FRANCE INFO đŸ”” VIDEO. « Des cris dans le stade, enquĂȘte sur le racisme dans le football », un documentaire qui analyse les ravages de la xĂ©nophobie dans les tribunes – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO đŸ”” VIDEO. « Des cris dans le stade, enquĂȘte sur le racisme dans le football », un documentaire qui analyse les ravages de la xĂ©nophobie dans les tribunes


Publié



Durée de la vidéo : 3 min

Un documentaire retrace l'avĂšnement et les ravages du racisme dans le football.

Les stades français gangrĂ©nĂ©s par des supporters d’extrĂȘme droite
Un documentaire retrace l’avĂšnement et les ravages du racisme dans le football.
(Mediawan – TroisiĂšme Oeil)

Le documentaire du journaliste Mohamed Bouhafsi est diffusé mardi soir sur France 5.

Le football est le sport le plus populaire du monde et Ă©galement celui dans lequel les faits de racisme sont les plus mĂ©diatisĂ©s. Si la Ligue de football professionnel (LFP), associĂ©e Ă  la Licra, tente depuis cette annĂ©e de lutter contre ce flĂ©au, de nombreux dirigeants de clubs europĂ©ens restent enfermĂ©s dans une forme d’impuissance face Ă  un problĂšme qui dure depuis des dĂ©cennies.

Le documentaire Des cris dans le stade, enquĂȘte sur le racisme dans le football, rĂ©alisĂ© par le journaliste Mohamed Bouhafsi et diffusĂ© mardi 11 juin sur France 5 (21h05), analyse les ravages de cette xĂ©nophobie dans le football professionnel et amateur. Riche d’archives et de nombreux tĂ©moignages de footballeurs et de prĂ©sidents de clubs, il retrace la genĂšse de ces discriminations et dresse Ă©galement un constat alarmant.

Chants et slogans racistes, insultes et jets de bananes se sont multipliĂ©s depuis de longues annĂ©es dans les stades de football europĂ©ens et prennent pour cible plus spĂ©cifiquement les joueurs noirs ou d’origine maghrĂ©bine. Un racisme qui prend vĂ©ritablement corps dans les annĂ©es 1980, en Angleterre et en Italie, dans des contextes de crises Ă©conomiques et sociales majeures. Les groupes d’extrĂȘme droite fleurissent et leurs militants font alors de ces enceintes sportives le rĂ©ceptacle de leurs idĂ©es les plus nationalistes et le lieu d’expression de leur xĂ©nophobie.

Ce phĂ©nomĂšne touche notamment les tribunes des stades français. Si au dĂ©but des annĂ©es 1990, le club du Paris-Saint-Germain voit Ă©merger des hooligans extrĂ©mistes et cristallise ce racisme, l’Ă©pidĂ©mie de cette violence s’invite, au fil des annĂ©es, Ă©galement sur les terrains d’autres Ă©quipes de Ligue 1.

« Certaines tribunes en France sont moins connues et, pourtant, ce sont des symboles aussi de l’extrĂ©misme de droite. C’est le cas notamment Ă  Lille, et depuis longtemps. »

Sébastien Louis, historien et spécialiste du supportérisme

Dans le documentaire « Des cris dans le stade, enquĂȘte sur le racisme dans le football »

Le club lillois (Losc) concentre plusieurs groupes d’ultras : les Gremlins, les Dogues Virage Est, le Losc Army. Ces associations rassemblent des supporters qui se revendiquent d’extrĂȘme droite et arborent fiĂšrement des signes ostentatoires nazis, mĂȘme si la loi l’interdit. PrĂ©sents dans les stades Ă  chaque rencontre de championnat, ils affichent leurs convictions au travers de croix celtiques, croix gammĂ©es, rhĂ©torique raciste et tatouages. « Je suis prĂ©sident du Losc depuis trois ans et je n’ai jamais vu de supporters avec des connotations et des caractĂ©ristiques racistes », soutient toutefois dans le documentaire Olivier LĂ©tang, prĂ©sident du club lillois. 

Lorsque Mohamed Bouhafsi lui montre la photo d’un supporter lillois qui affiche clairement, sur son torse, des tatouages nazis ou des tĂȘtes de mort appelĂ©s « Totenkopf », le dirigeant affirme ne pas le connaĂźtre. « On a des groupes de supporters identifiĂ©s, pas ceux-lĂ . Moi, je ne les connais pas », assure le dirigeant de club.

Impossible pourtant qu’Olivier LĂ©tang ne le connaisse pas, estime le journaliste de Streetpress Christophe-CĂ©cil Garnier, qui travaille depuis longtemps sur cet Ă©pineux sujet. Il explique que cet homme, bien en vue dans le stade lillois, qui impose publiquement l’affichage de ses convictions, appartient forcĂ©ment Ă  un groupe d’ultras d’extrĂȘme droite parfaitement identifiĂ©. « Cette personne-lĂ , si jamais elle Ă©tait inconnue vraiment des leaders ultras (…) ne peut pas se retrouver ici sans connaĂźtre personne. Dans un parcage, c’est difficilement possible », explique-t-il.

Si le dirigeant du Losc reconnaĂźt que certains hooligans sont effectivement identifiĂ©s, il confesse son impuissance quant Ă  la façon de les gĂ©rer. « La question est : quels sont les outils pour pouvoir sortir ces personnes du stade ? Aujourd’hui, on ne les a pas, convient Olivier LĂ©tang. Est-ce que ce sont des personnes qui sont totalement Ă  l’opposĂ© de nos valeurs ? Oui ! Est-ce que ce sont des personnes que nous ne souhaitons pas voir dans un stade ? Effectivement, oui. » Un aveu d’impuissance qui confirme Ă  quel point il semble complexe pour les instances du football (ligues professionnelles comme fĂ©dĂ©rations) de vraiment prendre ce problĂšme Ă  bras-le-corps.

Si le « plan Leproux » avait tenter de juguler la violence entre supporters du PSG aprĂšs la mort de Yann Lorence lors d’une rixe en 2010, la problĂ©matique du racisme n’a jamais Ă©tĂ© rĂ©ellement combattue avec des mesures adĂ©quates. Elle gangrĂšne pourtant de plus en plus une majoritĂ© des stades de football, notamment français, et a abouti Ă  une commission d’enquĂȘte Ă  l’AssemblĂ©e nationale qui a remis un rapport en janvier 2024 pour lutter contre les dicriminations et ces violences. Face Ă  l’inertie des dirigeants, des joueurs prennent les rĂȘnes de la rĂ©volte et n’hĂ©sitent plus Ă  afficher leur solidaritĂ© pour lutter contre ce racisme endĂ©mique. 

Le documentaire Des cris dans le stade, enquĂȘte sur le racisme dans le football, rĂ©alisĂ© par le journaliste Mohamed Bouhafsi, est diffusĂ© mardi 11 juin Ă  21h05 sur France 5 et sur la plateforme france.tv.

Bouton retour en haut de la page
Fermer