des quatre chocs culturels qui bouleversent les Américains lors de leurs évasions européennes. Et qui risquent de se reproduire lors des JO à Paris.

L’histoire se rĂ©pète depuis trois ans. La saison estivale dĂ©bute Ă  peine, que des milliers de vidĂ©os fleurissent dĂ©jĂ  sous le hashtag #Eurosummer sur TikTok. Contraction entre Europe et summer (Ă©tĂ©), cette tendance naĂ®t post-pandĂ©mie aux États-Unis. Après des mois de confinement, le must pour la gĂ©nĂ©ration Z amĂ©ricaine devient alors de s’offrir un «petit» mois en Europe, y vivre la dolce vita Ă  coups de Spritz et de sorties en voilier, puis faire envier le reste du monde en postant une vidĂ©o bien ficelĂ©e sur les rĂ©seaux sociaux. Mais une fois sur place, il en faut peu pour que ces jeunes idĂ©alistes dĂ©chantent. Les rues pavĂ©es, le manque d’air conditionnĂ© ou encore l’absence de toilettes publiques gratuites… Nos traditions et modes de vie ont de quoi agacer plus d’un cousin d’AmĂ©rique. DĂ©cryptage.

La marche

Avant de partir en vacances, certains Ă©pluchent les guides et parcourent les blogs. D’autres notent avec minutie les recommandations d’amis. Mais du cĂ´tĂ© des AmĂ©ricains, une prĂ©paration particulière est Ă  noter. Il suffit de taper «Eurosummer walk» sur TikTok pour dĂ©couvrir que certains s’adonnent Ă  une routine sportive spĂ©ciale Europe avant le grand dĂ©part. «Je m’entraĂ®ne pour mon Ă©tĂ© europĂ©en en marchant 25.000 pas par jour, un mois avant le dĂ©part», partage ainsi @kennedidarefitness. Ces entraĂ®nements, qui ont de quoi amuser plus d’un EuropĂ©en, sont rĂ©alisĂ©s avec le plus grand sĂ©rieux outre-Atlantique. HabituĂ©s Ă  se dĂ©placer dans leurs larges SUV, ils sont plus d’un Ă  avoir pestĂ© sur TikTok contre les longues distances de marches exigĂ©es dans nos petites villes historiques, ou encore sur les rues pavĂ©es bien incommodes pour les valises Ă  roulettes.

L’étĂ© dernier, une utilisatrice du nom @iamiamlex s’est tournĂ©e vers TikTok pour pointer du doigt ce manque de commoditĂ©, dĂ©mystifiant complètement la cĂ´te amalfitaine, l’une des destinations les plus populaires des rĂ©seaux sociaux. «Tous les influenceurs qui ont recommandĂ© la cĂ´te amalfitaine mĂ©ritent de la prison», dĂ©bute avec exagĂ©ration la touriste. «Car s’ils vous montrent la magnifique baie et les petites villes de charmes, ils n’ont pas mentionnĂ© qu’il est tout d’abord presque impossible de s’y rendre. Il faut prendre un avion jusqu’à Naples, puis prendre un train de Naples Ă  Sorrento, puis il faut rester debout dans 32°C pour prendre un ferry. Une fois finalement arrivĂ©, il faut monter 160 marches avec tous les bagages pour accĂ©der au point le plus haut, oĂą il y a les plus beaux hĂ´tels et les plus belles vues», proteste la jeune AmĂ©ricaine. En effet, difficile d’imaginer que derrière une vidĂ©o d’une poignĂ©e de secondes filmant le bleu Ă©crasant de la cĂ´te, il aura fallu user de ses jambes pour en profiter.

L’eau et le manque de glaçons

Aussi invraisemblable cela soit-il, c’est pourtant vrai : depuis quelques semaines, les AmĂ©ricains ne cessent de clamer que les EuropĂ©ens ne boivent pas d’eau. Une nouvelle thĂ©orie du complot nĂ©e sous le hashtag «Drinking Water In Europe», sur TikTok, dans laquelle des touristes s’insurgent de nos rituels d’hydratation. «Salut, un AmĂ©ricain en Europe concernĂ©. OĂą est l’eau ?? Pourquoi on ne boit pas d’eau ici ? Je suis assoiffé», s’indigne un touriste sur Tiktok. De quoi immĂ©diatement susciter la rĂ©action d’utilisateurs français : «Les robinets, vous connaissez ?», rĂ©pond l’une. «En France, la consommation d’eau est interdite Ă  moins d’avoir un permis. Sinon c’est bière ou pastis selon la rĂ©gion, ou cafĂ©. C’est bien connu», ironise un autre.

Il faut dire que de l’autre côté de l’Atlantique, on trouve des fontaines à eau partout, des écoles à la salle de sport, en passant par les centres commerciaux. Sans oublier les Stanley Cup, ces gourdes XXL que la nouvelle génération s’arrache et figurant comme le dernier accessoire de mode à acheter impérativement. Et lorsqu’ils parviennent (enfin) à se procurer de l’eau potable, vient alors une critique concernant sa température. En effet, au restaurant aux États-Unis, il est d’usage de déguster son eau glacée, les glaçons occupant plus de la moitié du verre, ce qui n’est pas d’usage en Europe. Où l’on sait que boire trop froid est l’une des erreurs courantes à éviter quand on veut se rafraîchir.

Les toilettes publiques mais payantes

Autre manque de commoditĂ©s qui surprend autant qui agace les touristes amĂ©ricains ? Les toilettes publiques. «PrĂŞte Ă  rentrer Ă  la maison parce que payer pour aller aux toilettes Ă  chaque fois que je sors, c’est outrageux», partage une touriste amĂ©ricaine sur le rĂ©seau social TikTok. Il faut dire «qu’à la maison», les toilettes sont gratuites et partout. Certains touristes ont tout de mĂŞme dĂ©couvert les toilettes automatiques, ces gros blocs gris sis aux quatre coins de Paris. Si certains pointent du doigt leur manque d’hygiène, d’autres saluent l’ingĂ©niositĂ© de la machine qui se lave automatiquement, et vont mĂŞme jusqu’Ă  faire des tutoriels sur comment les utiliser.

Un temps de service trop long en restauration

Fast life vs dolce vita. Si les Américains se réjouissent de découvrir la gastronomie française, italienne ou encore portugaise, nombre d’entre eux sont irrités par les temps d’attente bien trop longs au restaurant. En effet, aux USA, les restaurants opèrent avec deux services, ce qui veut dire que le repas à peine avalé, l’addition attend déjà d’être payée pour pouvoir accueillir de nouveaux clients. En Europe, on aime prendre le temps. De quoi déstabiliser certains touristes qui s’étonnent de ce service «décontracté». Sans parler des horaires des restaurants, qui ouvrent bien trop tard au goût des Américains. Too bad.

Bouton retour en haut de la page
Fermer