FRANCE INFO 🔵 « Pass rail » : comment le forfait de train illimitĂ© pour 49 euros a survĂ©cu Ă  un bras de fer avec les rĂ©gions – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO 🔵 « Pass rail » : comment le forfait de train illimité pour 49 euros a survécu à un bras de fer avec les régions

Quasi enterrĂ© mercredi 3 avril dans la matinĂ©e, le « pass rail » a repris des couleurs en fin de journĂ©e. Cette promesse d’Emmanuel Macron pourra finalement voir le jour cet Ă©tĂ©, a annoncĂ© Patrice Vergriete, mais dans une formule largement remaniĂ©e et Ă  titre expĂ©rimental. C’est une petite victoire pour le ministre, qui avait un peu plus tĂ´t alertĂ© au micro de franceinfo sur une possible annulation de cette mesure aux visĂ©es Ă©cologiques et sociales, accusant trois rĂ©gions de bloquer les nĂ©gociations. Le pass doit permettre Ă  700 000 jeunes de moins de 27 ans de voyager en illimitĂ© Ă  bord des trains rĂ©gionaux pour un forfait de 49 euros mensuels, entre juin et septembre. Franceinfo vous explique les tenants et aboutissants du bras de fer politique entre l’exĂ©cutif et les rĂ©gions, qui a laissĂ© des traces sur les modalitĂ©s de la mesure.

InterrogĂ© le 4 septembre 2023 par le youtubeur Hugo Travers sur l’offre de train illimitĂ© pour 49 euros par mois crĂ©Ă©e en Allemagne le 1er mai 2023, Emmanuel Macron promet la crĂ©ation d’« un service similaire dans les prochains mois ». « Toutes les rĂ©gions qui sont prĂŞtes Ă  le faire avec l’Etat, banco », lance-t-il dans une sĂ©quence consacrĂ©e Ă  ses engagements en matière d’Ă©cologie.

Le lancement du « pass rail » est ensuite confirmĂ© par le ministère des Transports et programmĂ© pour l’Ă©tĂ© 2024. ClĂ©ment Beaune, prĂ©dĂ©cesseur de Patrice Vergriete, promet alors un service qui permettrait Ă  tout voyageur, quel que soit son âge, d’utiliser en illimitĂ© le rĂ©seau de trains rĂ©gionaux en France (TER et IntercitĂ©s, mais pas TGV) pour un prix de 49 euros, comme en Allemagne.

Cette promesse subit un sĂ©rieux coup de rabot dĂ©but mars, face Ă  des rĂ©gions très inquiètes du surcoĂ»t financier et de la gestion des flux de voyageurs. Après discussions, Patrice Vergriete, qui a remplacĂ© ClĂ©ment Beaune en janvier, enterre finalement l’idĂ©e d’un forfait pour tous valable toute l’annĂ©e : le « pass rail » pour tous devient un dispositif estival rĂ©servĂ© aux jeunes.

Un mois plus tard, le gouvernement rĂ©vèle que mĂŞme ce pass nouvelle formule est menacĂ©. « A moins d’un changement de pied des prĂ©sidents de rĂ©gion, aujourd’hui mĂŞme, nous ne pouvons pas ĂŞtre opĂ©rationnels », affirme le ministre dĂ©lĂ©guĂ© chargĂ© des Transports, mercredi matin, sur franceinfo. « Il manque trois prĂ©sidents de rĂ©gion (…) HervĂ© Morin [centriste, Normandie], Xavier Bertrand [LR, Hauts-de-France] et Laurent Wauquiez [LR, Auvergne-RhĂ´ne-Alpes]« , pointe Patrice Vergriete, concluant sur une note pessimiste : « Il n’y aura pas de ‘pass rail’ cet Ă©té ».

Si elles ont d’abord confirmĂ© mercredi Ă  franceinfo leur opposition au plan du gouvernement, les trois rĂ©gions en question ont finalement acceptĂ© l’idĂ©e d’une expĂ©rimentation dès cet Ă©tĂ©, sans pour autant obtenir gain de cause sur toutes leurs revendications. « Nous avons quand mĂŞme acceptĂ©, parce que nous ne voulons pas pĂ©naliser les jeunes des Hauts-de-France », explique la prĂ©sidence de cette rĂ©gion Ă  franceinfo. MĂŞme changement de pied du cĂ´tĂ© d’Auvergne-RhĂ´ne-Alpes, oĂą la RĂ©gion « donne son accord pour expĂ©rimenter ce ‘pass rail’ cette annĂ©e ».

« Mais son renouvellement, dans un an, sera conditionnĂ© Ă  la prĂ©sence de l’ensemble des rĂ©gions, sans exception. »

Frédéric Aguilera, vice-président de la région Auvergne-Rhône-Alpes

Ă  franceinfo

Les rĂ©gions refusent toujours de donner un blanc-seing au gouvernement, très remontĂ©es quant Ă  la mĂ©thode pour concrĂ©tiser ce « pass rail », et aux moyens allouĂ©s. Les trois prĂ©sidents rĂ©gions mis en cause par le ministre des Transports ont peu apprĂ©ciĂ© qu’il les cite publiquement. « Le gouvernement essaie de nous mettre la pression, c’est clair », souffle-t-on Ă  la RĂ©gion Auvergne-RhĂ´ne-Alpes, taclant au passage « des dĂ©clarations assez Ă©tonnantes de la part d’un ministre avec lequel la RĂ©gion n’a jamais eu le moindre contact ».

