FRANCE INFO đŸ”” Les FĂȘtes maritimes de Brest, vĂ©ritable « exposition universelle de la mer » de retour aprĂšs huit ans d’absence – Shango Media
General-FRNews-FRONT-FR

FRANCE INFO đŸ”” Les FĂȘtes maritimes de Brest, vĂ©ritable « exposition universelle de la mer » de retour aprĂšs huit ans d’absence

L’Ă©vĂ©nement organisĂ© du 12 au 17 juillet accueillera une grande diversitĂ© d’embarcations, tranchant avec les traditionnels festivals de vieux grĂ©ements.

France TĂ©lĂ©visions – RĂ©daction Culture


Publié



Temps de lecture : 3 min

FRANCE INFO đŸ”” Les FĂȘtes maritimes de Brest, vĂ©ritable « exposition universelle de la mer » de retour aprĂšs huit ans d’absence

Du quatre-mĂąts portugais au canot de pĂȘche Ă©thiopien, un millier d’embarcations sont attendues vendredi aux FĂȘtes maritimes de Brest, « exposition universelle de la mer » qui revient du 12 au 17 juillet aprĂšs huit ans d’absence. « On sent l’engouement, cette attente des gens », sourit FortunĂ© Pellicano, adjoint au maire de Brest et prĂ©sident dĂ©lĂ©guĂ© des FĂȘtes maritimes. Dans cette immense flottille, la participation d’un voilier russe, annulĂ©e in extremis, suscite la controverse.

La derniĂšre Ă©dition du festival, « l’un des cinq plus grands rassemblements maritimes du monde », selon ce dernier, aurait dĂ» avoir lieu Ă  l’Ă©tĂ© 2020. Elle avait Ă©tĂ© annulĂ©e pour cause de Covid-19. C’est donc pour la premiĂšre fois depuis huit ans que la citĂ© du Ponant s’apprĂȘte Ă  devenir, six jours durant, la capitale mondiale de la mer. La derniĂšre Ă©dition, en 2016, avait attirĂ© 700 000 visiteurs venus admirer les vieux grĂ©ements le long des 7 km de quais du port breton.

« Le concept, c’est de rĂ©unir la plus grande flottille possible. On essaie de montrer tout ce qui flotte : c’est une exposition universelle de la mer, trĂšs diffĂ©rente d’autres Ă©vĂ©nements qui axent tout sur le patrimoine maritime », rĂ©sume RĂ©gis Lerat, directeur de Brest ÉvĂ©nements nautiques, organisateur des FĂȘtes.

Des pirogues polynĂ©siennes aux voiliers de course au large en passant par les yoles Ă  rames ou Ă  voile et les navires ocĂ©anographiques : la diversitĂ© des embarcations tranche avec les traditionnels festivals de vieux grĂ©ements. En outre, les fĂȘtes se dĂ©roulent aussi Ă  terre, « au-delĂ  des traditionnels moules-frites et chants de marins », souligne RĂ©gis Lerat.

Des escales gĂ©ographiques en Atlantique, dans le Pacifique et en zone polaire, ainsi que des villages thĂ©matiques accueilleront animations, confĂ©rences et onze concerts par soir. Sans oublier un spectacle de drones, un feu d’artifice et une parade nocturne, animĂ©e en direct par le musicien Yann Tiersen, depuis le pont d’un bateau. Les festivitĂ©s se termineront avec la traditionnelle grande parade de centaines de bateaux vers Douarnenez, prĂ©vue jeudi 18 juillet.

Guerre en Ukraine oblige, les FĂȘtes maritimes n’accueilleront pas, pour cette 8e Ă©dition, deux des plus grands voiliers du monde : les quatre-mĂąts Sedov, long de 117 mĂštres, et Kruzenshtern, long de 114 mĂštres, propriĂ©tĂ©s de l’État russe. Mais jusqu’Ă  la derniĂšre minute, c’est la venue d’un autre navire russe, privĂ© celui-lĂ , qui a fait des vagues dans la rade de Brest. Le Shtandart, un trois-mĂąts de 34 mĂštres, rĂ©plique exacte d’une frĂ©gate du tsar Pierre Le Grand, sillonne les festivals maritimes europĂ©ens et embarque des croisiĂ©ristes entre chaque Ă©tape.

Il Ă©tait attendu jeudi Ă  Brest. Mais, dimanche soir, alors que le navire remontait la cĂŽte atlantique, la prĂ©fecture lui a notifiĂ© une interdiction d’accoster dans le FinistĂšre. Argument invoquĂ© : l’extension, dĂ©cidĂ©e le 24 juin, des sanctions europĂ©ennes aux « navires rĂ©pliques historiques ».

Le voilier, dont le pavillon russe faisait polĂ©mique depuis des mois, avait dĂ©jĂ  acceptĂ© d’en changer au printemps pour celui des Îles Cook. « Je suis Ă  moitiĂ© ukrainien, donc je comprends les sentiments trĂšs Ă©motionnels envers la Russie et le drapeau russe », a expliquĂ© Ă  l’AFP son capitaine Vladimir Martus, qui assure Ɠuvrer pour « l’amitiĂ© entre les peuples de toutes les nations ».

Jugeant l’arrĂȘtĂ© du prĂ©fet illĂ©gal, ce dernier a annoncĂ© mardi qu’il saisirait la justice et poursuivait sa route vers Brest. « Je ne sais pas si la police va m’arrĂȘter ou pas, mais je vais essayer », a-t-il lancĂ©. Une trentaine d’opposants au Shtandart, drapeaux ukrainiens Ă  la main, se sont, eux, rassemblĂ©s, le mĂȘme jour, devant la mairie de Brest pour demander l’application de l’arrĂȘtĂ© du prĂ©fet.

Le Shtandart est « un instrument de propagande impĂ©rialiste et un risque pour la sĂ©curitĂ© nationale », a dĂ©noncĂ© Bernard Grua, animateur du collectif No Shtandart In Europe, dĂ©crivant mĂȘme « une plateforme idĂ©ale pour faire du renseignement ».

« Un mensonge » balayĂ© par Vladimir Martus qui se prĂ©sente comme un « dissident » Ă  Vladimir Poutine, et a ironisĂ© sur l’incongruitĂ© de faire du renseignement avec un navire aussi peu discret. « Si nous Ă©tions des espions, nous serions invisibles », a-t-il pointĂ©.

Bouton retour en haut de la page
Fermer