FRANCE INFO 🔵 Pourquoi le prix du gaz va augmenter le 1er juillet – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 Pourquoi le prix du gaz va augmenter le 1er juillet

Cette hausse, prĂ©vue de longue date, est liĂ©e Ă  l’augmentation des coĂ»ts de distribution, alors que le prix de la matière première est moins Ă©levĂ© qu’au plus fort de la crise Ă©nergĂ©tique.

France Télévisions


Publié



Temps de lecture : 3 min

Le prix du gaz augmentera de 11,7% en moyenne en France le 1er juillet (photo d'illustration). (SERGE TENANI / HANS LUCAS / AFP)

L’annonce est tombĂ©e lundi 10 juin au petit matin, quelques heures après la dissolution de l’AssemblĂ©e nationale. La Commission de rĂ©gulation de l’Ă©nergie (CRE) a averti que le montant de la facture de gaz de millions de Français allait augmenter de 11,7% en moyenne le 1er juillet par rapport au mois de juin (en baisse de 3,5% par rapport Ă  janvier malgrĂ© tout), au lendemain du premier tour des Ă©lections lĂ©gislatives, prĂ©vu le 30 juin. Le niveau moyen du prix rĂ©fĂ©rence se situera Ă  129,20 euros TTC du mĂ©gawattheure (MWh), contre 115,70 euros/MWh en juin, selon la CRE.

Il n’en fallait pas plus pour lancer la campagne : le Rassemblement national, qui impute cette augmentation Ă  l’Etat, a annoncĂ© que sa première mesure en cas de victoire aux lĂ©gislatives et de cohabitation serait d »arrĂŞter la hausse du prix du gaz ». Son vice-prĂ©sident, SĂ©bastien Chenu, a expliquĂ© mardi 11 juin sur CNews que cette dĂ©cision, « une mesure de pouvoir d’achat », viserait Ă  « redonner de l’oxygène aux Français ». Au mĂŞme moment, sur BFMTV, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, a promis que « la facture d’Ă©lectricitĂ© de tous les Français baissera de 10 Ă  15% en fĂ©vrier 2025 ».

Cette hausse du prix du gaz, qui devrait concerner une grande partie des 10 millions d’abonnĂ©s rĂ©sidentiels au rĂ©seau GRDF, n’est pourtant pas liĂ©e Ă  la situation politique. C’est encore moins une surprise. Cette annonce de la CRE, une autoritĂ© indĂ©pendante, Ă©tait prĂ©vue de longue date. En fĂ©vrier, elle s’Ă©tait prononcĂ©e en faveur d’une hausse du tarif des rĂ©seaux Ă  partir du 1er juillet. Une dĂ©cision liĂ©e essentiellement Ă  la majoration des coĂ»ts de distribution, plutĂ´t qu’au prix de l’Ă©nergie, moins Ă©levĂ© qu’au plus fort de la crise Ă©nergĂ©tique.

Dans un contexte de baisse de la consommation de gaz, cette hausse est liĂ©e Ă  la revalorisation du tarif d’utilisation des rĂ©seaux, rĂ©visĂ© tous les quatre ans. Il couvre les coĂ»ts d’acheminement du gaz supportĂ©s par le gestionnaire du rĂ©seau (GRDF) et est facturĂ© par les fournisseurs aux consommateurs. Cette augmentation de la facture de gaz, qui se divise en trois composantes (les taxes, le rĂ©seau et le prix de la molĂ©cule de gaz), doit aussi financer la transition Ă©nergĂ©tique.

Alors que les boucliers tarifaires mis en place par le gouvernement pour limiter la hausse des prix de l’Ă©nergie ont pris fin, il a Ă©tĂ© beaucoup question d’Ă©nergie durant la campagne des Ă©lections europĂ©ennes. La France insoumise souhaitait sortir du marchĂ© europĂ©en de l’Ă©lectricitĂ©, tandis que le RN a dĂ©fendu « un prix français de l’électricité ». Alors que près d’un mĂ©nage sur trois a rencontrĂ© des difficultĂ©s pour payer ses factures d’Ă©nergie en 2023, selon le baromètre Energie-info rĂ©alisĂ© Ă  l’automne 2023 par le mĂ©diateur de l’Ă©nergie, le pouvoir d’achat figure parmi les prioritĂ©s des Français.

« MalgrĂ© le rĂ©cent reflux, il y a eu une forte hausse des prix de l’Ă©nergie depuis trois ans. Ces dĂ©penses contraintes ont un impact immĂ©diat sur le pouvoir d’achat », analyse Mathieu Plane, Ă©conomiste Ă  l’Observatoire français des conjonctures Ă©conomiques.

« Les habitants des zones rurales et périurbaines sont davantage touchés que ceux des centre-villes et des agglomérations. »

Mathieu Plane, Ă©conomiste Ă  l’Observatoire français des conjonctures Ă©conomiques

Ă  franceinfo

Pour justifier un arrĂŞt de la hausse des prix du gaz si le RN accĂ©dait au pouvoir, SĂ©bastien Chenu a d’ailleurs Ă©voquĂ© des Français « essorĂ©s et asphyxiĂ©s » par les factures.

« Cette question reprĂ©sente une jonction naturelle avec les europĂ©ennes, oĂą il a Ă©tĂ© beaucoup question du prix de l’Ă©lectricitĂ©, et c’est un thème Ă  forte valeur symbolique qui touche tout le monde », estime ThĂ©o Verdier, expert associĂ© Ă  la Fondation Jean-Jaurès et spĂ©cialiste des campagnes d’opinion.

Bouton retour en haut de la page
Fermer