FRANCE INFO 🔵 Un gaz nocif pour la couche d’ozone est en dĂ©clin plus tĂ´t que prĂ©vu, selon une Ă©tude – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 Un gaz nocif pour la couche d’ozone est en dĂ©clin plus tĂ´t que prĂ©vu, selon une Ă©tude

Les hydrochlorofluorocarbones ont commencé à décliner après avoir atteint un pic 2021, selon des travaux publiés dans la revue « Nature Climate Change ». Soit cinq années de mieux que les prévisions, grâce au succès du Protocole de Montréal.

France Télévisions


Publié



Temps de lecture : 2 min

Image d'illustration du ciel parisien en septembre 2023. (LAURE BOYER / HANS LUCAS / AFP)

Les engagements internationaux pour protĂ©ger la couche d’ozone portent leurs fruits alors que les concentrations dans l’atmosphère d’une famille de gaz nocifs, les HCFC, ont commencĂ© Ă  dĂ©cliner plus vite que prĂ©vu, selon une Ă©tude publiĂ©e mardi 11 juin. « C’est un succès et cela rend optimiste sur le fait que les traitĂ©s en faveur du climat et de l’environnement peuvent marcher », a saluĂ© Luke Western, de l’UniversitĂ© de Bristol, auteur principal de l’Ă©tude publiĂ©e dans la revue Nature Climate Change.

Le Protocole de MontrĂ©al, signĂ© en 1987, est un engagement international Ă  Ă©liminer graduellement les substances appauvrissant la couche d’ozone utilisĂ©es pour la rĂ©frigĂ©ration, la climatisation, le gonflement de la mousse ou encore dans les aĂ©rosols. Cela a permis d’Ă©liminer la production des chlorofluorocarbures, mais les hydrochlorofluorocarbones (HCFC) ont Ă©tĂ© dĂ©veloppĂ©s pour les remplacer. Ces gaz sont prĂ©sents dans les climatiseurs, rĂ©frigĂ©rateurs ou encore dans le système de refroidissement des voitures. Ils sont très efficaces pour absorber le chaud et faire du froid, mais ils sont nĂ©fastes pour l’ozone qui nous protège des rayons UV et des puissants gaz Ă  effet de serre.

Leur production et leur usage est encore en voie d’Ă©limination. L’Ă©quipe internationale qui publie l’Ă©tude a toutefois dĂ©montrĂ© que le niveau de chlore destructeur de la couche d’ozone issu des HCFC a dĂ©jĂ  atteint son pic en 2021, cinq ans plus tĂ´t que prĂ©vu. Les chercheurs se sont appuyĂ©s sur des mesures d’un rĂ©seau de stations de mesure spĂ©cialisĂ©es nommĂ© AGAGE ainsi que de donnĂ©es de l’agence mĂ©tĂ©orologique amĂ©ricaine NOAA.

Les lignes noires matérialisent un retour au niveau des années 1980 à la fin des années 2080. (NATURE CLIMATE CHANGE)

« En mettant en place des contrĂ´les stricts et en promouvant les alternatives respectueuses de la couche d’ozone, le protocole a rĂ©ussi Ă  inflĂ©chir les Ă©missions et les niveaux de HCFC dans l’atmosphère », s’est fĂ©licitĂ© Luke Western. « Sans le Protocole de MontrĂ©al, ce succès n’aurait pas Ă©tĂ© possible donc c’est une validation spectaculaire des engagements multilatĂ©raux pour combattre la perte de la couche d’ozone stratosphĂ©rique, avec des bĂ©nĂ©fices additionnels dans la lutte contre le changement climatique d’origine humaine », juge-t-il.

La protection de la couche d’ozone est rĂ©gulièrement citĂ©e par les scientifiques comme un exemple d’action collective rĂ©ussie en faveur de l’environnement. Selon la dernière estimation quadriennale du Programme des nations unies pour l’environnement (PNUE), publiĂ©e dĂ©but 2023, la couche d’ozone devrait « se reconstituer dans les quatre dĂ©cennies Ă  venir ».

Bouton retour en haut de la page
Fermer