LE FIGARO 🔵 Billie Eilish, Katy Perry, Pearl Jam… Plus de 200 artistes appellent Ă  protĂ©ger la crĂ©ation musicale face Ă  l’IA – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

LE FIGARO 🔵 Billie Eilish, Katy Perry, Pearl Jam… Plus de 200 artistes appellent Ă  protĂ©ger la crĂ©ation musicale face Ă  l’IA

Billie Eilish sur scène, accompagnĂ©e au piano par son frère, Finneas O’Connell, Ă  l’occasion de la 96e cĂ©rĂ©monie des Oscars, Ă  Hollywood, le 10 mars.
Avalon / ABACA

Le dĂ©veloppement de l’intelligence artificielle, dite gĂ©nĂ©rative, fait craindre de nombreuses menaces sur la crĂ©ation artistique, avec la possibilitĂ© notamment de rĂ©pliquer des voix cĂ©lèbres.

Billie Eilish, Katy Perry, Pearl Jam… Plus de 200 artistes de renom appellent Ă  mieux protĂ©ger la crĂ©ation et les droits des auteurs face aux menaces posĂ©es par l’intelligence artificielle, qui peut «dĂ©truire l’Ă©cosystème de la musique», dans une lettre ouverte diffusĂ©e mardi. Le dĂ©veloppement de l’IA, dite gĂ©nĂ©rative, fait craindre de nombreuses menaces sur la crĂ©ation artistique, avec la possibilitĂ© notamment de rĂ©pliquer des voix cĂ©lèbres.

«Nous devons nous protĂ©ger contre une utilisation prĂ©datrice de l’IA pour voler les voix et les ressemblances des artistes professionnels, violer les droits des crĂ©ateurs et dĂ©truire l’Ă©cosystème de la musique», Ă©crivent aussi Nicki Minaj, Norah Jones, Smokey Robinson, Camila Cabello, et les hĂ©ritiers de Bob Marley ou de Frank Sinatra dans cette lettre ouverte portĂ©e par l’organisation Artist Rights Alliance.

«Nous demandons Ă  toutes les plateformes de musique numĂ©rique et Ă  tous les services musicaux de s’engager Ă  ne pas dĂ©velopper ou dĂ©ployer de technologies, de contenus ou d’outils de gĂ©nĂ©ration de musique par l’IA qui sapent ou remplacent l’art humain des auteurs-compositeurs et des artistes, ou qui nous privent d’une juste rĂ©munĂ©ration pour notre travail», peut-on encore lire dans cette lettre aussi signĂ©e par les groupes Pearl Jam et REM.

Pour les signataires de la lettre, l’intelligence artificielle recèle «un potentiel Ă©norme pour faire progresser la crĂ©ativitĂ© humaine», mais «certaines des plus grandes et puissantes entreprises sont en train d’utiliser sans notre autorisation notre travail pour former des modèles d’IA».

Le mois dernier, l’État du Tennessee – l’un des centres nĂ©vralgiques de l’industrie musicale grâce Ă  Nashville – a Ă©tĂ© le premier aux États-Unis Ă  adopter une loi visant Ă  protĂ©ger les professionnels de l’industrie musicale contre les menaces de l’IA avec son «ELVIS Act» («Ensuring Likeness, Voice, and Image Security Act»). La loi, qui entrera en vigueur le 1er juillet et a Ă©tĂ© saluĂ©e par des acteurs de premier plan de l’industrie musicale, interdit notamment que les outils d’IA gĂ©nĂ©rative reproduisent la voix d’un artiste sans son consentement. Une lĂ©gislation similaire est en cours d’examen au niveau fĂ©dĂ©ral, au Congrès amĂ©ricain, et dans plusieurs autres États.

Le gĂ©ant de l’industrie musicale Universal Music Group a citĂ© l’IA comme l’un des facteurs de rupture de ses nĂ©gociations avec le rĂ©seau social TikTok, qui a abouti au retrait de la plateforme de la musique des nombreux artistes d’UMG.

Bouton retour en haut de la page
Fermer