FRANCE INFO 🔵 Rugbymen français accusĂ©s de viol en Argentine : ce que l’on sait des faits qui se sont dĂ©roulĂ©s dans la nuit de samedi Ă  dimanche – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 Rugbymen français accusĂ©s de viol en Argentine : ce que l’on sait des faits qui se sont dĂ©roulĂ©s dans la nuit de samedi Ă  dimanche

Les deux joueurs du XV de France Hugo Auradou et Oscar Jegou, accusĂ©s d’avoir violĂ© une femme dans leur hĂ´tel, ont frappĂ© la victime « sauvagement », a dĂ©clarĂ© l’avocate Natacha Romano.

France Télévisions


Publié



Temps de lecture : 4 min

FRANCE INFO 🔵 Rugbymen français accusĂ©s de viol en Argentine : ce que l’on sait des faits qui se sont dĂ©roulĂ©s dans la nuit de samedi Ă  dimanche

Oscar Jegou et Hugo Auradou s’apprĂŞtent Ă  ĂŞtre prĂ©sentĂ©s Ă  la justice argentine dans la ville de Mendoza, oĂą se sont produits les faits. Les deux rugbymen français sont accusĂ©s d’avoir violĂ© une femme dans leur hĂ´tel, dans la nuit du samedi 6 au dimanche 7 juillet, après un match du XV de France. Le deuxième ligne de Pau Hugo Auradou, 20 ans, et le troisième ligne de La Rochelle Oscar Jegou, 21 ans, ont Ă©tĂ© placĂ©s en garde Ă  vue après leur arrestation, lundi, dans le cadre de l’enquĂŞte ouverte pour violences sexuelles aggravĂ©es.

Selon la procureure gĂ©nĂ©rale de Mendoza, Daniela Chaler, « la dĂ©position [de la plaignante] Ă©tait assez longue, complète, dĂ©taillĂ©e et correspondait, pour l’heure, aux conclusions mĂ©dico-lĂ©gales ». « Les lĂ©sions sont compatibles avec le rĂ©cit de la victime, mais pas nĂ©cessairement exclusivement issues d’une agression sexuelle », a ajoutĂ© sur la radio LV10 la magistrate, qui a demandĂ© le placement en dĂ©tention provisoire des deux joueurs.

Les faits se sont dĂ©roulĂ©s Ă  Mendoza, Ă  1 100 kilomètres de la capitale, Buenos Aires. Samedi 6 juillet au soir, le XV de France y cĂ©lèbre sa victoire (28-13) face aux Argentins. D’abord, d’après le rĂ©cit du Parisien, dans le « paseo Aristides », un quartier festif avec d’innombrables bars et pubs, dĂ©crit le site de la ville. Au bar Beerlin, une employĂ©e raconte au journal français avoir servi les joueurs tricolores : « Ils sont repartis vers 1h-1h30 du matin. (…) Il n’y avait aucune femme avec eux quand ils sont tous repartis. Mais ils avaient un niveau d’alcool anormalement Ă©levé », dĂ©crit-elle.

Selon L’Equipe, ils se rendent ensuite au « Wabi Fun Club, une boĂ®te de nuit chic (…) situĂ©e Ă  l’extĂ©rieur de la ville ». La plaignante, une femme de 39 ans, fille et sĹ“ur d’avocats et originaire de Mendoza, comme le prĂ©cise le mĂ©dia local MDZ, arrive vers 4h30. Elle est alors « en compagnie de trois amis, deux femmes et un homme » et « ils auraient pu accĂ©der au salon V.I.P. des joueurs grâce Ă  des employĂ©s », rapporte L’Equipe. « Elle n’est pas sortie dans l’intention de connaĂ®tre quelqu’un », a dĂ©clarĂ© son avocate, Natacha Romano, au Parisien

D’après l’avocate, la victime se rend ensuite au Diplomatic Hotel de Mendoza, oĂą logent joueurs et staff français. Elle est accompagnĂ©e de l’un des deux joueurs suspectĂ©s d’ĂŞtre impliquĂ©s, initialement dĂ©signĂ© par l’avocate auprès de certains mĂ©dias comme Ă©tant Oscar Jegou, mais qu’elle « identifie » finalement comme Hugo Auradou, dans un entretien Ă  l’AFP. Lorsqu’ils « entrent dans la chambre, (…) elle se rend compte que l’invitation Ă  boire un verre est un piège », complète Natacha Romano. La plaignante demande alors Ă  « aller aux toilettes, mais il s’aperçoit qu’elle veut s’enfuir. Il l’attrape immĂ©diatement, la jette sur le lit, commence Ă  la dĂ©shabiller et se met Ă  la frapper sauvagement d’un coup de poing, dont l’hĂ©matome est visible sur le visage de la victime. Il l’Ă©touffe, au point qu’elle a l’impression de se sentir partir ». Elle raconte que sa cliente ne peut alors « plus se dĂ©fendre » et dĂ©clare ĂŞtre « abusĂ©e sexuellement par cette première personne ».

Environ une heure plus tard, « entre le deuxième, qui s’appelle Oscar », assure l’avocate, l’accusant alors des « mĂŞmes faits de violence et d’abus sexuel ». Quand ce dernier part prendre un bain, selon le mĂŞme rĂ©cit, « Hugo continue Ă  se servir d’elle, en lui donnant diffĂ©rents coups », dĂ©clare Natacha Romano, qui dĂ©crit des traces sur le corps de sa cliente : « des morsures, des griffures, des coups sur les seins, les jambes et les cĂ´tes marquĂ©es dans le dos ». Au total, elle tente « à cinq reprises de quitter la pièce », selon le journal argentin Clarin. L’avocate Ă©voque « trois ou quatre » autres agressions commises par Hugo Auradou, « jusqu’Ă  ce qu’il finisse par dormir ». « Ce n’est qu’Ă  8h30 qu’elle a pu se sortir de cette situation et s’enfuir de l’hĂ´tel. »

L’avocat des deux rugbymen a remis en cause ce rĂ©cit. Â«Â Des tĂ©moins l’ont vue sortir [de l’hĂ´tel], les camĂ©ras l’ont vue sortir, il n’y a pas de traces de coups, apparemment, selon les enregistrements. Elle prĂ©tend avoir Ă©tĂ© battue, les camĂ©ras disent qu’elle ne l’a pas Ă©té », a affirmĂ© Rafael Cuneo Libarona, qui est Ă©galement le frère du ministre de la Justice argentin, Mariano Cuneo Libarona.

Oscar Jegou et Hugo Auradou ont pour leur part « confirmĂ© avoir eu dans la nuit une relation sexuelle avec la jeune femme mais (…) fermement niĂ© toute forme de violence », selon un communiquĂ© de la FĂ©dĂ©ration française de rugby publiĂ© mardi. Ces relations sexuelles Ă©taient « consenties », affirme Rafael Cuneo Libarona.

En face, l’avocate Natacha Romano Ă©voque un « abus avec accès charnel », la dĂ©finition judiciaire du viol en Argentine, lit-on sur le site du ministère de la Justice. En droit argentin, les violences sexuelles (« abuso sexual ») peuvent caractĂ©riser des faits allant de l’agression sexuelle au viol aggravĂ©, qui pourraient ĂŞtre passibles de 20 ans de prison.

Bouton retour en haut de la page
Fermer