FRANCE INFO 🔵 Taxis ou VTC : une association dĂ©nonce « une recrudescence des refus de prise en charge » des personnes malvoyantes avec un chien – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 Taxis ou VTC : une association dénonce « une recrudescence des refus de prise en charge » des personnes malvoyantes avec un chien

Aujourd’hui, le refus de prise en charge est considĂ©rĂ© comme « une infraction autoroutière ». L’association nationale des maĂ®tres de chiens guides souhaite qu’il soit reconnu comme « une discrimination ».

Radio France


Publié



Temps de lecture : 2 min

Joke, chien guide en formation (photo d'illustration). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

« Nous constatons une recrudescence des refus de prise en charge » par des taxis ou des VTC de personnes malvoyantes accompagnĂ©es d’un chien, a dĂ©plorĂ© jeudi 30 mai sur franceinfo StĂ©phane Rossetti, responsable accessibilitĂ© au sein de l’association nationale des maĂ®tres de chiens guides.

Le sprinteur français TimothĂ©e Adolphe, non-voyant accompagnĂ© de son chien-guide, s’est vu refuser fin mai une course par un taxi de la G7 Ă  Paris. Ă€ quelques jours des Jeux paralympiques, l’expĂ©rience de l’athlète est plutĂ´t inquiĂ©tante. Depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, « nous sommes dĂ©jĂ  Ă  16 recensements » de refus de prise en charge par un VTC ou un taxi, prĂ©cise StĂ©phane Rossetti.

La commande d’un taxi est toujours un acte stressant pour les malvoyants. « Les personnes ne voient pas forcĂ©ment le taxi arriver », explique StĂ©phane Rossetti. De plus, l’impossibilitĂ© de prendre une photo et de relever le matricule du taxi ou VTC rend la situation encore plus complexe. 

« On a déjà constaté que des taxis accélèrent à la vue du chien. »

Stéphane Rossetti, de l’association nationale des maîtres de chiens guides

Ă  franceinfo

La compagnie G7 a immĂ©diatement suspendu le chauffeur qui a refusĂ© de prendre en charge TimothĂ©e Adolphe. Elle rappelle qu’elle s’est dotĂ©e notamment d’une flotte de 500 taxis Ă©quipĂ©s de rampes d’accès pour les fauteuils roulants et qu’elle a le souci d’accueillir des personnes Ă  mobilitĂ© rĂ©duite ou des personnes accompagnĂ©es de chiens guides.

La G7 a rĂ©alisĂ© une vidĂ©o de sensibilisation Ă  destination de ses chauffeurs. L’association nationale des maĂ®tres de chiens guides a participĂ© Ă  sa conception : « Le problème n’est pas forcĂ©ment tant une responsabilitĂ© de la compagnie, mais plutĂ´t une responsabilitĂ© des chauffeurs eux-mĂŞmes. Est-ce qu’ils ont accès Ă  ces vidĂ©os et dans quelle mesure ils acceptent de respecter ou non ce cadre lĂ©gal », s’interroge StĂ©phane Rossetti. « Pour ce qui est des chiens guides, la nĂ©cessitĂ© du vĂ©hicule adaptĂ© n’est absolument pas nĂ©cessaire », a-t-il prĂ©cisĂ©.

Il y a environ 1 800 chiens guides en activitĂ© en France. StĂ©phane Rossetti demande qu’ils aient un « statut propre » de la « naissance Ă  la fin de vie » qui pourrait leur assurer « un libre accès beaucoup plus grand ». En cas de refus de prise en charge ou refus d’accès dans un Ă©tablissement recevant du public, cela permettrait Ă©galement « que l’infraction puisse ĂŞtre sanctionnĂ©e » et qu’elle soit considĂ©rĂ©e comme « une discrimination » pour ĂŞtre « jugĂ©e au pĂ©nal », dit-il. Aujourd’hui, elle est considĂ©rĂ©e comme « une infraction de classe trois, Ă©quivalente Ă  une infraction autoroutière ».

Bouton retour en haut de la page
Fermer