FRANDROID 🔵 « Les mĂŞmes Ă©missions que l’industrie aĂ©ronautique mondiale » : pourquoi les voitures Ă  hydrogène de Toyota sont dans le viseur des scientifiques – Shango Media
HighTech-FRNews-FRONT-FR

FRANDROID 🔵 « Les mêmes émissions que l’industrie aéronautique mondiale » : pourquoi les voitures à hydrogène de Toyota sont dans le viseur des scientifiques

Toyota, en tant que partenaire de la mobilité des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris, a annoncé faire rouler plus de 500 voitures et bus à hydrogène, en communiquant sur les bienfaits écologiques de cette motorisation. Des bienfaits vivement contestés par une lettre ouverte, signée par 120 scientifiques.

Toyota Mirai // Source : Toyota

Les Jeux Olympiques et Paralympiques ont beau être un rendez-vous sportif d’exception, ils sont aussi, il faut bien l’avouer, de bons moyens de communication pour les marques partenaires de l’événement. Toyota, par exemple, compte bien profiter des Jeux de Paris pour démontrer les bienfaits de sa gamme électrifiée, avec 2 650 véhicules déployés.

Elle compte ainsi faire rouler 500 Toyota Mirai, sa voiture Ă  hydrogène, ainsi qu’une dizaine de bus fonctionnant Ă  cette Ă©nergie. Une stratĂ©gie vivement dĂ©noncĂ©e par une lettre ouverte, signĂ©e par plus de 120 scientifiques, qui affirment au contraire que les voitures Ă  hydrogène pourraient « compromettre la crĂ©dibilitĂ© Ă©cologique des Jeux Olympiques de Paris Â».

Une mauvaise solution pour décarboner le secteur des transports

Ces scientifiques, qui s’appuient sur les travaux du GIEC, sont formels : les voitures électriques à batterie sont le meilleur moyen de décarboner efficacement le transport de passagers… au contraire des voitures à hydrogène, à cause de l’énergie demandée pour créer le carburant. Un constat partagé par une récente étude de l’Académie des Sciences.

Les scientifiques en profitent pour rappeler que la quasi-totalitĂ© (99 %) de l’hydrogène produit actuellement utilise des Ă©nergies fossiles « sans piĂ©geage ni stockage du carbone Â», aggravant d’autant le bilan Ă©cologique de ce carburant. Avant de prĂ©ciser : « par consĂ©quent, le marchĂ© mondial de l’hydrogène Ă©met actuellement Ă  peu près les mĂŞmes Ă©missions que l’industrie aĂ©ronautique mondiale Â».

Toyota Mirai
Toyota Mirai

« Faute d’hydrogène vert produit Ă  partir d’électricitĂ© renouvelable, les vĂ©hicules Ă  pile Ă  combustible utilisant de l’hydrogène fossile finiraient par gĂ©nĂ©rer 30 Ă  50 % d’émissions en plus que l’utilisation de combustibles fossiles, en fonction de l’application Â», ajoutent-ils.

Toyota rĂ©pond que sa flotte sera ravitaillĂ©e en hydrogène d’origine renouvelable, fourni par Air Liquide… mais les scientifiques ont prĂ©vu leur coup : mĂŞme en partant de l’hypothèse d’un hydrogène « vert Â», conçu Ă  partir d’électricitĂ© 100 % renouvelable, les signataires affirment qu’il faut trois fois plus d’énergie pour faire avancer une voiture Ă  hydrogène qu’une voiture Ă©lectrique Ă  batterie, occasionnant un coĂ»t Ă©cologique et financier bien plus importants.

« Une stratĂ©gie très cynique Â»

David Cebon, professeur d’ingĂ©nierie mĂ©canique Ă  l’universitĂ© de Cambridge (Royaume-Uni) et signataire de cette lettre, n’y va pas de main morte. « Toyota promeut l’hydrogène depuis longtemps, mais ils cherchent seulement Ă  retarder la transition vers les vĂ©hicules Ă©lectriques », a-t-il dĂ©clarĂ© Ă  l’AFP. « C’est une stratĂ©gie dilatoire, très cynique de la part d’une des entreprises les plus puissantes du monde Â».

Leur conclusion est limpide : « Il est encore possible de changer de cap, et nous vous demandons instamment que Toyota remplace la Mirai par un vĂ©hicule Ă©lectrique Ă  batterie (BEV) en tant que vĂ©hicule officiel des Jeux Â». Pas sĂ»r que la demande aboutisse, avec une ouverture des Jeux Olympiques le 26 juillet 2024.

Des Toyota pour les JOP de Paris // Source : Toyota

Toyota, de son côté, se défend de promouvoir une approche multi-énergies pour la transition écologique de ses véhicules, pariant aussi bien sur l’hybride que l’électrique et l’hydrogène. Le géant japonais a toutefois pris un grand retard sur le domaine de la voiture électrique, avec une seule voiture particulière disponible en Europe, le bZ4X, et deux voitures rebadgés, les ProAce et ProAce City, basés sur des Peugeot et Citroën.

Les travaux de la marque dans le secteur sont toutefois prometteurs, avec une gamme entière à l’étude (dont des modèles abordables) et des travaux avancés sur la batterie solide… mais qui n’aboutiront pas avant plusieurs années.


Bouton retour en haut de la page
Fermer