FRANCE INFO 🔵 REPORTAGE. Paris 2024 : Ă  Lyon, les bĂ©nĂ©voles des JO commencent Ă  rĂ©cupĂ©rer leurs tenues officielles – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 REPORTAGE. Paris 2024 : à Lyon, les bénévoles des JO commencent à récupérer leurs tenues officielles

Une panoplie de 12 articles est distribuée aux 45 000 bénévoles recrutés pour les Jeux olympiques et paralympiques. Illustration à Bron, en banlieue lyonnaise.

Radio France


Publié



Mis Ă  jour



Temps de lecture : 2 min

FRANCE INFO 🔵 REPORTAGE. Paris 2024 : à Lyon, les bénévoles des JO commencent à récupérer leurs tenues officielles

Cela devient très concret : les Jeux olympiques approchent et les 45 000 bĂ©nĂ©voles de l’Ă©vĂ©nement commencent Ă  toucher du doigt leur mission. Depuis mardi 9 juillet, ils peuvent aller chercher leurs uniformes officiels dans des magasins Decathlon des huit villes hĂ´tes des JO en France. Ă€ Lyon, 2 900 panoplies seront ainsi distribuĂ©es dans les 15 prochains jours.

« La panoplie est constituĂ©e de 12 articles », explique Ă  franceinfo Laetitia Mallet, chargĂ©e de la remise des uniformes Ă  Bron, dans la banlieue lyonnaise. Et parmi ces pièces, « vous avez le pantalon, veste, tee-shirt, chaussettes, chaussures, bob, banane et un sac. Les tee-shirts et les chaussettes sont produits en France et le reste est produit Ă  l’Ă©tranger », dĂ©taille-t-elle.

La réserve des tenues des volontaires pour les JO à Bron, près de Lyon. (MATHILDE IMBERTY / RADIO FRANCE)

Le bob couleur patchwork est conçu pour ĂŞtre reconnaissable, mais ne plaĂ®t pas Ă  tout le monde. Â«Â Je prĂ©fère les casquettes, ça ne me va pas le bob, mais au moins on nous repère comme ça », commente Anne, une bĂ©nĂ©vole venue rĂ©cupĂ©rer sa tenue. Mais pour elle, l’essentiel n’est tout de mĂŞme pas dans la tenue. « Je suis en accueil billetterie aux paralympiques, Ă  Bercy, Ă  Paris. Comme je suis une ancienne joueuse de l’Ă©quipe de France, voir jouer les filles ça tombe bien. J’ai fait beaucoup de sport quand j’Ă©tais plus jeune et puis on rencontre les gens, je trouve que notre rĂ´le est très important. »

Pour venir aux JO Ă  Paris, il faut en revanche s’organiser. « On paye son billet de train, alors j’ai une copine qui me loge dans le 12e arrondissement donc j’ai de la chance, je suis Ă  une demi-heure du lieu des Jeux. Mais ça fait un peu ‘suer’ de payer pour ĂŞtre bĂ©nĂ©vole, je ne vous le cache pas », confie Anne. 

Un volontaire lyonnais venu récupérer sa tenue. (MATHILDE IMBERTY / RADIO FRANCE)

JĂ©rĂ´me, lui, est hĂ©bergĂ© par son entreprise, Sanofi, sur des jours libĂ©rĂ©s par celle-ci. Â«Â Je serai affectĂ© dix jours sur les Jeux. C’est notre entreprise qui s’est occupĂ©e de nos logements et de notre transport. Je suis affectĂ© au Stade de France pour le rugby Ă  7 et l’athlĂ©tisme, au cĹ“ur des Jeux avec le plus grand stade, donc ravi de pouvoir participer et aider les gens Ă  trouver leur direction ou leur place. C’Ă©tait une opportunitĂ© Ă  saisir », tĂ©moigne JĂ©rĂ´me. 

Bouton retour en haut de la page
Fermer