FRANCE INFO 🔵 Une enquĂŞte a Ă©tĂ© ouverte après la plainte de Sandrine Bonnaire sur la mort de sa mère en Ehpad – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 Une enquête a été ouverte après la plainte de Sandrine Bonnaire sur la mort de sa mère en Ehpad

Cette femme de 84 ans est morte en aoĂ»t dernier. L’actrice accuse l’Ă©tablissement d’une « nĂ©gligence mĂ©dicale » qui a entraĂ®nĂ© le dĂ©cès.

France Télévisions


Publié



Temps de lecture : 1 min

L'actrice Sandrine Bonnaire à l'Assemblée nationale, pour un discours d'hommage à l'ex-députée Madeleine Braun, le 8 mars 2023. (JULIEN DE ROSA / AFP)

Une enquĂŞte prĂ©liminaire a Ă©tĂ© ouverte après une plainte dĂ©posĂ©e par l’actrice Sandrine Bonnaire, qui a accusĂ© de « nĂ©gligence mĂ©dicale » l’Ehpad de Charente-Maritime oĂą vivait sa mère, morte en aoĂ»t. « J’ai reçu dĂ©but mars une plainte des consorts Bonnaire par l’intermĂ©diaire de leur avocat. Il s’agit d’une plainte contre X », a dĂ©clarĂ© mercredi 29 mai Ă  l’AFP Benjamin Alla, procureur de la RĂ©publique Ă  Saintes, confirmant des informations du quotidien Sud Ouest. L’enquĂŞte prĂ©liminaire a Ă©tĂ© ouverte le 18 mars et confiĂ©e Ă  la police judiciaire de La Rochelle.

En fin d’annĂ©e, Sandrine Bonnaire avait annoncĂ© sa volontĂ© de porter plainte contre un Ehpad public de Charente-Maritime, accusant l’Ă©tablissement pour personnes âgĂ©es d’avoir nĂ©gligĂ© le mĂ©nage, la fourniture de papier-toilette ou encore l’hydratation de sa mère. « C’est la nĂ©gligence mĂ©dicale qui a entraĂ®nĂ© son dĂ©cès. (…) Ma mère n’avait aucune maladie, elle avait 84 ans », avait dĂ©clarĂ© la comĂ©dienne dans le journal Le Parisien, disant prendre la parole « pour que la prise en charge de nos aĂ®nĂ©s change ».

« Merci Ă  la justice qui a retenu notre dossier. Une enquĂŞte est en cours », a-t-elle fait savoir dimanche sur son compte Instagram. « Honte Ă  certains Ehpad privĂ©s et publics. Honte au gouvernement qui n’a pas rĂ©agi ni ne s’est manifestĂ© sur ma prise de parole du mois de novembre. »

Cette procĂ©dure judiciaire intervient deux ans après le scandale du groupe privĂ© de maisons de retraite Orpea, Ă  la suite duquel l’exĂ©cutif avait annoncĂ© un renforcement des contrĂ´les des Ehpad, publics et privĂ©s.

Le message posté par Sandrine Bonnaire sur Instagram, le jour de la fête des mères, le 26 mai 2024. (SANDRINE BONNAIRE / INSTAGRAM)

Selon le centre communal d’action sociale de Saintes, qui gère cet Ehpad de 90 lits, la mère de Sandrine Bonnaire y a rĂ©sidĂ© pendant trois ans avant d’ĂŞtre hospitalisĂ©e Ă  Saintes, oĂą elle est dĂ©cĂ©dĂ©e le 23 aoĂ»t. En dĂ©cembre, l’Agence rĂ©gionale de SantĂ© de Nouvelle-Aquitaine avait affirmĂ© que ni elle, ni le Conseil dĂ©partemental n’avaient « reçu de signalement sur cette situation ». L’ARS avait nĂ©anmoins dit assurer un suivi de l’Ă©tablissement, inspectĂ© en 2015 et 2022, et que « les dysfonctionnements constatĂ©s » avaient « fait l’objet d’amĂ©liorations notables, mais insuffisantes ».

Bouton retour en haut de la page
Fermer