Certains y ont mĂŞme vu une façon pour le gouvernement de taper sur l’opposition, en particulier Les RĂ©publicains, et de pointer du doigt Laurent Wauquiez et Xavier Bertrand, deux figures aux ambitions prĂ©sidentielles. « C’est clownesque de jeter en pâture des prĂ©sidents de rĂ©gion qui n’en veulent pas et, c’est curieux, ce sont tous des LR, sauf HervĂ© Morin, mais il n’est pas dans la majorité », a dĂ©noncĂ© Christophe Coulon, vice-prĂ©sident de la rĂ©gion Hauts-de-France, sur franceinfo. De son cĂ´tĂ©, le gouvernement ne s’est pas cachĂ© de vouloir « mettre ces trois prĂ©sidents de rĂ©gion face Ă  leurs responsabilitĂ©s », critiquant une « opposition politique », selon le cabinet de Patrice Vergriete.

Si elles ont fini par donner leur accord, les rĂ©gions maintiennent leurs critiques vis-Ă -vis du dispositif du gouvernement. La Normandie, les Hauts-de-France et l’Auvergne-RhĂ´ne-Alpes pointaient notamment une mĂŞme lacune : l’impossibilitĂ© d’utiliser le pass pour circuler en Ile-de-France. « Nous avions demandĂ© que la rĂ©gion Ile-de-France ne soit pas exclue du dispositif, car en tant que rĂ©gion voisine, cela pĂ©naliserait nos usagers », explique l’entourage de Xavier Bertrand Ă  franceinfo, prĂ©cisant n’avoir pas obtenu gain de cause.

Dans le viseur des trois prĂ©sidents, les prix des transports en commun franciliens, majorĂ©s Ă  l’Ă©tĂ© 2024 dans le cadre des Jeux olympiques, et inĂ©vitables pour se rendre d’une gare Ă  l’autre dans la capitale. « Je veux que le ‘pass rail’ s’applique dans toutes la France », assure HervĂ© Morin Ă  franceinfo. « Mais Ă  ce stade, un jeune Lyonnais qui passera Ă  Paris pour aller Ă  Lille devra payer son ticket de mĂ©tro 4 euros », tonne le prĂ©sident centriste de la rĂ©gion Normandie. 

« Le ‘pass rail’ pensĂ© par le gouvernement est d’une injustice complète, car il frappe tous les provinciaux obligĂ©s de passer par Paris. »

Hervé Morin, président de la région Normandie

Ă  franceinfo

Pour l’entourage de Xavier Bertrand, certains jeunes n’auront pas les moyens de visiter la capitale : Â«Â Ceux qui voudront passer la journĂ©e Ă  visiter les musĂ©es parisiens, le château de Versailles ou aller Ă  Fontainebleau devront prendre un pass journalier illimitĂ©, le Pass Paris 2024, Ă  16 euros ».

Le financement du pass a aussi contribuĂ© Ă  faire traĂ®ner les nĂ©gociations. Dès mars, le gouvernement avait annoncĂ© une prise en charge par l’Etat de 80% de son coĂ»t, estimĂ© Ă  15 millions d’euros. Le reste devra ĂŞtre payĂ© par les rĂ©gions, qui financent les trains rĂ©gionaux et dĂ©cident des tarifs. Un geste nettement insuffisant pour les rĂ©gions. « Le prĂ©sident fait de grandes annonces, mais derrière ce sont toujours les mĂŞmes effets : les rĂ©gions vont devoir payer, alors que l’Ile-de-France est exclue du dispositif, ce qui n’a aucun sens », s’agace-t-on Ă  la prĂ©sidence de la rĂ©gion Auvergne-RhĂ´ne-Alpes. 

En Normandie, HervĂ© Morin met en avant la spĂ©cificitĂ© de sa rĂ©gion, qui finance seule tout son rĂ©seau. « La RĂ©gion paie pour tous les trains, avec un flux de 64 000 passagers par jour, or l’Etat propose de rĂ©cupĂ©rer 85% des recettes liĂ©es Ă  la vente du ‘pass rail’ et ne propose rien sur les Ă©ventuelles pertes pour le rĂ©seau normand », explique-t-il Ă  franceinfo. Le centriste juge en outre le coĂ»t total « largement sous-estimé » Â«Â Le gouvernement nous donne des chiffres fantaisistes, cela dĂ©note son improvisation sur ce sujet », tacle-t-il. 

Bien des dĂ©tails concrets restent donc Ă  rĂ©gler lors de futures discussions entre le gouvernement et les rĂ©gions. En 2020, les discussions avaient dĂ©jĂ  permis de mettre en place, pour deux Ă©tĂ©s consĂ©cutifs, un pass jeunes TER Ă  29 euros mensuels, valable partout en France, sauf en Ile-de-France.

Bouton retour en haut de la page
Fermer